Nathalie Baye : « La rencontre avec Blier et Delon m’a beaucoup marquée »


Rédigé par Tristan LOUISE - Angers, le Vendredi 23 Janvier 2015 à 21:51


Après Gérard Depardieu, Nathalie Baye est venue à son tour vendredi matin honorer de sa présence la rétrospective que consacre le festival Premiers Plans à Bertrand Blier. La comédienne est intervenue au Multiplexe Gaumont autour du film "Notre Histoire" dont le tournage l’a marquée.



Nathalie Baye, tout sourire, pour répondre aux questions du public, vendredi, au Gaumont Multiplexe d'Angers
Nathalie Baye, tout sourire, pour répondre aux questions du public, vendredi, au Gaumont Multiplexe d'Angers
la rédaction vous conseille
Quel souvenir gardez-vous de Notre histoire ?
« Un très bon. Je sortais d’une pause d’un an, suite à la naissance de ma fille. Je trouvais d’ailleurs que je recommençais à travailler un peu vite… J’avais un peu le « baby blues ». Je me souviens surtout de la rencontre avec Delon. C’était déjà une légende. Mais il faut toujours se méfier des rumeurs et des quand dira-t-on. Alain fut un partenaire merveilleux, avec moi et avec toute l’équipe. Alain est un homme beaucoup plus vulnérable que l’image qu’il peut renvoyer. C’est un écorché ».
 
Et avec Bertrand Blier ?
« J’avais déjà tourné avec lui. Un petit rôle dans « Beau-père ». Il a un univers très à part. C’est un cinéma très écrit… et très bien écrit. Un cinéma qui décoiffe. Cette insolence me plaît beaucoup. J’ai beaucoup appris au contact de Bertrand et d’Alain. Ce n’était pas un tournage de plus. Ce qui est remarquable chez Blier, c’est qu’il est capable d’écouter les idées des autres tout en ayant une idée très précise de ce qu’il veut. Il parvient aussi à obtenir des originalités, à se servir de la face cachée des gens."

C'est à dire ?
« J’avais une image de comédienne souriante et rassurante et pour Notre histoire, sa consigne était : « Ne souris jamais ». Avec Bertrand Blier, il faut rentrer dans sa musique. Ce n’est pas évident au départ, mais on se laisse vite happé. Je fais partie de ces comédiens qui respectent beaucoup le travail d’écriture ».
 
"Le vrai luxe, c’est de dire non à ce qu’on n’a pas envie de faire"
 
Vincent Lindon, Gérard Darmon, Jean-Pierre Daroussin, qui aujourd’hui sont célèbres, débutaient ou presque dans ce film. Aviez-vous conscience de leur talent ?
« Ils étaient en tous les cas passionnés ! Mais la notion de talent est spéciale. Il y a le talent de jeu, et puis le talent de vivre ce métier. Il ne faut pas péter un câble quand on rencontre le succès et ne pas sombrer quand on ne vous appelle plus. dans ce métier, on gagne de l’argent de manière très irrégulière. Et le vrai luxe, c’est de dire non à ce qu’on n’a pas envie de faire ».
 
Votre histoire avec le Festival d’Angers est riche désormais. Quel regard portez-vous sur ce rendez-vous ?
« C’est un festival de qualité. Bon, quand j’étais présidente du jury, en 2002, j’avais dit à Claude-Eric Poiroux que l’on voyait un peu trop de films. Apparemment, il m’a écoutée. Mais c’est toujours un plaisir de venir ici. Côté souvenir de cinéma, un film d’école asiatique m’avait particulièrement impressionnée ».
 
Et puis il y a eu ce moment marquant où vous étiez sur scène avec Maurice Pialat et Gérard Depardieu…
« Oui, l’émotion était palpable dans la salle ».
 
Pourrons-nous bientôt vous voir sur les grands écrans ?
« Oui. Je viens de passer plus de quatre mois au Luxembourg pour deux tournages. Un premier film du Belge Antoine Cuypers, Préjudice. Cela se passe sur deux jours au sein d’une famille. Je joue l’épouse d’un homme incarné par le chanteur Arno. Le film devrait sortir au printemps. Et puis j’ai tourné pour Christophe Ali et Nicolas Bonilauri. La Volante est leur deuxième film. Comme toujours, cela part d’un coup de coeur pour le scénario ».
 












Angers Mag












Angers Mag : #Angers Le directeur de Keolis Angers a été licencié pour fautes graves https://t.co/n6HJqX081U
Lundi 5 Décembre - 15:10
Angers Mag : Keolis Angers : Christophe Reineri a été licencié pour fautes graves: Trois semaines... https://t.co/d3ujV5hSiJ https://t.co/cPMN0twREP
Lundi 5 Décembre - 15:01
Angers Mag : Orphée aux enfers, mais aussi au Quai: Entretien croisé avec Jean-Paul Davois (directeur... https://t.co/NJjZLJnXMH https://t.co/pTRfJd77AD
Lundi 5 Décembre - 08:00
Angers Mag : Enseignement, quand l'instruction se "fait maison": Depuis trois ans, Barbara a décidé... https://t.co/2EbbolDZYe https://t.co/q2lbjICkRQ
Lundi 5 Décembre - 07:20







cookieassistant.com