Montgolfières : Léonore Vitry, une jeune coccinelle dans le ciel angevin

Championnat de France de montgolfières - Brissac Quincé 2013


Rédigé par - Angers le Dimanche 1 Septembre 2013 à 10:14


Même si elle est passée à côté du titre, Léonore Vitry, la pilote tourangelle de la montgolfière N°46, un ballon aux couleurs du petit coléoptère bien connu des jardiniers, gardera un excellent souvenir de son passage à Brissac-Quincé pour le 39e Championnat de France. L’organisation de l’association « Arc en ciel d’Anjou » et l’accueil chez l’habitant sont, selon elle, les deux points forts de cette compétition.



La cocinnelle de Léonore Vitry lors d'une épreuve du Championnat de France à Brissac-Quincé
La cocinnelle de Léonore Vitry lors d'une épreuve du Championnat de France à Brissac-Quincé
la rédaction vous conseille
Bon sang ne saurait mentir. Âgée de 29 ans, originaire d’Amboise (37), Léonore Vitry, ex-administratrice de vente aux enchères chez Christie's est presque née dans la nacelle d’une montgolfière. « Avec un papa pilote de montgolfière, j’ai commencé au berceau. Ce n’est donc pas par hasard si je participais à ce championnat de France. Même si mon père ne fait pas de compétition, c’est une évolution logique pour moi », déclarait-elle aux termes d’une compétition très éprouvante.

« Pilote depuis 2006, c’est la deuxième fois que je participe au Championnat de France », poursuit Léonore Vitry en faisant ses valises pour retourner dans sa bonne ville d’Amboise qu’elle survole régulièrement. « Comme il faisait beau, nous avons volé soir et matin pendant seulement trois jours et une soirée, soit 22 épreuves en 7 vols à accomplir avec autour de moi de très bons pilotes de niveau européen et mondial ».

Pas le temps de faire la grasse matinée et de musarder en chemin, Léonore regrette presque « une journée de météo désagréable pour se reposer ». Levée vers 5h le matin pour se rendre à Brissac pour un premier briefing à 6h15 et un vol de près de trois heures ensuite, Léonore se couchait vers minuit, après le vol du soir. « C’est très difficile et ce n’est pas une question d’homme ou de femme. D’ailleurs en montgolfière je ne fais pas de différence. Je dirais même que c’est un sport plus féminin, même si nous n’étions que sept femmes pilotes, car en l’air les ballons sont très gracieux ». Ce n’est donc pas pour rien qu’on appelle les montgolfières « les filles de l’air ».

Pour Léonore, le plus dur ce n’est pas de préparer le ballon de 2200 m3 pour l’ascension, mais plutôt la concentration dont il faut faire preuve pendant quatre jours durant. Et pas question de s’attarder sur le paysage. « Je sais que la région est très belle. A Brissac, j’ai beaucoup aimé le château et son propriétaire, très sympathique, mais je n’ai pas eu vraiment le temps de l’admirer. Avec Benjamin mon navigateur, nous avons sans cesse le nez sur les instruments. C’est une compétition, pas du tourisme ».

« Nous avons été particulièrement bien accueillis et même chouchoutés »

Léonore Vitry (4e à gauche) et son équipage, en compagnie de leur hôte (au centre)
Léonore Vitry (4e à gauche) et son équipage, en compagnie de leur hôte (au centre)
Ce dont elle se souvient c’est son passage au-dessus de la Loire, le « fleuve royal » qui traverse paisiblement l’Anjou après être passé au pied du château d’Amboise. « Le survol de la Loire au petit matin, après un décollage dans la brume, c’était extraordinaire ». Seuls les membres de son équipe au sol, Mathilde et Raphaël, ont eu un peu plus de temps pour apprécier la douceur et la couleur de l’Anjou.

Même si elle ne se classe que 35e sur 46, Léonore est plutôt satisfaite de sa performance. « Mon objectif c’était de faire mieux que mon numéro de nacelle », dit-elle avec un trait d’humour. « Je ne cherche pas obligatoirement le classement, mais plutôt la rencontre avec d’autres pilotes. Nous ne sommes que mille pilotes licenciés en France, la montgolfière est une grande famille dans laquelle je me sens bien. C’est ce qui compte ». Reste que la coccinelle que représente son ballon n’est pas passée inaperçue du public angevin, le petit coléoptère étant lui aussi très populaire dans une région végétale comme l’Anjou.

Si Léonore Vitry n’a pas eu vraiment le temps de s’attarder sur la qualité des paysages, elle a néanmoins apprécié l’accueil angevin. « A mon avis c’est la seule compétition que je connaisse où les pilotes sont accueillis chez l’habitant. Ça permet de tisser des liens et pour ce qui nous concerne nous avons été particulièrement bien accueillis et même chouchoutés, Marie Claude étant devenue une mère, un coach, pour moi et mon équipe ».

Léonore et son équipage, ainsi qu’un équipage ami, étaient accueillis pendant la durée de la compétition, par Marie-Claude Monnier, une habitante de Blaison-Gohier, visiblement ravie. « Ce ne fut que du bonheur d’accueillir cet équipage féminin », déclarait-elle hier soir, presque la larme à l’œil en voyant partir sa petite protégée et sa coccinelle. « Moi qui suis une sportive j’étais plutôt satisfaite de pouvoir accueillir un équipage de compétition. Ce fut une expérience nouvelle pour moi. Je ne connaissais pas le monde de la montgolfière et j’ai beaucoup apprécié la motivation, la passion de cette jeune équipe. Ça me donne presque envie d’apprendre à piloter… ». Il est vrai que les basses vallées angevine que sa demeure surplombe, lui permettrait de faire aisément décoller un ballon.







Yannick Sourisseau
Web Journaliste suivant plus particulièrement les technologies digitales Formateur technologies de... En savoir plus sur cet auteur

Actualité | Société | Economie | Politique | Culture | Sports - Loisirs | Services | Zoom sur ... | Billet d'humeur | video | vacances | Administration - Gestion | Jeux | le mensuel Angers Mag | Archives | Publicité | L'oeil de Fanch Juteau










Angers Mag











Angers Mag : #JPEL "Contre le complotisme, on ne peut pas enrayer tout (...) Mais on peut entraîner les cerveaux." 👏👏JB Schmidt… https://t.co/6pn23fJUHD
Vendredi 9 Décembre - 15:01
Angers Mag : L'indépendance, un état d'esprit ? #Angers Mag bien chez soi à la journée de la presse en ligne à Paris. #JPEL https://t.co/EpAgR2dt6N
Vendredi 9 Décembre - 12:17
Angers Mag : #Angers Le dessin du mois de décembre signé Fañch Juteau #prevention #VIH https://t.co/J3CxFCf8FC https://t.co/oAZR7nNURX
Vendredi 9 Décembre - 12:01
Angers Mag : #Angers Le dessin du mois de septembre signé Fañch Juteau #accrochecoeurs https://t.co/J3CxFCf8FC https://t.co/Jkrkty2UMe
Vendredi 9 Décembre - 10:51




cookieassistant.com