Notre Dame des Landes : la nouvelle démonstration de force des opposants


Rédigé par - Angers, le 10/01/2016 - 10:33 / modifié le 28/05/2016 - 09:41


À deux pas de l’aéroport de Nantes Atlantique et au pied du pont de Cheviré, entre 7200 et 20 000 opposants au projet de l’aéroport du Grand Ouest à Notre Dame des Landes, ont bloqué le périphérique nantais pendant une bonne partie de la journée du samedi 9 janvier. Une nouvelle épreuve de force pour contraindre l’État à abandonner définitivement le projet.



Les tracteurs, cyclistes et piétons, venus du nord de l'agglomération nantaise franchissent le pont de Cheviré, sur la Loire
Les tracteurs, cyclistes et piétons, venus du nord de l'agglomération nantaise franchissent le pont de Cheviré, sur la Loire
la rédaction vous conseille
Opposées  au projet de construction au nouvel aéroport de Notre Dame des Landes, au nord-ouest de Nantes, et à l’arrêté d’expulsion des derniers habitants de la zone concernée qui devrait être définitivement prononcé lors d’une audience contradictoire le 13 janvier prochain, 20 000 personnes (7200 selon la police) ont occupé une bonne partie de la journée de samedi, le périphérique nantais. Venus pour la plupart de la région des Pays de la Loire, dont une centaine de la région angevine, accompagnés de 400 tracteurs et un millier de cyclistes, ces opposants entendaient bien démontrer « qu’ils ne lâcheraient pas ».  D’autres manifestations étaient également organisées dans plusieurs grandes villes de France. ( Cliquez ICI pour voir l'album photo de la mobilisation nantaise)
 
« Le gouvernement s’est calmé pendant la COP 21, mais encouragé par le nouveau président de la Région Bruno Retailleau et surtout par Vinci, il remet le couvert. Nous aussi », déclarait l’un des représentants de l’association ACIPA. « Il n'est pas question de laisser l’État expulser une partie d'entre nous, ni même de laisser peser une menace sur l'ensemble des habitants de la zone. Notre objectif est l'abandon du projet. Notre force collective doit arracher immédiatement l'engagement de l’État à renoncer à toute procédure d'expulsion jusqu'à ce que tous les recours soient menés à leur fin ».
 
Même si les opposants étaient moins nombreux que lors des précédentes mobilisations (entre 30 000 et 60 000 en février 2014 et, entre 13 000 et 40 000 en novembre 2012 ) ils entendent bien montrer leur détermination. «  Notre mouvement ne s’essouffle pas », soulignait un opposant. « Le succès de cette nouvelle mobilisation, montée à la hâte, ne peut que nous encourager à poursuivre ». L’État et les collectivités favorables au projet sont donc prévenus.
 
« Je vais me battre pour le retour de l’ordre autour de Notre-Dame-des-Landes, en faisant de son évacuation une grande cause régionale ». Bruno Retailleau, président du Conseil Régional des Pays de la Loire.

« Ce n’est pas nous qui avons voulu cette mobilisation, mais AGO (Aéroport du Grand Ouest)  et l’État qui relancent les expulsions en mettant sous astreinte les agriculteurs et occupants historiques du site alors qu’ils sont, en théorie,  protégés par l’accord d’une grève de la faim depuis 2012 », déclarait Françoise Verchère (CéDpa), l’ex-maire de Bouguenais et opposante historique à l’aéroport  de Notre Dame des Landes, «  satisfaite de l’ampleur d'un mouvement quasi spontané ».

Toute la journée, les avions en phase d'atterrissage sur l'aéroport de Nantes Atlantique ont survolé les manifestants
Toute la journée, les avions en phase d'atterrissage sur l'aéroport de Nantes Atlantique ont survolé les manifestants
«  Je suis assez désespéré de la démocratie en France, mais je voudrais une fois pour toutes que le gouvernement dise : nous ne sommes plus en démocratie, puisque ça ne sert à rien de regarder les dossiers, ce qui a été décidé reste décidé, contre toute rationalité », poursuivait l’ancienne élue,  en tête du long cortège qui a défilé dans un esprit de convivialité, sur un périphérique nantais fermé pour la circonstance, à la circulation automobile. Seuls les quelques avions qui atterrissaient sur l’actuel aéroport de Nantes, survolaient à basse altitude les opposants, comme un pied de nez à leurs revendications. Vers 14h, les opposants ont sorti les tables ou se sont installés à même le bitume pour un pique-nique géant.
 
Alors que François de Rugy , député écologiste de Loire Atlantique se disait, sur l’antenne de France Info,  « opposé à cette manifestation qui va entrainer d’importantes perturbations de la circulation automobile aux abords de Nantes, tout en restant opposé au projet d’aéroport », le nouveau président du Conseil  Régional des Pays de la Loire, Bruno Retailleau (Les Républicains) a également réagi, samedi soir à cette nouvelle démonstration de force.
 
« Après avoir pris en otage les riverains de Notre-Dame-des-Landes, les zadistes prennent désormais en otage tous les automobilistes habituels du pont de Cheviré, qui est aussi un axe économique majeur pour notre région », a déclaré le président dans un communiqué. « Je demande à l’État de prendre toutes les mesures pour en finir avec cette occupation intolérable. Car cette fois, ça suffit, l’exaspération est à son comble ».
 
Indiquant avoir reçu à l’Hôtel de Région « le collectif anti zad », qui représente selon lui les riveraines victimes de la violence des zadistes qui « font régner la loi de la jungle », Bruno Retailleau  n’accepte pas cette situation qui perdure. «  Je vais me battre pour le retour de l’ordre autour de Notre-Dame-des-Landes, en faisant de son évacuation une grande cause régionale ». L’affrontement semble donc inévitable, si l'on en croient des opposants qui conspuaient le président de la Région.
 
En fin de soirée, 70 tracteurs accompagnés de près de 400 opposants ont poursuivi le blocus du pont de Cheviré, bien décidés à passer la nuit sur place. Ils ont été délogés vers 1 h par des tirs de grenades lacrymogènes et les canons à eau des forces de police.


 





Yannick Sourisseau
Web Journaliste suivant plus particulièrement les technologies digitales Formateur technologies de... En savoir plus sur cet auteur








Angers Mag















Angers Mag : #Angers En panne d'idée de cadeaux ? @Revue_BDM #carnetsdevoyage #publicité https://t.co/VsebE5LDp8
Samedi 3 Décembre - 18:56
Angers Mag : RT @IncroyableSCO: Angers SCO à la pêche aux points face aux Merlus du @FCLorient ce soir (20h) à Jean-Bouin ! #SCOFCL #VibrezSCO https://t…
Samedi 3 Décembre - 12:56
Angers Mag : ChroniK'Ô Noir - #18 : "Plateau", de Franck Bouysse: Chaque mois, la journaliste Martine... https://t.co/V0soKdy4ie https://t.co/07YeiZrSfq
Samedi 3 Décembre - 09:00
Angers Mag : Report'Cité : portez la plume, s'il vous plaît !*: Un an et demi après son lancement, le... https://t.co/Qf1FyGW1iJ https://t.co/P8YYlZPYdm
Vendredi 2 Décembre - 19:06


cookieassistant.com