Montmartre à Briollay : cabaret parisien et peintres de rue


Rédigé par - Angers, le 18/08/2013 - 09:45 / modifié le 19/08/2013 - 07:49


Ce samedi soir, tout Briollay, la petite bourgade située au nord-est d’Angers, et plus encore, s’est donné rendez-vous au spectacle de la revue parisienne « Coup de foudre » de la compagnie Les Allumettes et de la chanteuse Mancelle Lena Louïs. Pour la 16e édition de « Montmartre à Briollay », qui se déroule ce week-end la petite commune des bords de Sarthe se donne, une fois de plus, un coté très « faubourg de Paris ».



Le spectacle Coup de foudre, hier soir à Briollay
Le spectacle Coup de foudre, hier soir à Briollay
la rédaction vous conseille
Certes Briollay n’est pas la butte Montmartre, mais le côté pittoresque de ce charmant village niché au cœur des basses vallées angevines, sur les bords de la Sarthe, n’a rien à envier aux faubourgs parisiens. Pour preuve, des peintres s’installent régulièrement dans les rues pour immortaliser les maisons du village et les bords de la rivière.

De là à comparer les rues de Briollay à celles de la célèbre butte parisienne, il n’y a qu’un pas que la municipalité et le comité des fêtes franchissent allègrement depuis une quinzaine d’années. Et pour les peintres qui viennent chercher l’inspiration dans cet environnement relativement bien conservé, « Montmartre à Briollay », est devenu un rendez-vous incontournable.

Et la 16e édition qui se déroule ce week-end des 17 et 18 août ne déroge pas à la règle. Pendant ces deux jours, les peintres installent leurs chevalets, lorsque le temps le permet, et certains s’exposent dans les bâtiments communaux, pour vendre leur production, mais aussi pour participer au concours, lancé chaque année par les organisateurs.

« Le concours de peinture et de dessin est ouvert à tous. Il est à réaliser sur les deux journées et porte sur les paysages des communes de Briollay, Vieux Briollay, Soucelles (la commune voisine) et la Roche Foulque. Dans ce périmètre déterminé, chacun choisit son emplacement pour implanter son chevalet », précise le règlement.

Chaque année, toutes les catégories de peintres sont acceptées, enfants et adultes, chacun concourant pour cinq prix dont le montant total s’élève à 1200 €. Hormis le prix du public, dont l’œuvre est conservée par le comité d’organisation, les autres tableaux, un seul par artiste, sont revendus lors de la vente aux enchères qui clôture l’événement, ce dimanche soir.

La Compagnie des Allumettes a mis le feu aux tables voisines

Pour donner un côté plus festif et plus parisien, chaque année une troupe se produit sur la scène installée au cœur du village, au pied de l’église. Hier soir, les saints ont dû se voiler le visage pendant que les autres, plus nombreux, ceux qui avaient réservé une table pour diner, n’ont pas quitté la scène des yeux.

En moins de temps qu’il ne faut pour le dire, la troupe parisienne « La Compagnie des Allumettes » avec ses danseuses « topless », en strings et plumes colorées a littéralement mis le feu aux tables voisines. L’ambiance atteignait son paroxysme quand ces dernières venaient se trémousser au nez des spectateurs. Cette revue très moderne, au cours de laquelle se mêlaient sensualité, féminité, élégance et raffinement constituait pour certains, l’attraction de ces deux jours.

Autre point fort de la soirée, la prestation de la chanteuse Lena Louïs, auteure, compositeur, interprète, venue en voisine de la ville du Mans. Cette dernière dont la voix n’a pas laissé insensibles les amateurs du genre est passée sans complexe du répertoire de Freddy Mercury (Queen), à celui de Léonard Cohen, Michel Sardou, Sylvie Vartan, Luis Mariano ou encore Édith Piaf. Un grand moment de chanson, de bonne facture, très apprécié du public. Même si ce dernier avait tout de même « le coup de foudre » pour les danseuses à plumes.

Cette fois encore Briollay, ne sera pas encore Montmartre ni Pigalle, mais s’en rapprochera tout de même par la qualité des œuvres et des spectacles présentés.




Yannick Sourisseau
Web Journaliste suivant plus particulièrement les technologies digitales Formateur technologies de... En savoir plus sur cet auteur





1.Posté par didusnot le 18/08/2013 19:01 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
formidable...c'est sur que le prétentieux n'a aucun complexe à se prendre pour le roi du monde, un parisien ou meme à considérer qu'avec son patois local il va épater les chinois... on fait toujours dans la finesse : du topless pour les grosses fesses !















Angers Mag