Mobilité et précarité : "Un phénomène qui se cristallise"


Rédigé par Tiphaine CREZE - Angers, le 12/11/2015 - 19:42 / modifié le 12/11/2015 - 19:42


Le Secours Catholique de Maine et Loire a présenté, jeudi, les conclusions d'un rapport statistique majoritairement consacré à la mobilité. Un thème qui englobe, entre autres, frais de transports, passage de permis et acquisition de véhicules, et pour lequel les demandes d'aides ont plus que doublé dans la région, auprès de l'organisation caritative. Damien Rouillier, délégué départemental du Secours Catholique évoque cette urgence.



Solutions, parmi d'autres, soutenue par le Secours Catholique de Maine-et-Loire pour les personnes confrontées à des problèmes de mobilités, le garage solidaire, Solidarauto 49, répare et vend des véhicules à moindre frais.
Solutions, parmi d'autres, soutenue par le Secours Catholique de Maine-et-Loire pour les personnes confrontées à des problèmes de mobilités, le garage solidaire, Solidarauto 49, répare et vend des véhicules à moindre frais.
la rédaction vous conseille
Quels sont, pour vous, les principaux enseignements du rapport statistique publié début novembre par le Secours Catholique ?

Damien Rouillier : "J'en retiens deux. Tout d'abord, la pauvreté se durcit. Il est plus difficile de sortir des situations de précarité. Au Secours Catholique, on accueille les gens sur une plus longue période et avec des situations plus compliquées. L'autre constat, c'est que la part des migrants dans nos accueils augmente d'année en année, pour atteindre aujourd'hui plus d'un tiers : c'est une population qui s'appauvrit beaucoup."

Une partie importante du rapport est consacrée à la "fracture mobilité". En 2014, 9,1 % des demandes effectuées auprès du Secours Catholique portaient sur ce thème, contre 4,3 % en 2010. C'est une problématique récente ?

D. L . : C'est un phénomène qui se cristallise depuis plusieurs années, sans doute pour des causes structurelles, dont la distance entre le lieu d'habitation et le lieu de travail. Par exemple, dans le Segréen ou le Pouancéen, les logements sociaux sont abordables mais il n'y a plus de travail à proximité. Autre exemple : beaucoup de personnes s'installent en milieu rural sur l'axe Cholet-Nantes parce que c'est moins cher, mais elles sont alors confrontées à gérer leur mobilité au quotidien."

Quel est le public le plus touché par cette problématique de mobilité ?"

D. L. : Il faut déjà faire une distinction entre le milieu urbain et le milieu rural. Ce dernier est plus touché par ces questions même si, en ville, les salariés qui travaillent en horaires décalés ne peuvent pas non plus compter sur les transports en commun. C'est une question qui touche les personnes en situation précaire ou qui ne disposent pas du permis de conduire (le deux-roues n'est pas très fiable et se fait plus facilement voler qu'une voiture).

Damien Rouillier, délégué départemental du Secours Catholique de Maine-et-Loire.
Damien Rouillier, délégué départemental du Secours Catholique de Maine-et-Loire.
Les personnes âgées sont également concernées par cette problématique. Les associations de transport solidaire, comme Trans'pom à La Pommeraye, offrent, aux seniors notamment, la possibilité d'aller chez le médecin, chez le coiffeur ou de rendre visite à un ami. Car si la capacité à se déplacer est déterminante pour l'accès au travail, elle l'est aussi pour se maintenir dans la vie sociale et familiale.

Quelles autres solutions sont proposées ou soutenues par le Secours Catholique du Maine-et-Loire ?

D. L. : Nous accompagnons vers le microcrédit les personnes qui en ont besoin. Actuellement, 90 % des microcrédits concernent la mobilité, que ce soit pour l'achat d'un véhicule ou sa réparation. Nous sommes également partenaires de Mobi'Mauges, une plateforme où l'on peut obtenir des réponses à des problématiques de mobilité. Le Secours Catholique est aussi associé à Solidarauto 49, un garage solidaire qui a été créé en 2010 à Trélazé.

Dans l'idéal, quelles solutions pourraient être mises en place pour pallier à ces problématiques ?

D. L. : C'est un sujet complexe, qui mêle des initiatives semblables à celles que nous portons et des enjeux structurels plutôt portés par le Département, qui a déjà mis beaucoup de choses en place, comme les parkings et les sites de covoiturage.
L'idéal serait une réponse multiple, à orchestrer. Mais pour l'instant, on ne voit pas d'orchestrateur, seulement des acteurs qui cherchent à créer des choses dans leur coin. A l'avenir, nous aurons besoin de cohésion entre le monde associatif et le monde industriel. Car la mobilité est tant un argument social qu'un argument économique.

La mobilité en chiffres dans les Pays de la Loire
(extrait du rapport statistique du Secours Catholique)

En 2014, 9,1 % des demandes auprès du Secours Catholique concernaient la mobilité, contre 4,3 % en 2010.
46 % des personnes en situation de précarité interrogées disent disposer d’un transport en commun à moins de 10 minutes à pied.
73 % des ménages en situation de précarité ont une voiture, 30 % utilisent les transports en commun et 38 % pratiquent le covoiturage.
Sur 47 microcrédits accordés en 2014 (dans le cadre d'un accompagnement par le Secours Catholique), 43 concernaient la mobilité (achat de véhicule, financement du permis de conduire, réparation)












Angers Mag















Angers Mag : Le SCO passe à l’orange: Tenus en échec à Jean Bouin samedi par la lanterne rouge du... https://t.co/QADPR1iLiN https://t.co/YP52GPOoB9
Dimanche 4 Décembre - 13:50
Angers Mag : #Angers En panne d'idée de cadeaux ? @Revue_BDM #carnetsdevoyage #publicité https://t.co/VsebE5LDp8
Samedi 3 Décembre - 18:56
Angers Mag : RT @IncroyableSCO: Angers SCO à la pêche aux points face aux Merlus du @FCLorient ce soir (20h) à Jean-Bouin ! #SCOFCL #VibrezSCO https://t…
Samedi 3 Décembre - 12:56
Angers Mag : ChroniK'Ô Noir - #18 : "Plateau", de Franck Bouysse: Chaque mois, la journaliste Martine... https://t.co/V0soKdy4ie https://t.co/07YeiZrSfq
Samedi 3 Décembre - 09:00


cookieassistant.com