Mobilisation générale pour ou contre le mariage gay, samedi


Rédigé par Rédaction Angers Mag Info - Angers, le 13/12/2012 - 16:55 / modifié le 13/12/2012 - 23:56


Samedi, le mariage gay est au centre des préoccupations angevines D'un côté, Quazar, le centre lesbien, gay, bi et trans d'Angers, appelle à une mobilisation en faveur de l'égalité des droits. Et de l'autre, l'évêque Mgr Emmanuel Delmas organise une après-midi de formation à l'Université catholique de l'Ouest sur le thème : « Mariage des personnes homosexuelles et adoption : enjeux et conséquences ». Coïncidence ? Une chose est sûre, les avis seront partagés…



Mobilisation générale pour ou contre le mariage gay, samedi
Le débat sur le mariage gay et l'adoption envahit la place d'Angers samedi après-midi. Appel à la manif pour l'association Quazar, le centre lesbien, gay, bi et trans d'Angers, dès 15 heures, place Saint-Aubin. Et dans le même temps, le diocèse d'Angers et son digne représentant, l'évêque Mgr Emmanuel Delmas, proposent une après-midi de formation à la Catho. De quoi se faire une idée, sans doute. Toutefois les avis des uns et des autres, semblent d'ores et déjà tranchés.

Selon Quazar, "il est désormais évident que l'égalité des droits sera un combat de haute lutte, face à un gouvernement qui n'a pas souhaité assumer un projet de loi entièrement égalitaire, qui a décalé les échéances à plusieurs reprises, face à un président de la République qui a créé la stupeur et la colère en évoquant une "liberté de conscience" pour les maires, face à certains élus de gauche opposés à ce projet de loi, face à l'UMP qui, en plein divorce, s'oppose une fois de plus à l'égalité, face aux religions".

Et Stéphane Corbin, son président d'ajouter par voie de communiqué : "Et principalement l'Église catholique, et à leurs représentants et affidés qui n'ont pas hésité à user d'amalgames odieux et de dramatisation exagérée à dessein, face aux opposants qui se font passer pour aconfessionnels, alors qu'ils ne sont pour l'immense majorité que des catholiques poussés dans la rue par leurs évêques".

"Les enfants au sein de couples homosexuels présenteront des blessures profondes"

Moins vindicatif et se voulant avant tout pédagogique, Mgr Emmanuel Delmas souhaite avec cette après-midi de formation "sortir de l’agitation médiatique et des excès propres à un débat passionné ". L’objectif est d’amener les participants à prendre du recul et à s’approprier, à travers la conception chrétienne de la personne et de la société, les arguments juridiques, philosophiques, anthropologiques du débat.

"Ce temps s’adresse à toutes les personnes qui s’interrogent sur la réforme du mariage dit "pour tous", précise le diocèse. Et il ne s’agit pas de rentrer dans des confrontations stériles, mais de proposer un véritable temps de formation et d'aborder en profondeur l’ensemble des arguments et de mieux comprendre les positions prises par chacun – et l’Eglise en particulier - dans un projet qui engage toute la société."

Lors de cette après-midi, plusieurs témoignages de personnes parties prenantes sur ce sujet en France et en Europe démontreront la complexité de l’ouverture du droit au mariage et à l’adoption pour les personnes de même sexe. Un temps d’échanges en atelier permettra de rentrer dans des questions plus précises comme la pertinence de la parole de l’Eglise dans ce débat, les expériences européennes dans ce domaine, les conséquences juridiques du projet de loi, ou encore la prise en compte de l’enfant dans cette évolution de la famille.

Parmi les intervenants, Thibaud Collin, enseignant et auteur de l’ouvrage "Les lendemains du mariage gay" clôturera cette formation. Dernièrement, ce professeur en philosophie déclarait dans le magazine "Le Pélerin" : "Les enfants au sein de couples homosexuels présenteront des blessures profondes".








1.Posté par Harang le 16/12/2012 15:44 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Enfin une initiative intelligente....Si on dit que l'Eglise est en pointe et moderne c'est bien parce qu'elle défend les valeurs humaines comme ici la démocratie. Car depuis que ce projet était en préparation et a été approuvé par le gouvernement, toute la dialectique des partisans du "pour" du "mariage pour tous" se résume à tuer le débat par des anathèmes qui « fleurtent » avec le sectarisme et le totalitarisme (FEMEN & Co même combat et mêmes méthodes que l’extrême droite). Pour Monsieur C...















Angers Mag