Médias, surveillance, intimité : quels dieux nous regardent ?


Rédigé par Catherine Nedelec - Angers, le 27/04/2009 - 14:59 / modifié le 02/05/2009 - 09:50


Jeudi 23 avril, Cinélégende s’est interrogé sur les Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication. Une soirée consacrée à la réflexion sur la condition humaine, sur notre identité et sur la réalité du monde. François-Bernard Huyghe, chercheur en médias et en stratégies, docteur d’Etat en Sciences politiques et auteur de deux ouvrages sur les médias était l’invité de cette 14 édition.



François-Bernard Huyghe
François-Bernard Huyghe
Truman Burbank, idole à son insu de millions de téléspectateurs à travers le monde, mène une vie calme et heureuse dans une île qu’il n’a jamais quittée. Pourtant, certains faits étranges l’intriguent. Il se sent continuellement observé. Un jour, il décide de tout quitter …Truman a vu ou senti juste. Il est quotidiennement sous le contrôle de multiples caméras, à la merci de Christof, dieu transcendant qui dirige les hommes et les femmes à son gré, créant le « monde tel qu’il devrait être ».

« Sommes-nous des Truman ? Faut-il avoir peur des caméras, des puces, des pass, de l’internet ? » Deux questions que François-Bernard Huygues a développé durant cette soirée. Soulevant l’ambiguïté entre les craintes générées par les opérations immatérielles que nous provoquons chaque jour lors de nos déplacements, connexions, communications, ou par le code génétique que nous portons tous, pouvant être analysé lors de relevés d’empreintes ou de cellules, ou encore par les fichiers, c’est bien le problème de la surveillance au quotidien que souhaitait mettre en évidence François-Bernard Huygues.

« Ces dispositifs sont-ils efficaces ? Y a-t-il quelqu’un pour gérer tout cela ? Les Etats peuvent-ils utiliser des milliards d’informations que nous alimentons d’ailleurs de notre propre chef par les sites divers, sur lequel il peut être aisé de dévoiler sa vie à quiconque se connecte ? » Cinélégende, dont la vocation est de concrétiser un projet original - mettre en lumière la résurgence des thèmes mythiques et légendaires au cinéma - a choisi pour illustrer ce thème : The Truman Show, film de Peter Weir, support à la réflexion entre les dieux qui maîtrisent le destin des hommes, ici Christof, et les médias qui nous entourent.

Truman s’affirme en se révoltant. « On peut sortir du carcan, mais on n’y gagne pas forcément en confort. Protégé par les médias qui éblouissent, c’est le prix à payer pour la liberté, qui peut brûler par la vérité ». La caverne de Platon est ici le studio-ville de Truman. « Truman est porteur de message, il représente l’humanité, l’ovation des gens montre qu’ils se sentent victorieux grâce à lui, même s’il demeure une question essentielle : le monde du dehors ne risque-t-il pas d’être le même que celui des studios ? » Une conclusion de Philippe Parrain, président de l’association Cinélégende, que Platon avait déjà posé en son temps : « Que crois-tu donc qu'il répondra si quelqu'un vient lui dire qu'il n'a vu jusqu'alors que de vains fantômes, mais qu'à présent, plus près de la réalité et tourné vers des objets plus réels, il voit plus juste? »


















Angers Mag