Angers Mag - information, actualités locales, politique, culture

Un autre regard sur la région angevine

- Angers Mag Mobile
   





Mickaël STEPHAN : un grand bonhomme d'Angers-SCO


Rédigé par - Le Mercredi 29 Juin 2011 à 11:24


AMIs de tous les Angevins mais aussi du football, nous sommes allés prendre des nouvelles d’un tout nouveau retraité et très fidèle ancien serviteur d’Angers-SCO : Mickaël STEPHAN. « Micka », pour ses proches, nous a accueilli avec sa gentillesse habituelle pour répondre à nos questions.



Mickaël STEPHAN en pleine action
Mickaël STEPHAN en pleine action
Angers Mag Info : Micka, que deviens-tu depuis ta retraite lors de la trêve hivernale ?
Mickaël STEPHAN : Avec mon épouse, nous nous sommes lancés dans un projet de sport indoor, à Valence, dans la Drôme. Mon épouse gère un complexe où l’on peut pratiquer le badminton, le squash et bien évidemment le futsal. Mon passé de sportif et ma connaissance de ce milieu me permettent de m’investir à ses côtés dans ce projet.

AMI: Ce projet est avant tout celui de ton épouse. Était-ce si urgent que tu ne puisses attendre 6 mois pour prendre ta retraite sportive, ou bien t’es tu dit, sportivement, que le moment était venu d’arrêter pour passer à autre chose ?
MS : Non, sportivement ça allait et j’aurais pu finir la saison sans problème. Seulement, il s’agissait d’une opportunité de reconversion intéressante, qui devait impérativement être lancée en janvier. D’autre part, le SCO avait été clair avec moi et je savais que mon contrat ne serait pas prolongé.
Valence n’est pas une très grosse ville et ce projet est risqué économiquement. On se devait de mettre tous les atouts de notre côté pour réussir et ma connaissance du milieu sportif en est un, je crois.

Nous avons donc pris cette décision d’arrêter ma carrière et de quitter notre deuxième ville de cœur, Angers, où nous nous plaisions et avons gardé beaucoup d’attaches, pour retrouver notre ville d’origine.


AMI : Évoquons maintenant ta carrière, toi qui était un peu le Claude PUEL du SCO. Celui qu’on n’annonce jamais dans le onze type de la saison. Et pourtant, toujours plus de 30 matches par saison…
MS : Oui, c’est vrai que je n’ai jamais fait partie des titulaires annoncés en début de saison et je suis assez fier de ma carrière. D’avoir pu gagner ma place par mon travail, c’est important.

AMI: Si je te dis 2006-2007. La montée, l’arrivée du trio GARCIA-PICKEU-BERNARD, Clément PINAULT. Ca évoque quoi pour toi ?
MS : Le trio composé du coach, du Président et du manager général a su parfaitement faire l’amalgame d’un groupe remanié à 80% (NDLR : Arrivée de Pado, Do Marcolino, Pinault, Planus etc.…). C’est un souvenir magnifique conclu avec la montée et une superbe fête contre Vannes, lors de la dernière journée.

Un souvenir inoubliable, comme celui d’avoir côtoyé Clément, décédé si jeune l’année suivante.


AMI : 2007-2008, le maintien avec un début de saison difficile.
MS : Une belle saison, pas simple. Une saison débutée avec un premier déplacement à Brest, sans savoir si on allait jouer. Finalement le tribunal a tranché l’après-midi, confirmant qu’on était admis à jouer en Ligue 2. Dur nerveusement. Pas l’idéal pour se préparer.

AMI : 2008-2009 : Une belle saison, un goût d’inachevé. Est-ce que la défaite envolée à la dernière minute contre Lens (2-2) n’a pas tout cassé.
MS : Non, on est allé gagner à Troyes, la journée suivante. Mais peut être qu’on s’est mis la pression tout seul. Mais, le match d’après contre Ajaccio où on perd sur un penalty sévère avec expulsion de Teddy ONGOLY, lui, nous a fait très mal. Cela reste une belle saison, celle de la confirmation.

AMI : 2009-2010, un prétendant à la montée. Et toi, toujours dans le onze. Un souvenir ?
MS : La confirmation de nos prétentions, avec en point d’orgue la victoire à la Beaujoire, qui a énormément marqué les supporters. De notre côté, cette victoire a été d’autant plus appréciée que si on avait perdu ce match, on aurait passé la trêve hivernale en position de relégable. Difficile d’imaginer qu’on aurait pu, dans ces conditions, réaliser une aussi belle phase retour.

Angersmag : Et 2010-2011, clap de fin pour « captain Micka » ?
MS : Oui, une fin de carrière au bout d’une première partie de saison difficile, en raison d’un groupe très remanié. Mais un bon groupe qui n’a jamais douté, avec un bon staff à sa tête. Un retour dans la Drome, mais avec une ville d’Angers à jamais dans ma mémoire, puisque ma fille y est née. Mais ce ne sera pas le seul excellent souvenir que je garderai de l’Anjou où nous nous plaisions.

Je n’oublierai pas le club et ses supporters, avec lesquels ça s’est toujours bien passé. Passe leur un bonjour amical de ma part et dis leur que je compte bien un jour repasser dans la région.

Propos recueillis par Emmanuel Ollivier pour Angers Mag Info




Yannick Sourisseau
Web Journaliste suivant plus particulièrement les technologies digitales Formateur technologies de... En savoir plus sur cet auteur