Nadde : Une dose de légèreté sur nos tracasseries quotidiennes


Rédigé par - Angers, le Mardi 2 Août 2011 à 11:18


Il y a des chansons que l’on écoute le matin sous la douche et que l’on fredonne ensuite toute la journée. « Peau de vache » de la chanteuse Nadde, fait partie de celles là. Avec sa musique faite à la maison, comme la bonne cuisine, Nadde ajoute un peu de fraîcheur à notre vie quotidienne et nos relations familiales. On sent le vécu …



Nadde : Une dose de légèreté sur nos tracasseries quotidiennes
la rédaction vous conseille
Née en 1974 à Chartres, le pays de Gaston Couté, poète libertaire et chansonnier, Nadde de son vrai nom Nadège Wajdzik, apprend à jongler avec les mots en écoutant une référence du genre : Boby Lapointe. « Moi c'est Nadde. Ca rime avec salade, sérénade, marmelade, balade, tapenade, camarade et j'en passe. Pas de quoi faire une chanson, Boby Lapointe aurait sans doute trouvé que si », écrit Nadde sur son blog. « En humour absurde, je ne lui arrive pas encore au tibia, mais j'y travaille ».

Pour Nadège, chargée de communication dans une ville du nord d’Angers, tout commence à l’adolescence. Elle s’amuse, tout en écrivant des saynètes, à jouer avec les mots. Si à vingt ans, elle a comme d’autres, la guitare qui la démange, c’est à 33 ans qu’elle décide d’écrire ses premières chansons pour ses enfants, sa famille. Mais elle sent d’emblée que le cercle familial, le sien mais aussi et surtout celui de ceux qu’elle croise, est un terrain fertile.

Dans la vie de tous les jours, au travail, en vacances, en voiture, il se passe des choses et parfois pas piquées des hannetons. Les relations humaines, même proches sont parfois complexes, Nadde s’en inspire et se lance en jetant un regard sans complaisance sur notre quotidien. A vrai dire, se regarder dans le miroir de la vie, au travers de ses chansons, ça fait plutôt du bien.

Sans véritable formation musicale Nadège fait de la chanson un passe temps. Elle chante pour ses enfants, sa famille, ses amis : « Je n’ai pas la prétention d’en vivre. Je sais trop bien qu’une passion doit rester un loisir pour éviter que la pression ne vienne gâcher le plaisir ». Sans musiciens, avec pour seul instrument le logiciel GarageBand (Apple) elle enregistre ses accompagnements sur un Mac de bureau. « Je trouve facilement les mélodies en grattant sur ma guitare, mais peaufiner des arrangements sur un ordinateur pendant des heures ce n’est pas ce que j’affectionne le plus. Je préfère écrire les textes ».

Sur une quinzaine de chansons à son actif, aux petits oignons, comme de bons petits plats « fait maison », « peau de vache », écrite l’an dernier, est la première à avoir été enregistrée en studio. Sans vouloir en faire son métier Nadde ne cache pas qu’elle aimerait être accompagnée par de vrais musiciens voire même écrire des chansons pour d’autres chanteurs.

Très inspirée par les conversations qu’elle entend dans son univers, elle taille au ciseau (de couturière) des tranches de vie dans lesquelles chacun peu se reconnaître, sur les relations mère-filles, les rapports à l’autorité, l’amitié qui s’étiole, le camping sous la toile de tente ou encore l’utilisation du GPS, la vie, tout simplement. Mais contrairement à Gaston Couté, le poète de sa région de naissance, Nadde n’écrit pas de chansons militantes, juste des clins d’œil, « des témoignages d’empathie destinés à mettre un peu de légèreté dans nos tracasseries humaines » , ajoute-t-elle.

« J’ai écrit peau de vache sans m’inspirer de ma vie quotidienne car mes enfants sont encore un peu jeunes pour me traiter de la sorte. Mais comme pour exorciser mes craintes pour l’avenir, ces chansons agissent un peu comme une thérapie ». Ca lui fait du bien, à nous aussi d’ailleurs, même si pour le coup on s’est déjà fait traiter de peau de vache par des enfants rebelles.

Pour l’instant, Nadde qui ne s’est pas encore produit à l’Olympia de Paris, sait-on jamais, écrit pour son homme, « son premier fan et sa source d’inspiration », mais aussi et surtout pour ses enfants afin de tourner en dérision les petits conflits du quotidien. « Ils ont adhéré et cette complicité autour d’une chanson sur mesure a été un grand cadeau pour moi ». Dire que la musique (et la chansonnette) peut adoucir les mœurs et de surcroît les relations familiales, n’est pas un vain mot, la preuve.

« Peau de vache », ainsi que d’autres chansons sont disponibles au téléchargement sur iTunes, FNAC musique, Amazon, VirginMega, et à l’écoute sur Sportify et bientôt sur Deezer.

Pour en savoir plus, Nadde dispose également de son propre blog : peaudevache.blogspot.com




Yannick Sourisseau
Web Journaliste suivant plus particulièrement les technologies digitales Formateur technologies de... En savoir plus sur cet auteur








Angers Mag