Nocturnes pour le roi de Rome : « Je peux dire que j'ai été un homme heureux »


Rédigé par Option Cinéma Lycée Renoir - Angers, le Vendredi 9 Avril 2010 à 10:07


Mardi 30 mars, cinéma les 400 coups : projection exceptionnelle du film de Jean-Charles Fitoussi, réalisateur, enseignant à la Fémis, intervenant régulier au cinéma d'Angers. Un vieux compositeur allemand est convoqué par le roi de Rome qui lui demande de composer pour lui huit nocturnes. Mais ses fantômes intérieurs l'empêchent de créer quoi que ce soit...



Un film expérimental entièrement tourné avec un vieux téléphone portable datant de 2005
Un film expérimental entièrement tourné avec un vieux téléphone portable datant de 2005
la rédaction vous conseille
Nous vivons les derniers jours de vie de ce vieux compositeur dont nous ignorons beaucoup, jusqu'au nom. Nous savons uniquement que ce vieil homme a eu un passé prestigieux dans le piano, qu'il est né pendant la guerre et que sa femme est décédée à Rome des années auparavant. Mais ce monde dans lequel évolue ce personnage n'est pas le nôtre. Dans ce monde, Rome a un roi, la guerre n'est pas une de celles que nous avons pu connaître et pourtant, nous nous y retrouvons.

Ce film d'un peu plus d'une heure est en fait un film expérimental. Sa particularité est qu'il a été entièrement filmé avec un vieux portable datant de 2005. Sur cette bande-image très peu précise s'ajoutent parfois des images de guerre, de mort, précises cette fois, auxquelles s'associe de la musique de toute sorte. On peut passer d'un morceau de piano à un extrait de métal symphonique. Mais cette musique s'accorde parfaitement avec l'image sur laquelle elle est ajoutée, afin parfois de nous faire comprendre certaines choses, de nous rappeler quelque chose. Nous voyons en fait à travers les yeux du personnage principal pendant qu'il nous raconte son existence en voix-off. Le réalisateur Jean-Charles Fitoussi a commencé par filmer quelques images par-ci par-là pour finalement les combiner et créer ainsi cette histoire. Il a réalisé ce film dans le cadre du festival Pocket Films.

A travers ces images floues, nous percevons finalement ce que voit et ressent ce vieux compositeur dans ses derniers jours. Sa vision s'altère avec l'âge et en même temps, on comprend que cet homme perdu, sur le point de mourir, n'a plus le goût de rien et ne voit plus les choses comme elles sont vraiment. Il ne s'intéresse plus à ce qui pourtant, mérite d'être vu. Le point fort de ce film est la libre interprétation de chacun sur les images vues. Chaque spectateur se retrouve face à des images qui pour lui évoquent quelque chose, mais qui peut complètement différer de ce qu'un second spectateur ressentirait. A la fin, quand le personnage meurt après avoir fait le point sur sa vie, certain y verront de l'optimisme, d'autres au contraire davantage une sorte de fatalité. Ce film permet finalement à chacun de réfléchir sur les paroles de ce vieil homme dans ses derniers instants.

On peut dire que « Nocturnes pour le roi de Rome » redonne au cinéma le temps de quelques images, son aspect artistique surréaliste et contemporain...

Léa.











Angers Mag