Musiques actuelles : de l'asso à l'entreprise culturelle, l'Igloo a bien grandi


Rédigé par - Angers, le Mardi 15 Décembre 2015 à 07:55


Ses créateurs collaient des affiches pour financer leurs projets de concerts. 15 ans après, L'Igloo n'est plus une petite association mais une société de 17 salariés qui occupe les premiers rangs du marché de la diffusion culturelle dans la région. Sans perdre de vue ses objectifs artistiques.



Autour de Franck Legrand (assis), quelques-uns des membres de l'équipe de L'Igloo réunis dans les locaux de la rue du Dr Guichard : Geoffroy Douay, Guillaume Levallois, Maël Guillon (de gauche à droite).
Autour de Franck Legrand (assis), quelques-uns des membres de l'équipe de L'Igloo réunis dans les locaux de la rue du Dr Guichard : Geoffroy Douay, Guillaume Levallois, Maël Guillon (de gauche à droite).
la rédaction vous conseille
Au 40 rue du Dr Guichard, le cadre n'a guère changé. Sur deux étages d'une petite maison largement vitrée, à mi-chemin entre l'entrepôt et le loft, l'équipe de L'Igloo partage ses bureaux dans une ambiance "cool" mais sérieuse. Depuis quinze ans, c'est dans l'anonymat apparent de cette rue du quartier Lafayette que rayonne une aventure culturelle et économique singulière de notre région.

Créé en 2001 par des passionnés de musique, sous forme associative, L'Igloo s'est forgée un nom à Angers par son activisme... mural. "A l'origine, on voulait faire des concerts et pour les financer, on s'est spécialisé dans le collage d'affiche et la communication culturelle" rappelle Franck Legrand, l'un de ses créateurs. L'efficacité et le bouche à oreille ont fait le reste. Et les acteurs culturels de la région ont d'autant plus rapidement accordé leur confiance aux colleurs de l'Igloo qu'ils les retrouvaient régulièrement dans les rangs du public de leurs salles de spectacles.

Chabada, Le Quai, Ô Spectacles, THV de Saint-Barthélémy, Jardin de Verre (Cholet) mais aussi Stéréolux et Lieu Unique (Nantes), Fuzz'Yon (La Roche-sur-Yon) et moult festivals (Vieilles Charrues, Transmusicales, Route du Rock...) etc... figurent au rang des nombreux clients de L'Igloo. Laquelle a su évoluer avec son temps. Elle dispose d'un petit bureau à Nantes et depuis deux ans, 60 bornes numériques disséminées principalement sur Angers et Nantes (Mac Do, points de billetterie, Zénith...) dessinent, dans notre région, l'évolution du marché du "street marketing".

Côté production aussi, l'association a su inspirer confiance et se renouveler : une vingtaine d'artistes sont inscrits aujourd'hui à son catalogue parmi lesquels Kwal, Les Voleurs de Swing, Resonators, Rezinsky (voir vidéo plus bas) ou Dizraeli & Downlow qui assurait jeudi soir la première partie d'A State of Mind (autre ancien de la maison Igloo) au Chabada.
"On a retrouvé une cohérence entre les deux pôles qui s'étaient un peu distendus. Et on sait pourquoi on va coller des affiches."
Quinze ans après, en somme, la ligne identitaire de l'Igloo n'a pas changé mais sa structure et son organisation ont du s'adapter à son développement. "Le pôle promo finance toujours le pôle production, précise Franck Legrand, Mais on était arrivé au bout d'un schéma associatif avec un conseil d'administration plus complètement en phase avec le projet entrepreneurial . Il fallait restructurer notre organisation." 

L'arrêt du festival Aglagla en 2008 puis le départ de Ludovic Jouet, le directeur de la production, ont précédé cette remise à plat. "On a travaillé pendant de long mois avec notre cabinet comptable et un cabinet d'avocats pour adapter notre statut à notre cahier des charges et nos idées. Avec une volonté : ne pas faire appel à de l'actionnariat extérieur" précise Franck Legrand.

Le fruit de cette réflexion a pris la forme d'une SAS (Société par actions simplifiées) dont 13 des 17 salariés de L'Igloo sont devenus actionnaires il y a un an, à hauteur de leur ancienneté. Surtout, estime Franck Legrand, elle a permis de redonner du sens au projet : "On a retrouvé une cohérence entre les deux pôles qui s'étaient un peu distendus. Et on sait pourquoi on va coller des affiches." Pour le patron de L'Igloo, domine aujourd'hui "la fierté d'être encore là et de nous être fait notre place" et une envie, un souhait : aider à bouger les lignes de l'organisation et la diffusion des musiques actuelles dans la région, "dans le bon sens".

Dans son esprit, la volonté de voir les acteurs privés régionaux mieux pris en compte dans la programmation des salles "fléchées" par les pouvoirs publics. "Aujourd'hui, elles n'ont même plus la main sur les premières parties. Pourtant, on se bat pour prouver que les groupes qu'on emmène sont de qualité." Aussi, même s'il reconnait qu'il s'agit d'un pari "risqué", fait-il partie de ceux qui voient d'un bon oeil l'idée de créer, en complément du Chabada, une autre salle de concert plus modeste à Angers. A une condition : "que le projet soit piloté par un privé."

 

Rezinsky, l'un des groupes (angevins) accompagnés par l'Igloo.




Journaliste, rédacteur en Chef d'Angers Mag En savoir plus sur cet auteur








Angers Mag












Angers Mag : Au comptoir de Mathilde... et de Catherine: Depuis la fin du mois d'octobre, la rue... https://t.co/wkV9xA1N3F https://t.co/6yuEQFFF5o
Mercredi 7 Décembre - 08:00
Angers Mag : A l’Ecole démocratique, on fait ce qu’on veut… ou presque: Basée sur la liberté... https://t.co/j0ywJZAzgI https://t.co/jEK0S9wvGs
Mercredi 7 Décembre - 07:31
Angers Mag : RT @LeQuai: N'oubliez pas d'aller voir #AdishatzAdieu ce soir. Vous nous remercierez demain. #Theatre #JonathanCapdevielle #Angers RESA 02…
Mardi 6 Décembre - 13:55
Angers Mag : A Angers, Montessori a pris racines: Porté par des éducateurs convaincus, les méthodes... https://t.co/bXNDdgyLpz https://t.co/nar3Qs6vye
Mardi 6 Décembre - 07:30







cookieassistant.com