Michèle Laroque partage


Rédigé par - Angers, le Mercredi 27 Octobre 2010 à 19:08


Vendredi soir, le grand auditorium du Centre de congrès d’Angers accueillait Michèle Laroque, dans la peau d’Angéla Dupuis-Lévy, le personnage principal de son nouveau spectacle : Mon brillantissime divorce.



Michèle Laroque, dans son personnage d'Angéla Dupuis-Lévy
Michèle Laroque, dans son personnage d'Angéla Dupuis-Lévy
la rédaction vous conseille
A 20h45, Michèle Laroque fait son entrée sur scène, dans un décor sobre et original, autour d’une dizaine de paires de chaussures du créateur Louboutin, un fauteuil, deux sièges et une table. En fond sonore, la chanson de Marc Lavoine, Toi mon amour, donne le ton de la soirée, et Michèle entre dans la peau d’Angéla Dupuis-Lévy, le personnage principal de son nouveau spectacle, Mon brillantissime divorce.

Durant une heure trente, l’artiste rend compte des trois années qui suivent la séparation d’Angéla et son mari Max, dixit crâne rond, qui n’a plus un seul cheveu sur la tête. Par malchance, Max étant parti un 14 juillet, chaque année, lors du feu d’artifice, Angéla a la sensation de fêter ce départ.

Originalité de cette pièce, l’intervention de protagonistes en voix off, pour ponctuer le monologue du seul personnage visuel sur scène, Angéla.

Sa fille Léa, 13 ans, lui fait la morale et lui parle de son petit copain rockeur, alias baguette chaude, traduction de son surnom en anglais. Sa mère lui raconte ses après-midi avec ses copines et râle.
Lorsqu’elle ne supporte plus le bruit du silence chez elle, Angéla pleure et finit par appeler son amie Charline, qui tente de lui remonter le moral. « Penses aux côtés positifs : la lunette des WC est toujours baissée maintenant. Veinarde ! Et puis, le chef de télécommande (ndlr : de la télévision) : c’est toi ! »

Michèle Laroque déploie une belle énergie dans cette pièce de quatre-vingt-dix minutes où elle est seule en scène
Michèle Laroque déploie une belle énergie dans cette pièce de quatre-vingt-dix minutes où elle est seule en scène
Une foultitude d’autres personnages gravitent autour d’elle : de son ami Stéphane à l’avocat Maître Bulot et sa paralysie faciale, en passant par les interlocuteurs de SOS suicide ou encore le docteur Steinman qui ne la considère pas comme hypocondriaque, mais plutôt comme victime d’Upilm : « Usage Profane et Intempestif du Larousse Médical ».

Malgré un titre positif et prometteur, cette pièce traite d’un sujet grave : les difficultés rencontrées par une femme pour se remettre de sa séparation conjugale. Le divorce n’est pas toujours chose facile à accepter. Le parcours est long et semé d’embuche avant de retrouver le sourire.

Avec délicatesse et humour, Michèle Laroque parvient à prouver que malgré les difficultés, la vie et l’amour reprennent le dessus. Ca commence par le premier Noël seule avec son chien, le speed dating désastreux, le voyage spécial célibataire pour se ressourcer dans les îles qui se transforme en séjour où elle n’est entourée que de jeunes mariés. Puis, l’amour revient à elle de manière imprévisible, quelque part dans le Larzac.

En conclusion, Angéla décrète qu’elle n’a pas été larguée par son mari, mais libérée. Et avant de sortir de scène, l’artiste reprend les paroles de la chanson qui ouvre le spectacle : « Toi mon amour, je t’aime pour toujours tous les jours. », avant de remercier Marc Lavoine « pour cette sublime chanson » et le public angevin, avec qui elle a passé « une super soirée ».

Pour Nathalie et Didier, ce fut également un bon moment de détente : « Elle est naturelle, géniale ! On a beaucoup ri. »











Angers Mag