OGM : les associations paysannes interpellent la société CAPL à Thouarcé


Rédigé par - Angers, le 21/07/2014 - 10:24 / modifié le 21/07/2014 - 10:27




Une trentaine de manifestants du monde agricole s'est réunie la semaine passée devant les locaux de CAPL, à Thouarcé.
Une trentaine de manifestants du monde agricole s'est réunie la semaine passée devant les locaux de CAPL, à Thouarcé.
la rédaction vous conseille
C’est un problème de « grille de lecture » ou de « porte d’entrée ».
En fin de semaine passée un collectif réunissant les Agriculteurs biologistes et biodynamistes (GABB 49), les Faucheurs volontaires, la Confédération paysanne et le CIVAM s’est présenté devant les locaux de la société coopérative agricole de pays de la Loire (CAPL) à Thouarcé.
Leur objectif : dénoncer la présence, dans le catalogue de la coopé, de colza (Veritas CL), génétiquement modifié.

Le directeur, un administrateur et un agronome de la CAPL –acteur majeur de la filière agricole dans le département- ont reçu une délégation du collectif, pour échanger sur le sujet.
Difficile, pourtant, de réconcilier les deux positions. « La présence du colza sur le catalogue n’est effectivement pas illégale », explique Julien Rousselot, au nom du collectif. « Mais en la matière, on ne peut se réfugier uniquement derrière la porte de la légalité. Dans un passé récent, la loi a autorisé d’autres types d’OGM aujourd’hui refusés. Sans rendre la CAPL responsable ou coupable de quoi que ce soit, nous tenions juste à lui rappeler qu’elle a un rôle d’informations à jouer auprès de ses adhérents, en tant qu’acteur de la filière.

La présence de ce type de colza n’a concerné, pour la récolte 2013, que 20 ha de semence en Anjou et correspondait a priori à la volonté d’un adhérent. Il n’y aurait pas de commandes du même type cette année.

En tout état de cause, le collectif demande à la CAPL d’organiser un débat interne avec ses adhérents sur la présence de ces semences au catalogue et sur le terrirtoire.




Journaliste Animateur du blog " Des mots à la marge " En savoir plus sur cet auteur















Angers Mag