Municipales 2014 : le « J’accuse » d’André Despagnet


Rédigé par - Angers, le 16/03/2014 - 19:06 / modifié le 16/03/2014 - 21:34


Si discret lorsqu'il était aux affaires, André Despagnet, le grand argentier de la ville d’Angers, vide son sac depuis qu’il a rejoint la liste de Jean-Luc Rotureau (Centre Gauche). Dans une vidéo publiée sur le site de campagne de son chef de file, il accuse même nommément Jean-Claude Antonini et Frédéric Béatse de "ne pas avoir respecté l'argent des contribuables angevins". Une lourde charge à quelques jours du premier tour des élections.



Municipales 2014 : le « J’accuse » d’André Despagnet
A quelques jours du premier tour de scrutin, la vidéo intitulée « J’accuse », publié sur le site du candidat Rotureau, fait l’effet d’une bombe. André Despagnet y met le doigt là où ça fait mal : les finances de la ville d’Angers, sujet qu’il connaît comme le fond de son porte-monnaie.

Les critiques ne sont pas neuves. Mais c'est le ton employé - martial et un brin vengeur - qui détonne. Le toujours adjoint aux finances y accuse tout bonnement ses deux compagnons de route, Jean-Claude Antonini et Frédéric Béatse d’avoir poussé la ville dans l'endettement, malgré ses recommandations. Pour déstabiliser un adversaire, difficile de faire pire.

« Il y a des chiffres que je ne comprends pas », déclare l’adjoint aux finances de la ville d’Angers depuis 1977, visiblement très agacé. « Mais ce que je comprends aujourd’hui c’est qu’il faut maitriser les investissements. Tous ceux qui font des propositions comment vont-ils les financer ? Si on emprunte 30 à 40 millions par an, qui va rembourser ? Le risque c’est l’augmentation permanente de la pression fiscale et si l’on continue comme ça on sera la ville la plus imposée et la plus endettée ».

André Despagnet qui s’est abstenu de voter le budget d’investissement du conseil municipal de janvier dernier, n’a pas varié dans les reproches qu’il adressait alors à la majorité municipale. Amer, il l’est toujours et il enfonce même le clou, ce qui n’est pas pour déplaire à Jean-Rotureau, lequel prône depuis le début de sa campagne, un abaissement des investissements de la ville.

"C'est dégueulasse !"

« Depuis 4-5 ans, au conseil, en commission des finances, je disais que le budget était trop élevé et ça ne changeait rien car désormais il faut de l’ambition », ajoute André Despagnet. « Mon ambition je le fais avec mon argent pas avec l’argent des autres ».

Et de poursuivre, très remonté : « Hier je faisais des reproches, mais aujourd’hui, j’accuse Antonini et Béatse de ne pas avoir respecté l’argent des contribuables angevins. C’est de l’inconscience. J’ai dit à Frédéric de ne pas faire le centre aqualudique, nous n’avions pas le moyens. Il ne m’a pas écouté ».

Alors désormais, le Monsieur "finances" qui se targue d’avoir permis à la ville de ne pas augmenter les impôts pendant 28 ans - « ma carte de visite », ajoute-t-il - jette le pavé dans la mare. Un pavé que les soutiens de Frédéric Béatse ont de la difficulté à avaler.

Rencontrés hier sur la place du Ralliement, ils ne parlaient que de cette vidéo : « C’est dégueulasse de la part de Jean-Luc Rotureau et André Despagnet. Christophe Béchu, on comprend, puisqu’il est de droite. Mais eux ? Puisqu’ils ne sont pas d’accord depuis des années pourquoi n’ont-ils pas démissionné ? Ils dénoncent un système dont ils ont visiblement profité ».

