Maternité du CHU d'Angers : un espace de naissance original et novateur


Rédigé par Catherine NEDELEC - Angers, le 30/09/2011 - 20:49 / modifié le 01/10/2011 - 11:44


Ce vendredi 30 septembre, la nouvelle maternité du CHU d’Angers a été inaugurée. Désormais le pôle de gynécologie-obstétrique se voit complété d’un espace novateur de naissance auquel l'illustrateur Quentin Blake a été associé, dans le cadre d'une action culturelle remarquable.



Jean-Claude Antonini, Maire d'Angers, le Professeur Philippe Descamps, chef du pôle de gynécologie-obstétrique, Quentin Blake, Jean-François Caillat, Directeur général par intérim,
Jean-Claude Antonini, Maire d'Angers, le Professeur Philippe Descamps, chef du pôle de gynécologie-obstétrique, Quentin Blake, Jean-François Caillat, Directeur général par intérim,
la rédaction vous conseille
Les courbes du toit s’apparentent au féminin. Recouvrant le bâtiment comme un linge délicatement posé, il se veut protecteur ; il inspire la confiance. C’est le mot. Si le nouvel espace de naissance fonctionne de manière autonome, il est intégré au pole de gynécologie-obstétrique, lui-même rattaché à l’unité de néonatalogie et à l’hôpital d’enfants dans un même ensemble architectural. Classé type 3, le pole gynécologie-obstétrique peut répondre à toutes les pathologies ; il est aussi un établissement de recours pour toutes les maternités du département.

Avec plus de 4 000 accouchements par an, (+ 1 500 en dix ans), la maternité d’Angers exerce une attraction régionale. Cette progression de l’activité a rendu nécessaire la mise aux normes des locaux. Plutôt que de créer deux salles d'opération et quatre salles d'accouchement supplémentaires, l’offre de soins apportés aux patientes a été élargie à une prise en charge beaucoup plus globale et personnalisée.

La maternité dispose désormais de onze salles de naissance, de deux salles de césariennes intégrées au secteur d'accouchement et d’une salle de réanimation des nouveau-nés, ouverte sur le bloc "césariennes" et les salles de naissance.

La grande nouveauté reste toutefois la création de deux salles physiologiques. Ces salles offrent un environnement propice à la sérénité. Moins médicalisées, elles répondent toutefois au besoin impératif d’une sécurité maximale. « Si 85 % des accouchements sont normaux, toutes les complications ne sont pas prévisibles » a tenu à préciser le professeur Descamps, chef du pôle de gynécologie-obstétrique.

Principe de l’accouchement physiologique

La salle d'accouchement physiologique (Photo Jerome Boccon-Gibod)
La salle d'accouchement physiologique (Photo Jerome Boccon-Gibod)
Le choix de l’accouchement physiologique dépend beaucoup des représentations de la mise au monde de chacun et de chacune. Certaines femmes sont opposées à la péridurale, aux perfusions ou à tout autre geste médical. Pour que l’accouchement se passe dans les meilleures conditions, elles ont besoin de se sentir en sécurité, accompagnée. En situation physiologique, la future maman n’est pas allongée sur le dos, mais peut s’accroupir.

L’environnement est peu médicalisé. En contrepartie, la future maman peut utiliser des équipements privilégiant l'appropriation de l'accouchement par le couple : baignoires de relaxation attenantes aux salles physiologiques, tables d'accouchement modulaires de conception originale, lianes accrochées au plafond pour adopter des positions favorisant la dilatation, ballon de mobilisation. Les équipements médicaux sont masqués par des portes de placard ou des rideaux coulissants. Le premier bain est effectué sur le bébé, à la demande des parents, au pied du lit et au-dessous d'une rampe chauffante. Ensuite, il est installé dans un berceau chauffant.

Peut-on parler de progrès ?

Prenant la vague de l’authenticité, la maternité d’Angers a adopté l’accouchement physiologique, non sans rappeler qu’à l’aube de l’Humanité, la future maman devait elle-même inventer son accouchement, mais sans l’assurance d’un aboutissement heureux. Aussi, pour ses concepteurs : « Le nouvelle espace de naissance est l'expression de plusieurs années d'écoute des mamans et du personnel soignant. Nous avons voulu proposer une autre façon de vivre l’accouchement, beaucoup plus naturelle tout en restant dans la totale sécurité».

C’est Quentin Blake, Illustrateur de renom (voir article précédent ) qui, dans la continuité de son action en milieu hospitalier, illustre le nouvel espace de naissance du CHU. C’est la première fois en France qu’un artiste est associé à l'aménagement de salles de naissance et d'espaces d'accueil d'un bâtiment en construction. À travers 50 œuvres originales, Quentin Blake a imaginé la mère et l’enfant dans l’eau, en référence au liquide amniotique, mais aussi à la ville d’Angers et aux crues de la Maine. La rencontre entre l’enfant et le père fait également l'objet d'une attention particulière de la part de l’artiste.

Visite virtuelle de l'espace naissance : cliquez sur la photo suivante

Maternité du CHU d'Angers : un espace de naissance original et novateur
Le pole gynécologie-obstétrique en chiffres
Le nouvel espace de naissance représente :
11,3 millions d’euros d'investissement
1,1 million d’euros d'équipements
20 emplois créés

La maternité :
12 000 consultations en urgence en 2010
38 300 consultations externes
7 800 hospitalisations









1.Posté par mimi49 le 04/10/2011 13:53 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
super la nouvelle mater presser de faire le 3eme pour aller la bas

2.Posté par Yannick Sourisseau le 04/10/2011 14:18 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Bravo c'est une excellente idée. C'est vrai que ça donne envie de se faire chouchouter dans cet univers très agréable à tous points de vue.
Merci de votre contribution.















Angers Mag