Nouvel Elan, le mouvement de Jean-Luc Rotureau sort du bois


Rédigé par - Angers, le 02/06/2015 - 07:44 / modifié le 07/08/2015 - 08:25


Corinne Lepage, Jean-Pierre Coffe et l'ex-directeur de l'Ecole supérieure d'agriculture, Bruno Parmentier, seront les invités le 11 juin du premier débat citoyen organisé par Nouvel Elan, le parti politique créé par l'ex-adjoint et candidat à la mairie d'Angers. Une manière pour Jean-Luc Rotureau et ses amis de montrer qu'ils existent et travaillent. A six mois d'élections régionales qui, sans les obséder, ne les laissent pas indifférents.



De droite à gauche : Jean-Luc Rotureau et Claude Eas, président et vice-président de Nouvel Elan.
De droite à gauche : Jean-Luc Rotureau et Claude Eas, président et vice-président de Nouvel Elan.
la rédaction vous conseille
En novembre dernier, reprenant la parole après plusieurs mois de mise à distance de la chose publique, Jean-Luc Rotureau avait annoncé, lors d'un entretien à Angers Mag, la création d'une association sous statut politique. Son nom : Nouvel Elan pour une citoyenneté active. Ses objectifs : donner bien entendu une suite à l'aventure électorale et politique de "L'énergie de faire", la liste conduite aux dernières municipales par l'ex-adjoint à l'urbanisme d'Angers (16,1% au 1er tour) et, plus foncièrement, "permettre aux gens de participer au débat d'idées, de faire des propositions pour sortir la politique de ses mauvaises habitudes". 

Six mois et une élection plus tard, le désormais conseiller départemental du canton d'Angers 4 et ses amis n'ont pas changé d'intentions. Ni de discours. "Le fait de disposer d'un peu plus de temps désormais me permet de comprendre un peu mieux encore combien est grand le divorce entre les hommes politiques et les citoyens. Le message politique, tel qu'il est aujourd'hui porté, est en décalage avec ce qu'attendent les gens, il faut repartir de la base" répète Jean-Luc Rotureau.

S'il vaut pour les partis politiques au sens large, dans l'esprit de l'ex-candidat aux municipales angevines, le diagnostic vaut bien entendu pour leur organisation au niveau local. "Ca ne suffit d'avoir mis en place des conseils de quartier et la démocratie représentative pour combler ce fossé. La peur de perdre le pouvoir ne doit pas obliger à perdre son âme", indique t-il encore. Suivez son regard. D'où la volonté de son mouvement de provoquer lui-même débats et rencontres autour de thèmes, d'actualité ou pas, dont les enjeux concernent le territoire. Sans perdre de vue pour autant les échéances électorales : "Pour les régionales, on s'interroge mais si on y va, ce sera en s'alliant avec d'autres. On pense bien sûr à CAP 21 (voir plus bas) mais aussi au Pari Citoyen de Matthieu Orphelin." Quid du Parti Socialiste ? "De discussion, il n'y en a pas aujourd'hui. Mais nous n'écartons rien."

Quels enjeux pour la restauration collective ?

Intitulé "L'assiette en jeu", le premier d'entre eux se déroulera le 11 juin prochain à la Faculté de droit de l'université Saint-Serge autour des enjeux liés à la restauration collective, "son impact économique et sociétal sur nos vies" et sa prise en compte des critères environnementaux et sociaux. "Ce n'est pas un sujet nouveau, reconnaît Jean-Luc Rotureau, Mais il nous semble important de le remettre au devant de la scène car on voit bien les contradictions qu'il recouvre en matière alimentaire."
"On ne peut pas en même temps nous reprocher, sur ce sujet, de faire des débats pour les "bobos" et nous critiquer parce qu'on fait venir une figure populaire." Jean-Luc Rotureau

"Ca ne me choque pas de manger des abricots qui viennent de l'étranger à partir du moment où cela est précisé, image Claude Eas, le vice-président de Nouvel Elan, Mais on voit bien que la question des circuits de distribution alimentaire est complexe et pas toujours vertueuse." Quelles productions, quelle distribution est-il possible de privilégier dans la restauration ? Et comment ? Quel rôle et quelles possibilités pour la commande publique ? Pour échanger autour de ces questions, le mouvement conduit par Jean-Luc Rotureau a choisi de réunir un plateau pour le moins éclectique avec Corinne Lepage, Jean-Pierre Coffe et Bruno Parmentier. Respectivement, une figure politique (Corinne Lepage préside le mouvement Cap 21 dont Nouvel Elan revendique la proximité), une figure médiatique qu'on ne présente plus et, pour finir, l'un des chantres de l'Agriculture Ecologiquement Intensive (AEI), par ailleurs ancien directeur de l'Ecole supérieure de l'agriculture.

Vertueux vraiment le plateau ? Quand on fait remarquer qu'en soutenant la marque Leader Price, Jean-Pierre Coffe a un peu écorné son image, Claude Eas se défend : "Oui, il discute avec des industriels sur l'amélioration de leurs productions et de leurs approvisionnements. Mais c'est bien dans le sens d'améliorer la qualité de l'alimentation pour des personnes à bas revenu." Jean-Luc Rotureau, lui, a une réponse toute trouvée : "On ne peut pas en même temps nous reprocher, sur ce sujet, de faire des débats pour les "bobos" et nous critiquer parce qu'on fait venir une figure populaire."

'L'assiette en jeu", jeudi 11 juin 2015, 19h30, faculté de droit, Université Saint-Serge. Entrée libre.




Journaliste, rédacteur en Chef d'Angers Mag En savoir plus sur cet auteur





1.Posté par fabien le 04/06/2015 18:01 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Après avoir donné la mairie d’Angers à la droite, feront ils perde aussi la région à la gauche ?

2.Posté par FERNAND NAUDIN le 05/06/2015 07:57 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Rassure toi FABIEN , la "gauche " n a pas besoin d ennemis pour perdre , elle le fait tres bien elle meme !

3.Posté par Mémé Lanchon le 16/06/2015 16:05 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
@fabien tu veux dire que Rotureau à lui seul peut faire perdre la région Pays de Loire à Auxiette et Clergeau l'ami d'enfance de Béatse ? Vous en êtes encore en train de vous chercher un coupable à votre misérable gestion et le putch raté ?
Et d'ailleurs de quelle gauche parlez-vous ?
60 000 bulletins de vote d'écart entre la gauche et la droite aux départementales avec un gouvernement en place, c'est irrattrapable vous êtes cuit.















Angers Mag











Angers Mag : Au comptoir de Mathilde... et de Catherine: Depuis la fin du mois d'octobre, la rue... https://t.co/wkV9xA1N3F https://t.co/6yuEQFFF5o
Mercredi 7 Décembre - 08:00
Angers Mag : A l’Ecole démocratique, on fait ce qu’on veut… ou presque: Basée sur la liberté... https://t.co/j0ywJZAzgI https://t.co/jEK0S9wvGs
Mercredi 7 Décembre - 07:31
Angers Mag : RT @LeQuai: N'oubliez pas d'aller voir #AdishatzAdieu ce soir. Vous nous remercierez demain. #Theatre #JonathanCapdevielle #Angers RESA 02…
Mardi 6 Décembre - 13:55
Angers Mag : A Angers, Montessori a pris racines: Porté par des éducateurs convaincus, les méthodes... https://t.co/bXNDdgyLpz https://t.co/nar3Qs6vye
Mardi 6 Décembre - 07:30



cookieassistant.com