Notre Terreur à Angers…


Rédigé par William Diallo - Angers, le Samedi 27 Mars 2010 à 12:49


Notre Terreur est une pièce de théâtre mettant en lumière un tournant de l’Histoire de la Révolution Française. La « compagnie d’Ores et Déjà », de passage du 17 au 25 mars 2010, au Nouveau Théâtre d’Angers, relate le basculement de la Révolution française, la chute de Robespierre et nous interroge indirectement sur notre idéal de démocratie, le tout sur un fond de luttes sociales.



Notre Terreur à Angers…
la rédaction vous conseille
C'est à la fois un témoignage d'un moment clé dans la Révolution Française et à la fois une confrontation du passé au monde d’aujourd’hui. L'interprétation de la « compagnie d’Ores et Déjà » nous amène à réfléchir sur notre rôle dans la société et nous poser de multiples questions.

Qui décide de la bonne direction à prendre dans notre monde : un Roi , un gouverneur, un dictateur, un président, un peuple ? Quelle est notre implication dans notre monde ? Parfois les gens se battent pour leur idéologie, leurs utopies ; jusqu’où sommes nous prêts à aller pour ces idéaux ? A partir de quand défendons nous l’intérêt du peuple et à partir de quand défendons nous seulement notre propre intérêt ? Quelles sont les limites d’un mode de fonctionnement qui a force de penser pour le peuple, peut finir parfois à oublier celui-ci ? A partir de quand l’intérêt général devient plus important que l’intérêt privé ?

Une pièce d’actualité…

En cette période de revendications, où les gens se mobilisent pour leur pouvoir d'achat, leurs conditions sociales, leur conception idéologique. En ces temps où des discordes se répètent sans cesse avec des salariés opposés à leurs patrons, les écologistes aux industriels et bien d’autres oppositions encore, tout cela nous amène à nous interroger jusqu'à où nous sommes prêt à aller pour défendre nos valeurs, nos intérêts, notre monde.

En ce jour, sommes nous prêts à faire en sorte que d’autres, dans le besoin, puissent obtenir un peu plus ?

Ce sont toutes ces questions que semble avoir voulu mettre en lumière le metteur en scène, Sylvain Creuzevault. En effet, ces interrogations, les personnages de cette époque révolutionnaire, Robespierre, Saint Just, se les sont certainement posées.

Notre terreur : le basculement de la Révolution Française

« Notre Terreur » est une pièce d’autant plus poignante que le spectateur est pris à partie, le public se situant au cœur de l’Histoire, grâce à la proximité de la scène et des acteurs.

Toute la pièce se déroule dans un lieu unique : la salle de réunion du « Comité de Salut au Public ». Ce lieu semble être la métaphore d’une conscience parfois individuelle, parfois collective, en proie à de violents tiraillements, servie par de multiples échanges entre les acteurs. Nous, spectateurs, devenons témoins, pris à partie par les acteurs.

Pendant toute la durée de la pièce, le public assiste, comme il aurait pu le vivre à l'époque, aux différentes journées de la révolution française, les personnages principaux faisant partager leurs idéaux révolutionnaires.

Sylvain Creuzevault, a réussi à mettre en scène cette violente période par le biais de scènes ludiques, provocantes et stimulantes intellectuellement signant une interprétation contemporaine et originale de cette période sanglante que fut la Terreur. A cela s'ajoute que parfois le sens de la mise en scène est volontairement énigmatique, ouvrant la porte à différentes interprétations possibles.

Notre Terreur est une pièce de théâtre à recommander à tous les publics, jeunes et moins jeune, mais aussi et surtout aux férus d'Histoire.

Notre Terreur

Mise en scène de Sylvain Creuzevault
Avec Samuel Achache, Cyril Anrep, Benoit Carré, Antoine Cegarra, Eric Charon, Sylvain Creuzevault, Pierre Devérines, Vladislav Galard, Lionel Gonzalez, Arthur Igual, Léo-Antonin Lutinier.

Sources pour la pièce : les procès-verbaux des séances de la Convention, des historiens du XIXe siècle, des poètes du XXe - Bertolt Brecht et Heiner Müller - et les spectres de l'avenir.

Pour en savoir plus...













Angers Mag