Nitrates, le tour de force des agriculteurs


Rédigé par Cédric SOULIÉ - Le 17/12/2012 - 15:48 / modifié le 17/12/2012 - 21:52


Déterminés, environ 250 agriculteurs ont bloqué le centre ville d'Angers, ce lundi matin. Ils dénoncent la directive Nitrates et l'extension des zones vulnérables.



Plusieurs remorques de lisier ont été déversées carrefour du Haras, bloquant la circulation, notamment celle du tramway.
Plusieurs remorques de lisier ont été déversées carrefour du Haras, bloquant la circulation, notamment celle du tramway.
Une manifestation de force ! Ce matin, vers 11 heures, boulevard du Roi René, face aux grilles de la préfecture, une centaine de tracteurs se sont stationnés, bloquant la voie dans les deux sens. Environ 250 agriculteurs provenant des quatre coins du Maine-et-Loire, à l'appel de la FNSEA et des Jeunes agriculteurs, ont donné de la voix, dénonçant "les mesures abusives et injustifiées que le gouvernement veut mettre en place dans le cadre de la directive Nitrate et l'extension des zones vulnérables", expliquait Jean-Marc Lezé, président de la FDSEA.

Arrivés dans le calme, les agriculteurs ont vite haussé le ton. Se voyant refuser l'accès à la direction départementale des Territoires (DDT) par le préfet, un ballet de tracteurs rutilants s'est engouffré dans les rues du quartier de la gare, déversant au passage plusieurs tonnes de lisiers mélangées à de la paille, de la terre et des pneus en plein carrefour du Haras. Réellement dépassées, les forces de l'ordre (une demie compagnie de CRS) n'ont rien pu faire. Rue Paul Bert, les CRS ont même été obligés de rebrousser chemin. Quelques tracteurs se sont alors introduits dans la cité administrative par la rue de Brissac pour ensuite réapparaître place Lafayette. Opération réussie.

Vers midi, une fois rassemblés devant la DDT, les manifestants ont déposé l'équivalent de deux remorques de fumier devant l'entrée, tandis qu'une dizaine d'agriculteurs avaient maille à partir avec les CRS.

La tension palpable sur les lieux est redescendue vers 13 heures lors des prises de parole de Jean-Marc Lezé, Emmanuel Lachaize, secrétaire général de la FDSEA, Frédéric Vincent, président des JA de Maine-et-Loire et Gaël Gauthier, secrétaire national des JA. Tous ont rappelé leur ras-le-bol face à "des mesures sans fondement, rajoutant des normes aux normes sans réflexion, ni concertation, mettant en péril leur métier".

Les agriculteurs réclament un moratoire sur la directive Nitrates ainsi que sur l'extension des zones vulnérables dictée par Bruxelles. Les représentants du syndicat majoritaire et les Jeunes agriculteurs devraient d'ailleurs en débattre, mercredi 19 décembre, avec le ministre de l'agriculture, Stéphane Le Foll.






1.Posté par Anjou le 17/02/2013 19:17 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
oh! la police n'a rien pu faire? .... comme d'habitude avec les agriculteurs et leurs tracteurs qui viennent nous dire qu'ils continueront à polluer et même plus.

Même pas une petite grenade lacrymo?
Pourtant,sans dégradations de notre part, sans émeutes à la clé, sans violences sur les biens et les personnes, on s'en est pris de la grenade, de la matraque, des coups, des insultes quand on demandait du boulot, le retrait du CPE, l'abandon des lois scélérates sur les retraites, la considération ...

Angers Ville | Angers Métropole | Pays Loire Angers | Anjou | autres actualités | Evénements | Dépêches | L'info en direct






Document sans nom


















Instagram