Manifestation policière : « Il n’y a pas de volonté politique d’assurer l’ordre »


Rédigé par Patrick TOUCHAIS - Angers, le 26/10/2016 - 17:00 / modifié le 26/10/2016 - 16:01


Au-delà des soucis matériels, les policiers, qui manifestaient à nouveau ce mercredi midi devant la Préfecture à Angers, demandent juste « à pouvoir faire le boulot ». Paroles de flics de terrain.



En tenue ou civil, les policiers étaient une bonne centaine devant les grilles de la préfecture ce mercredi midi.
En tenue ou civil, les policiers étaient une bonne centaine devant les grilles de la préfecture ce mercredi midi.
la rédaction vous conseille
La mobilisation policière ne faiblit pas. Malgré le devoir de réserve, ils étaient encore une grosse centaine ce mercredi midi à manifester leur mécontentement. Partis du commissariat de la place Lafayette, ils ont cheminé sans banderole, sans slogan jusqu’à la préfecture de Maine-et-Loire.

Là, une petite délégation représentant les différents services a été reçue par le secrétaire général de la Préfecture. Pas de délégué syndical. Le fossé se creuse entre syndicats et flics de base. « Le syndicat, c’est utile pour avoir une promotion, pour faire avancer ta carrière », glisse un policier en tenue, « 20 ans de carrière sur le terrain, dont une partie en banlieue parisienne ».
Présent, mais en retrait Philippe Boussion, le représentant de SGP-FO Police (première force syndicale derrière Alliance Police Nationale en Maine-et-Loire, mais deuxième au plan national) a simplement pris la parole pour saluer « la présence d’un officier – le seul – qui vient nous soutenir ». Un capitaine chaleureusement applaudi par les fonctionnaires en tenue et en civil sur la place ce mercredi Michel-Debré. Car, là aussi, le trop-plein se déverse sur la hiérarchie.
« Au bout d’un moment, on nous dit de ne plus y aller »

« On est stoppé par nos responsables pour ne pas faire notre boulot », indique un autre fonctionnaire, au départ pas trop enclin à parler à la presse, mais finalement très disert quand il s’agit de parler de leur quotidien. « Vous voulez un exemple ? On part en voiture dans un quartier d’Angers, parce qu’un jeune fait du rodéo à moto dans la cité. On l’interpelle, mais rapidement, on est pris à partie par ses copains. Ça s’est terminé en pugilat. On a fini par sortir du quartier. Soutien de notre hiérarchie : qu’est-ce que vous êtes allés foutre là-bas ? ».

Et de poursuivre : « En fait, ce qui se passe ici à Angers, je l’ai vécu à Paris. Au bout d’un moment, on nous dit de ne plus y aller. Pas de vague. Finalement, certains collègues finissent par tourner les yeux. C’est grave. Tout cela, parce qu’il n’y a pas de volonté politique d’assurer l’ordre, alors qu’on sait bien qu’avec les délinquants, c’est le rapport de force qui fonctionne. Y compris entre eux. Tout cela descend des politiques qui ont une influence sur les magistrats et sur nos responsables ».

Même réflexion chez un collègue : « Quand on intervient tôt le matin dans les quartiers, les gens nous disent le ras-le-bol des délinquants. Ils nous demandent de venir, mais il faut pour cela qu’on soit appuyé par notre hiérarchie. Parce qu’au moindre pépin, je peux vous assurer que vous êtes tout seul. Pourquoi croyez-vous que les collègues qui se sont fait attaquer hésitent à sortir leur arme ? »
Désabusés, ils abordent aussi les problèmes matériels particuliers à Angers. « Je travaille ici depuis 1990. Depuis cette date, on parle de refaire un Hôtel de police pour remplacer Lafayette. Régulièrement, on nous repeint les bureaux de deux ou trois chefs. On change le sol. On refait un couloir. C’est du rafistolage… »
Et la suite ? « On ne croit pas à beaucoup d’améliorations. Mais, on voudrait juste qu’on nous laisse bosser ».
 









1.Posté par Nadepol le 17/11/2016 07:04 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Autre pont de vue d''un policier sur les manifestations policières. Certes ce n''est pas Angers, mais éviton la remise en cause des juges http://ldh49.over-blog.org/2016/10/je-suis-gardien-de-la-paix-et-oppose-aux-manifs-de-policiers-actuelles.html








Angers Mag








Philippe Journo : "Les polémiques n'ont juste pas lieu d'être"

0 Commentaire - 22/05/2017 - Yves BOITEAU et Sébastien ROCHARD

Une saison en ballon !

0 Commentaire - 21/05/2017 - Thierry LARDEUX - Photo : Yan LUAT

Deux cents jours

0 Commentaire - 20/05/2017 - BARBARA RÉTHORÉ ET JULIEN CHAPUIS, pour WWW.NATEXPLORERS.FR







Angers Mag : #Angers Sylvain Bertoldi, « l’Histoire en ligne de mire » @Angers https://t.co/Plvx67BQbL https://t.co/CCHQDQgRyy
Mercredi 24 Mai - 07:33
Angers Mag : #Angers Six mois après, nouvelle démission à la tête du PS de #MaineetLoire https://t.co/6pUKV19acs https://t.co/CP5j9ftg8Y
Mardi 23 Mai - 19:03
Angers Mag : #Angers L’@HoteldAnjou à l’ère de Booking et Airbnb @Angers_tourisme https://t.co/pN1gQvy78u https://t.co/yKpGXOuL7g
Mardi 23 Mai - 07:33
Angers Mag : #Angers Philippe Journo : "Les polémiques n'ont juste pas lieu d'être" @AtollAngers https://t.co/qczUjxWsKr https://t.co/obcqXNE5uy
Lundi 22 Mai - 07:48