Noël avant l'heure, le Chabada reçoit 20 000 euros de la Sacem


Rédigé par Cédric SOULIÉ - Angers, le 11/12/2012 - 16:42 / modifié le 12/12/2012 - 09:27


Avec cette enveloppe, la salle de concert angevine compte renforcer son accompagnement en faveur des artistes locaux, ses résidences... Depuis trois ans, le Chabada bénéficie de cette aide de la Sacem et se place parmi les dix salles les mieux soutenues de France.



François Delaunay, co-directeur du Chabada, Emmanuel Sambardier, délégué régional de la Sacem, Francois Jonquet, co-directeur du Chabada lors de la remise du chèque de 20 000 euros.
François Delaunay, co-directeur du Chabada, Emmanuel Sambardier, délégué régional de la Sacem, Francois Jonquet, co-directeur du Chabada lors de la remise du chèque de 20 000 euros.
C'est Noël avant l'heure pour le Chabada ! La salle de concert angevin s'est vue dotée, ce mardi midi, d'un chèque de 20 000 euros de la part de la Sacem. "Du beurre dans les épinards !, glisse un léger sourire aux lèvres le co-directeur François Delaunay. Cette somme va nous permettre de renforcer, encore et toujours, des accompagnements d'artistes, des projets de résidences d'artistes et d'être un peu plus à l'aise côté finances".

Depuis trois ans, le Chabada reçoit cette aide des mains de la Sacem, le classant dans le palmarès des dix salles françaises les mieux dotées. "C'est une reconnaissance globale de notre travail mené depuis plusieurs années, insiste François Delaunay. Notamment en faveur des artistes locaux. Cette aide nous permet aussi de monter des projets de partenariats dépassant le territoire angevin". Et le co-directeur de citer un projet qui lui tient particulièrement à coeur : "Nous travaillons en ce moment avec les Francofolies afin de pouvoir promouvoir les artistes et groupes angevins lors du festival de La Rochelle en leur mettant à disposition une scène dédiée".

Autre projet, autre défi, le Chabada se donne les moyens de soutenir et d'épauler des groupes locaux émergents et "sans cette enveloppe, nous serions sans doute obligés de voir les choses autrement", ajoute François Delaunay. Ainsi les Lemon Queen, groupe électro-rock, bénéficie aujourd'hui d'un suivi particulier, tout comme les Dancers, jeune groupe du Segréen.

Côté diffusion, cette fois, le Chabada ne changera pas pour autant son fusil d'épaule. Pas de folie des grandeurs, il reste sur sa ligne de conduite : qualité et découverte à la hauteur de ses moyens.

Ce mardi midi, c'est Emmanuel Sambardier, délégué régional de la Sacem, qui a fait office de père Noël avant l'heure. Et c'est avec une "certaine joie et une reconnaissance" qu'il a remis l'enveloppe à François Jonquet, administrateur et co-directeur du Chabada. "La Sacem est fière de suivre et d'épauler des salles comme le Chabada, avoue Emmanuel Sambardier. Elle soutient aussi des événements : les Z'Eclectiques, les Orientales, Premiers Plans, Tempo Rives… La dotation globale pour le Maine-et-Loire s'élève à 70 000 euros"

Une dotation en danger qui pourrait bel et bien disparaître dans les années à venir puisqu'elle est essentiellement issue de la redevance de la copie privée. "Cette taxe qui concerne tous les supports vierges (cd, dvd, smartphones, tablettes…) est actuellement remise en cause par les importateurs et les fabricants de matériels", explique le délégué régional de la Sacem.

Un sérieux manque à gagner pour les auteurs, compositeurs, interprètes, les salles de concert, les festivals ou autres manifestations culturelles puisqu'à elle seule, elle pèserai plus de 190 millions d'euros dont un tiers réservé au soutien des artistes et à la diffusion de leurs oeuvres.

A quoi vont servir ces 20 000 euros ?



















Angers Mag