Les propos des militants qui arborent l’écharpe mauve et le badge de soutien à l’équipe « Aimer Angers », sont même menaçants : « Après les élections Jean Luc Rotureau pourra aller voir ailleurs car il n’aura plus d’avenir politique ici ». En clair, pas question de lui tendre la main, après pareille affirmation. Mais Jean-Luc Rotureau, « obsédé par la victoire », comme il déclare dans Ouest-France, n’en a manifestement cure.

Un peu morne à ce jour, la campagne semble s’accélérer dans la dernière ligne droite, au risque, pour certains, de friser la sortie de route.




Yannick Sourisseau
Web Journaliste suivant plus particulièrement les technologies digitales Formateur technologies de... En savoir plus sur cet auteur




Du plus récent au plus ancien | Du plus ancien au plus récent

14.Posté par Etalors le 18/03/2014 16:22 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Question : M. DESPAGNET perçoit-il toujours son indemnité d'adjoint ? La réponse est OUI.
Question : M.ROTUREAU bénéficie-t-il TOUJOURS des places payées par la ville dans les manifestations sportives ? La réponse est OUI

ZOLA n'était pas rémunéré par DREYFUS, son article lui a valu l'exil. Vous ne lui arrivez pas à l'orteil.

Alors, messieurs ROTUREAU et DESPAGNET, adjoints depuis MONNIER, ne jouez pas les victimes, vous ajoutez simplement la félonie à vos chefs d'accusation, elle rejoint l'ambi...

13.Posté par Paul Bismuth le 18/03/2014 10:56 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Dans le genre commentaire objectif J'hésite encore entre le faux prof d'histoire qui s'offusque qu'on cite Zola, et le Depisan (contre un arbre) qui parle d'aigreur et de hargne....

J'aime bien, bravo, vous m'avez bien fait marrer.

Allez, plus que 6 jours et on parle plus de Béatse. (si si, c'est vrai, même Solférino l'a prévu.)

12.Posté par Valentin le 17/03/2014 22:54 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Monsieur Béatse se moque bien de nous condamner à une hausse future des impôts : la seule chose qui le préoccupe, c'est de gagner les élections par tous les moyens !

11.Posté par Marc le 17/03/2014 22:49 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Peu importe que monsieur Despagnet dérange ses anciens amis, qui feignaient pourtant de l'admirer il y a encore quelques semaines. Il ne fait que dénoncer une triste réalité : la gestion municipale à la mode Béatse n'a plus grand chose à voir avec le sérieux des années Monnier. L'équipe actuelle dépense de plus en plus alors que la ville et les angevins ont de moins en moins de ressources. Une folie !

10.Posté par Jérôme le 17/03/2014 22:41 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
André Despagnet alertait le maire depuis longtemps sur tous ces points, et il le faisait en privé. Ceux qui lui reprochent aujourd'hui violemment ces déclarations ne peuvent s'en prendre qu'à eux-mêmes : s'ils l'avaient écouté, ne serait-ce qu'un peu, il ne serait pas obligé aujourd'hui de mettre ces reproches sur la place publique.

1 2 3














Angers Mag











Angers Mag : Séance critique : "Ma'Rosa" de Brillante Mendoza: Dans Séance critique, deux fois par... https://t.co/UXYZ0kjrdt https://t.co/JrsEK1vwBv
Samedi 10 Décembre - 11:00
Angers Mag : « Ces pédagogies ne sont pas ignorées »: Et l’Education Nationale ? Quel regard... https://t.co/JnPQWXILNL https://t.co/5glkXOM6T3
Samedi 10 Décembre - 07:45
Angers Mag : #JPEL "Contre le complotisme, on ne peut pas enrayer tout (...) Mais on peut entraîner les cerveaux." 👏👏JB Schmidt… https://t.co/6pn23fJUHD
Vendredi 9 Décembre - 15:01
Angers Mag : L'indépendance, un état d'esprit ? #Angers Mag bien chez soi à la journée de la presse en ligne à Paris. #JPEL https://t.co/EpAgR2dt6N
Vendredi 9 Décembre - 12:17



cookieassistant.com