Angers Mag Info

Un autre regard sur l'actualité d'Angers et sa région

Document sans nom

Vendredi 19 Septembre 2014







Matthias Luthardt, un réalisateur néerlandais président du jury animation


Rédigé par - Le 27/01/2010 - 21:58 / modifié le 29/01/2010 - 22:42


Réalisateur de Pingpong, primés dans différents festivals après avoir été présenté à Cannes, en 2006, lors de la Semaine de la critique, Matthias Luthardt n’en est pas à son premier rôle de juré sur un festival de cinéma. Pour le festival d'Angers, il est le président du jury animation et court-métrage.



Matthias Luthardt
Matthias Luthardt
Passionné par les caractères et la psychologie de ses personnages
Né aux Pays-Bas, Matthias Luthardt intègre l’école de cinéma de Potsdam-Babelsberg, à l’âge de 27 ans, et y réalise plusieurs courts-métrages et documentaires. En 2000-2001, il interrompt ses études, afin de participer à l’atelier pour Jeunes Producteurs Européens, dans le cadre d’un échange entre l’école de cinéma de Ludwigsburg et La fémis à Paris. En 2006, son long-métrage de fin d’étude intitulé Pingpong est présenté à la Semaine de la critique, à Cannes, et primés dans plusieurs festivals. « C’est un départ positif ! », se félicite le jeune réalisateur.
Son style ? « Je m’intéresse beaucoup aux caractères, à la psychologie. Je dirais que je suis plutôt dans le naturalisme. »

Surpris par le haut niveau des films en compétition
Matthias Luthardt n’en est pas à ses débuts en tant que juré. Il a déjà fait partie d’autres jurys, notamment en Tchécoslovaquie pour un festival de premiers films et à Berlin.
« En 2009, lors d’un rendez-vous franco-allemand, à Strasbourg, avec l’atelier de production européen, j’ai rencontré Claude-Eric Poiroux (ndlr : le directeur artistique) et nous avons discuté du festival Premiers Plans. » Or, le jeune réalisateur connaît le festival pour y être « venu en touriste, il y a sept ou huit ans », avec l’atelier pour Jeunes Producteurs Européens. « J’apprécie que ce festival s’ouvre aussi au jeune public », par l’implication des scolaires. Et, « bien qu’il s’agisse de premiers films, je suis étonné du haut niveau qui ressort de la sélection en compétition ».

Sentir que le film visionné va laisser des traces
« Pour l'ensemble des premiers films que je vais visionner cette semaine, il faut que je sois surpris, bouleversé, dérangé, touché, qu’ils me rendent curieux d’en savoir plus sur le réalisateur, de le connaître. J’ai envie de sentir que le film va laisser des traces. »

Le cercle rouge : un chef d’œuvre à ne pas louper !
« Si je devais recommander un film, dans la programmation de cette année, ce serait évidemment Le cercle rouge, de Jean-Pierre Melville. Un chef d’œuvre qui vaut vraiment le coup d’œil et d’être vu sur grand écran. »

Un projet de co-production fanco-allemande pour le cinéma
« Pour 2010, j’ai un projet de long-métrage, une co-production franco-allemande, tourné en Allemagne. L’histoire d’un jeune homme qui, suite à une expérience existentielle, est amené à se poser des questions sur sa vie et se dirige vers le monde musulman. »
Le film sera produit par Pandora, en Allemagne. Reste à trouver l’équivalent pour la part française. « J’espère pouvoir tourner avec au moins un comédien français, dans le cadre de cette co-production. »




























Instagram


A PROPOS