Maureen Brown : "Il ne faut pas se priver de poésie"


Rédigé par Tiphaine CREZE - Angers, le Samedi 19 Décembre 2015 à 07:00


Après avoir traversé la France et l’étranger sur près de 100 dates, la Compagnie Bivouac présentera "Le Rêve d’Erica" au Grand Théâtre d’Angers le 22 décembre. Un instant onirique, féérique et hors du temps, à trois jours de Noël. Entretien avec Maureen Brown, scénariste, scénographe et comédienne de ce spectacle hybride.



"Dans "Le Rêve d’Erica", toutes les disciplines s’imbriquent. L’idée d’art total nous tient à cœur", explique Maureen Brown
"Dans "Le Rêve d’Erica", toutes les disciplines s’imbriquent. L’idée d’art total nous tient à cœur", explique Maureen Brown
la rédaction vous conseille
Qui est cette Erica que vous mettez en scène ?
"C’est une jeune femme qui entre dans un rêve et qui va le vivre à travers des personnages magiques qu’elle rencontre. Elle va évoluer peu à peu dans sa féminité et sa sensualité et cela va la pousser à sortir de l’enfance."
 
C’est par sa féminité et sa sensualité qu’une jeune fille sort de l’enfance ?
"Nous avons voulu dire deux choses dans ce spectacle. D’abord que le rêve est une préparation à l’âge adulte. C’est par l’imagination, la projection que l’on créé les conditions pour que nos fantasmes arrivent dans le réel.
Par ailleurs, la féminité est dans le spectacle symbolisé par des objets rouges. Ils sont la passion mais aussi la découverte de soi, le mouvement. A la fin du spectacle, Erica n’est plus une petite fille figée, elle goûte à l’élan de la vie, aux rencontres. Elle s’élève physiquement et spirituellement."
 
Où avez-vous puisé votre inspiration pour ce spectacle ?
"Les souliers rouges nous ont été soufflés par le conte éponyme d’Andersen. Mais nous n’en avons gardé que les souliers car c’est un conte très moralisateur. "The Red Shoes" de Michael Powell et Emeric Pressburger est notre autre point d’inspiration. C’est l’histoire d’une danseuse qui n’arrive pas à choisir entre l’amour de la danse et l’amour d’un homme et qui est prise dans un dilemme. Mais contrairement au film, "Le Rêve d’Erica" se termine bien, nous avons gardé le positif !"
 
Dans "Le Rêve d’Erica", vous mêlez cirque, danse, chant lyrique, violoncelle… Les disciplines se complètent. Un peu comme dans la Compagnie Bivouac, où chacun vient d’une école artistique différente.
"Oui, Benjamin (Lissardy) et Maryka (Hassi) ont commencé par le théâtre et moi par les arts plastiques. Ensuite, nous nous sommes tous les trois rapprochés d’un projet autour du cirque. Dans "Le Rêve d’Erica", toutes les disciplines s’imbriquent, dont les arts appliqués pour les décors d’ailleurs. L’idée d’art total nous tient à cœur. Le cirque apporte l’énergie du dépassement, la danse suscite plus de sensibilité, le chant lyrique et le violoncelle ramènent à l’univers du conte. Pour ce spectacle, nous avons voulu mettre tous nos savoir-faire en correspondance."
 
Finalement, comment définir ce spectacle ?
"Nous l’appelons "conte circassien" car, si le personnage central danse, ce sont tout de même les disciplines du cirque qui l’invitent à se mettre en mouvement. C’est le cirque qui porte la danse."
 
Esthétiquement parlant, de quel univers vous rapprochez-vous ?
"On compare beaucoup notre univers à celui de Tim Burton mais j’ajouterai l’influence du peintre Gustave Doré et, à nouveau, celle d’Emeric Pressburger et de Michael Powell."
 
En ces temps pour le moins troublés, dans le milieu artistique comme ailleurs, quel message aimeriez-vous faire passer aux Angevins ?
"Les spectacles que nous défendons sont rassembleurs, ils portent la poésie. Et il ne faut pas se priver de poésie et de moments à partager ensemble. La compagnie est venue à Angers pour le festival les Accroche-Cœurs l’année passée et nous sommes ravis qu’Erica soit donnée au Grand Théâtre, de pouvoir toucher peut-être un public différent. Et, à trois jours de Noël, "Le Rêve d’Erica" est un moment familial, de partage et de rêve."

Le 22 décembre à 15h et 20h30 au Grand Théâtre d’Angers. De 7,50 € à 22,90 €.












Angers Mag












Angers Mag : ChroniK'Ô Noir - #18 : "Plateau", de Franck Bouysse: Chaque mois, la journaliste Martine... https://t.co/V0soKdy4ie https://t.co/Okv3qoMHcm
Vendredi 2 Décembre - 18:00
Angers Mag : #musique De Macao à Pergolèse,la riche actualité de l'ensemble Amarillis @Angers https://t.co/hAW8WkdOUw
Vendredi 2 Décembre - 10:46
Angers Mag : #Angers Le jour d'après #PSGSCO, le billet @LardeuxT. Comme quoi on peut supporter @SCO et admirer @ECavaniOfficial https://t.co/nA3Ivf5HEE
Jeudi 1 Décembre - 18:18
Angers Mag : Au musée des Beaux-Arts, l'énigme Peter Briggs: Jusqu'au 26 mars, le musée des... https://t.co/Ys4SmHHl6M https://t.co/4mARuYnceC
Jeudi 1 Décembre - 07:30







cookieassistant.com