Murs-Erigné : l’Embarquement ne veut pas être débarqué


Rédigé par - Angers, le 10/04/2014 - 07:28 / modifié le 10/04/2014 - 16:26


Que se passe-t-il à Murs-Erigné, au sud d’Angers, sur les bords du Louet où Marie Séchet et l’équipe du Vaisseau Tomate, ont ouvert, en juillet 2010, avec la bénédiction de la municipalité de l’époque, « l’Embarquement », un lieu culturel et alternatif très apprécié des Angevins ? Depuis l’an dernier, rien ne va plus, le torchon brule et même les baraquements. Allez comprendre…



Marie Séchet, au centre, et Sofian Naït-Bouda à droite et quelques soutiens érimurois
Marie Séchet, au centre, et Sofian Naït-Bouda à droite et quelques soutiens érimurois
la rédaction vous conseille
De l’avis des familles angevines qui avaient l’habitude de fréquenter ce lieu insolite au pied du quartier dit « des Fontenelles », à Murs-Erigné, « l’endroit était certes atypique, mais plutôt sympathique ». Sur un ancien terrain de 5000 m2, « une ancienne sablière de mauvaise réputation », précise Marie Séchet, à l’origine du projet, « l’Embarquement », accueille en été, sur ses espaces ludiques et pédagogiques, des artistes en résidence, des expositions, des festivals engagés ainsi qu’un public varié de randonneurs, familles, jeunes et moins jeunes, citadins et paysans, chacun pouvant à loisirs échanger, discuter, mieux se connaître. Le lieu a même intéressé le magazine « Vue sur Loire » sur France 3

Un espace ouvert, voulu par des jeunes qui n’ont qu’une idée en tête : faire un lieu d’expression et de partage, une plateforme d’expérimentation, autonome en énergie, un espace culturel avec un programme étoffé et un restaurant 100% bio qui fait la part belle aux producteurs locaux. « Un lieu de commerce équitable », comme disent les défenseurs du projet, un lieu intergénérationnel qui concrétise l’idée du « bien vivre ensemble ».

« C’était un endroit où l’on pouvait se régaler les papilles et les oreilles et rien d’autre », souligne Sofian Naït-Bouda, responsable du projet, mais aussi cuisinier. Ce dernier emploi le passé, car depuis quelques mois le ton monte avec les riverains et la municipalité, la nouvelle, mais aussi l’ancienne conduite alors par Philippe Bodard, celui-là même qui avait soutenu ce projet culturel et environnemental. Et l’affaire va si loin que la cuisine de Sofian en a même fait les frais, un incendie probablement d’origine criminelle, l’a détruite en quelques minutes.

Alors qui en veut à l’association et qui met tout en œuvre pour qu’elle ne puisse pas se réinstaller comme elle en a l’habitude, depuis le 14 juillet 2010. Une enquête est en cours, mais les membres du collectif qui gère les lieux pointent du doigt des voisins qui verraient mieux en ce lieu un jardin public sans âme, aux antipodes de ce qui caractérise l’Embarquement.

« Nous salarions quatre personnes et par notre engagement radical en faveur de l’économie locale, nous faisons vivre et travailler des paysans, artistes et artisans angevins », ajoute Sofian Naït-Bouda qui ne comprend pas.

Un festival féminin qui met le feu aux poudres

Le restaurant bio et ce qui reste de la cuisine après l'incendie
Le restaurant bio et ce qui reste de la cuisine après l'incendie
Ouvert aux initiatives minoritaires, celles qui ne font pas la une, sauf quand elles dérangent, l’association organise en 2013 une « Ladyfest », un événement non mixte à caractère festif, pédagogique et politique ouvert à toutes les femmes et transgenres, avec des ateliers dont un d’auto-gynécologie, des débats, des performances artistiques et des concerts. En trois jours, plus de 300 féministes ont déboulé sur les bords du Louet, sous les yeux de voisins hostiles par nature au projet.

Pour les riverains et certaines familles, traditionalistes, c’est la goutte qui fait déborder le vase. Même Philippe Bodard, le maire qui avait conventionné le projet, plutôt ouvert sur ce sujet, s’en offusque et demande des comptes aux organisateurs.

« Cet événement a provoqué des réactions virulentes et mêmes les fantasmes les plus extravagants », explique Sofian. « On nous a accusé de déviance sexuelle et d’organiser des partouzes ». C’est sur cette incompréhension que se fondent alors leurs adversaires pour demander le départ de l’Embarquement.

Parmi les opposants les plus virulents, Charles Peltier, représentant de l’association des habitants des Fontenelles, désormais Adjoint chargé des finances dans la nouvelle municipalité conduite par le maire Damien Coiffard, lequel avait mis en bonne place les problèmes de l’Embarquement sur son programme de campagne. Excédé par le bruit, M. Peltier avait fait arrêter un concert qui avait lieu en après-midi et déposer une plainte auprès de la gendarmerie. « Comptez sur moi pour vous faire fermer », avait-il dit à l’adresse de l’association alors qu’il n’était que candidat.

« C’est un maillon important de l’économie locale »

Mais tous les riverains et habitants de Murs-Erigné ne sont pas de cet avis et certains prennent fait et cause pour l’association. Un comité de soutien composé d’artistes, parmi lesquels Denis Péan, chef de file du groupe Lo’jo, en résidence sur la commune, des paysans bio, des producteurs locaux, des jeunes de la commune a été créé et une pétition citoyenne forte de 3000 signatures est ouverte sur internet.

