Nuit électro au Chabada : Modern Factory #8


Rédigé par - Angers, le Dimanche 18 Décembre 2011 à 08:42


Pour cette 8e édition, la Modern Factory organisée par l’infatigable Arno Gonzalez a su faire danser les angevins amateurs de musique électronique grâce à une programmation de qualité.



C.H.I.C.H.I pour l'ouverture de soirée.
C.H.I.C.H.I pour l'ouverture de soirée.
la rédaction vous conseille
l est 22h, le barcelonais C.H.I.C.H.I ouvre le bal sur un son très deep house, et instaure une ambiance chaleureuse dans la grande salle du Chabada pour débuter cette soirée. Avec sa personnalité attrayante, il a su remplir le dancefloor avec un public clairsemé. Avec un set de plus de 2h, il signe avec réussite son passage à Angers.

Vient ensuite ARK pour reprendre le flambeau, ce parisien mêlant house minimal et son funky a su assurer un live planant/dansant et groovy. Il a monté la température, dans une salle quasi pleine et timide. Un live rythmé entrainé par un animal fou aux platines, la sueur au ventre, il fit bouger les corps de l’auditoire.

Arno Gonzalez fait danser la foule.
Arno Gonzalez fait danser la foule.
Arno Gonzalez fait son entrée. Le précurseur de la Modern Factory présentait son live visuel pour son 1er album studio « Encounters » sortit il y a peu, qui fut acclamé par la critique. Accompagné par le vidéo plasticien Scouap qui réalisa une fresque de peintures et de lumières, ce live a enchanté les oreilles et les yeux des idoles de la première heure du Dj producteur angevin. Une techno envoutante et une deep house transcendante, ce live montre encore une fois de plus toutes les qualités d’Arno Gonzalez.

Ici Rone, acclamé par le public.
Ici Rone, acclamé par le public.
Pour conclure cette soirée, Rone prend les platines. Ce petit prodige d’InFiné (Label du producteur Agoria) a révélé son génie à travers une musique techno expérimentale et ambiant. Son live mélodique et onirique a conclu cette Modern de façon plus qu’honorable, il est clair que le public en redemandait. Sa musique a réussi à garder la foule en ébullition jusqu’au bout de la nuit.

La 8e édition de cette ModernFactory a su gérer comme chaque année une ambiance digne des grandes soirées électroniques. Le public a répondu présent au rendez-vous, de même pour les DJ qui ont su ambiancer le dancefloor du Chabada.




Christopher Lemeunier
Rédacteur et photographe spécialisé musiques actuelles et spectacles art vivant. Correspondant pour... En savoir plus sur cet auteur








Angers Mag