Nine : Huit femmes, et Daniel.


Rédigé par Option Cinéma Lycée Renoir - Angers, le Samedi 27 Mars 2010 à 15:31


Rob Marshall nous offre un tableau féminin et fantasmatique, illustrant, tout en courbes et en chansons, la vie d’un Daniel Day-Lewis égoïste et tourmenté.



Guido et Liliane, sa confidente et costumière.
Guido et Liliane, sa confidente et costumière.
la rédaction vous conseille
Guido Contini, réalisateur adulé, a huit femmes dans sa vie. Huit femmes qui l’ont guidé, qui ont marqué sa vie, qui sont encore à ses côté, qui le soutiennent toujours. Sa femme, sa maitresse, son actrice, sa mère, sa confidente, la journaliste qui le harcèle, la prostituée qui lui appris la vie, et la prétendante à son prochain film. Il oscille entre ces muses qui lui en veulent et l’admirent en même temps ; et qui lui permettent, toujours, de nous dévoiler une partie de son imagination.

C’est de cette façon que l’on découvre chanter et danser des actrices saisissantes de réalisme. Chaque femme a sa propre atmosphère, créée par un jeu de lumière recherché, et chacune d’elles nous dévoile l’intimité de Guido. Le spectacle est entrainant ; Pénélope Cruz, en digne maitresse, use de tous ses charmes ; Nicole Kidman, presque fragile, se dévoile pudiquement ; Fergie, prostituée mais jamais vulgaire, apprend la vie aux hommes en rythme ; Kate Hudson, journaliste sensuelle, nous éblouit ; Judi Dench raconte des histoires de plumes et de strass ; et enfin, révélation plus qu’étonnante, Marion Cotillard nous fait vibrer en femme trompée mais toujours digne.

Malgré un scénario un peu décevant, que Rob Marshall fait oublier grâce au casting et à sa photographie, « Nine » reste en tête. On en sort en chantant à tue tête et en dansant autour de la barre du bus.

Margot





LES TAGS : cinéma nine










Angers Mag