Liée à la mairie par une convention de 8 ans, l’association qui compte bien réinvestir les lieux le 25 mai pour la fête de la Muse (monnaie à usage solidaire et écologique), fait amende honorable, espérant calmer les esprits agités de cette petite bourgade du sud Loire, d’ordinaire si tranquille. « Nous sommes prêts à prendre en compte les demandes des riverains et ne plus diffuser de musique amplifiée, encore moins de ladyfest », déclare Sofian Naït-Bouda, « On souhaite désormais que monsieur Coiffard soit un bon conciliateur »

« Ce lieu on y tient vraiment », ajoute Bruno Papin représentant de l’Accueil Paysan et soutien de l’Embarquement. « C’est un maillon important de l’économie locale ».

Pour l’heure, la convention qui permet à l’association d’exploiter le site a été dénoncée par le maire précédent. L’association qui conteste a déposé le 20 décembre dernier un recours devant le tribunal administratif. Mais ce dernier fera connaître sa décision dans 18 mois, alors l’association a mandaté Maitre Buffet, avocat à Angers, pour qu’il dépose un référé suspensif, lequel permettrait à l’association de reprendre son activité. Convaincus qu’ils pourront aller jusqu’au terme de la convention, Sofian Naït-Bouda et Marie Séchet, envisagent aussi d’aller ailleurs. « D’autres communes des bords de Loire s’intéressent à notre projet », ont-ils confié.

Alors l’Embarquement ouvrira-t-il en mai ? Les deux compères, très déterminés, comptent sur les érimurois pour les aider en utilisant tout l'arsenal a leur disposition (pétitions, lettres au maire), mais aussi financièrement, car dans l'histoire ils ont perdu de l'argent, et matériellement pour le remontage des structures d'accueil.





Yannick Sourisseau
Web Journaliste suivant plus particulièrement les technologies digitales Formateur technologies de... En savoir plus sur cet auteur




Du plus récent au plus ancien | Du plus ancien au plus récent

17.Posté par Leae le 09/05/2014 16:07 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Le cadre est très sympa, mais l'organisation et ce qui se passe là bas est douteux et de mauvaise qualité. L'ete dernier mon fils de 17 ans m'avouait sans le cacher, "que c'était un lieu pépère pour fumer des pétards" sous mes yeux ahurris. Un peu de"ménage"et de clarification des activités serait nécessaire.

16.Posté par Rom1 le 25/04/2014 11:13 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
@Yannick Sourisseau, je ne voulais pas offenser le grand journaliste que vous êtes (quoiqu'un peu susceptible). Et le pauvre profane que je suis - et qui signe à moitié de son prénom quand même - s'est sans doute emmêlé les pinceaux sur publi-machin. Veuilez donc accepter mes plus plates excuses.

Blague à part vos articles sont souvent juste et précis ; mais celui-ci j'ai beau le relire et, sans contester le côté inadmissible de l'incendie, il manque un contre champ.


15.Posté par Yannick Sourisseau le 23/04/2014 19:03 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Cher Rom1,

Menacés par une partie de la population érimuroise, un de leur bâtiment a tout de même été incendié, les membres du collectif de l’Embarquement ont souhaité s’exprimer en public, se défendre et justifier leur présence en ce lieu. Ils l’ont fait devant la presse et les journalistes présents n'ont fait que retranscrire leur défenses sans juger de l’opportunité de maintenir ou démolir l’installation qui semble poser problème.

Si nous avions choisi de faire un sujet sur l’Embarquement e...

14.Posté par Rom1 le 23/04/2014 17:56 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Je ne connais pas ce lieu, sinon par ses "on-dit" donc je m'abstiendrai de tout commentaire critique à son égard.

Par contre M Sourisseau je trouve votre article clairement orienté en faveur des gérants de l'Embarquement. Je n'y vois par exemple aucun contre-témoignage des riverains qui sont peut-être à juste raison exaspérés par ce qu'ils ont vécu. Ce n'est pas du journalisme mais plutôt un publi-communiqué !

13.Posté par Sofian'''' Naït-Bouda // L''''embarquement le 14/04/2014 15:51 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
MESSAGE OFFICIEL DE L'EMBARQUEMENT

@ Sorin, CoinCoin, hasher, pépouze
C'est vrai qu'au niveau du service on s'est (bien trop) souvent (gravement) raté. On vous le dit franchement, on vous comprend et ça nous a foutu nous aussi en rogne, et pas qu'un peu. Surchargés de boulot (entretien, cuisine, rangement, programmation, communication, gestion comptable et administrative, sans oublier les chers bambins qui s'immiscent partout ;-) ) on s'est laissé prendre par une maladie professionnelle courant...

1 2 3 4







Angers Mag















Angers Mag : #JPEL "Contre le complotisme, on ne peut pas enrayer tout (...) Mais on peut entraîner les cerveaux." 👏👏JB Schmidt… https://t.co/6pn23fJUHD
Vendredi 9 Décembre - 15:01
Angers Mag : L'indépendance, un état d'esprit ? #Angers Mag bien chez soi à la journée de la presse en ligne à Paris. #JPEL https://t.co/EpAgR2dt6N
Vendredi 9 Décembre - 12:17
Angers Mag : #Angers Le dessin du mois de décembre signé Fañch Juteau #prevention #VIH https://t.co/J3CxFCf8FC https://t.co/oAZR7nNURX
Vendredi 9 Décembre - 12:01
Angers Mag : #Angers Le dessin du mois de septembre signé Fañch Juteau #accrochecoeurs https://t.co/J3CxFCf8FC https://t.co/Jkrkty2UMe
Vendredi 9 Décembre - 10:51


cookieassistant.com