My own love song : une histoire d’amour et d’espoir …


Rédigé par Option Cinéma Lycée Renoir - Angers, le Lundi 19 Avril 2010 à 10:02


Jane est une ancienne chanteuse, devenue paraplégique à la suite d'un accident. La jeune femme vit seule en Louisiane et n'a pour compagnie que Joey, un homme gentil mais un peu simplet, possédant également un lourd passé.



Jane (Renée Zelwegger), Billie (Madeline Zima) et Joey (Forrest Whitaker)
Jane (Renée Zelwegger), Billie (Madeline Zima) et Joey (Forrest Whitaker)
la rédaction vous conseille
Sous traitement psychiatrique, Joey croit voir des anges et des fantômes. Souhaitant se rendre à la conférence d'un écrivain mystique, il parvient à convaincre Jane de venir avec lui, espérant secrètement qu'elle accepte de rencontrer son fils, placé en famille d'accueil depuis l'accident qui a coûté la mobilité à sa mère. Les voilà partis dans un périple où rien ne se passera comme prévu, où ces deux êtres blessés vont réapprendre la vie...

Dans le rôle peu évident de cette handicapée solitaire et parfois revêche, Renée Zelwegger, au regard profond et saisissant d'intensité, crève littéralement l'écran. Face à elle, Forrest Whitaker séduit par sa justesse et sa crédibilité : un vrai rôle « à Oscars ».

Le cinéaste met en scène un film intimiste qui mêle, avec finesse, drame réaliste et récit onirique. Malgré des personnages aux destins tragiques, il se dégage de ce road movie initiatique un grand élan d'optimisme qui lui permet de ne jamais sombrer dans le pathétique. Un long chemin vers la résurrection parsemé d'embuches mais surtout de rencontres bouleversantes dont celle avec la jeune Billie (Madeline Zima) ou encore Caldwell, un pauvre et solitaire bluesman incarné par le grand Nick Nolte.

Un voyage à travers les États-Unis sublimé par la musique du grand Bob Dylan qui apporte une certaine valeur au film. On retiendra plus particulièrement la chanson « Life is hard » interprétée avec beaucoup de conviction par Renée Zellweger.

Olivier Dahan nous fait sortir, une nouvelle fois, conquis par cette love song simple mais efficace, une belle ballade qui donne le sourire.

Léha.












Angers Mag