Objets connectés : Qowisio équipe Angers Loire Habitat et lance son réseau


Rédigé par Tiphaine CREZE - Angers, le 10/06/2016 - 07:30 / modifié le 11/06/2016 - 08:46


600 sondes destinées à contrôler la température ambiante des appartements du bailleur social lui seront livrées d'ici à la fin de l'année. Qowisio et Angers Loire Habitat ont signé le partenariat mercredi, jour même du lancement commercial, par la start-up électronique angevine, de son propre réseau bas-débit IoT (Internet des Objets).



Cyrille Le Floch (Qowisio), Hervé Guérin (président d'ALH) et Nicolas Poirier (responsable maintenant et sécurité à ALH) ont signé le partenariat ce mercredi.
Cyrille Le Floch (Qowisio), Hervé Guérin (président d'ALH) et Nicolas Poirier (responsable maintenant et sécurité à ALH) ont signé le partenariat ce mercredi.
la rédaction vous conseille
Imaginez un immeuble dans lequel le propriétaire est (presque) au courant avant les locataires de la panne de l'ascenseur ou du dérèglement des radiateurs. Un immeuble connecté en somme, c'est ce à quoi pense Angers Loire Habitat (ALH). "Nous avons l'habitude de travailler avec les notions de technologies, dans un souci de sécurité et d'anticipation des problématiques des locataires", affirme Hervé Guérin, président d'ALH.

Ca tombe bien, la solution Made in Angers existe depuis 2009 : la start-up Qowisio (plus de détails ci-dessous) propose d'offrir à ses clients des solutions sous la forme d'objets connectés nouvelle génération, puisqu'ils sont connectés sur un réseau bas-débit. "Il s'agit d'objets qui émettent peu d'informations", vulgarise Cyrille Le Floch, président de Qowisio. "Une antenne nous permet donc de les couvrir dans un rayon de 60 kilomètres. Résultat : le réseau est efficace en matière de gestion, le coût d'investissement est faible et le prix pour le client l'est aussi". Aujourd'hui, Qowisio communique sur un modèle économique qui coûte au client 10 centimes d'euros par objet et par an.
 
"La proximité est un critère important dans le domaine des objets connectés. Nous avons besoin de réalités de terrain" - Cyrille Le Floch, président de Qowisio.

Entre l'Office public de l'habitat et Qowisio, le partenariat ne date pas de ce mercredi. Le premier facilitait déjà l'accès à ses toits au second pour qu'il y implante ses fameuses antennes - "Ce qui nous permet aujourd'hui de couvrir tout Angers", précise Cyrille Le Floch. Le second trouve désormais des solutions aux usages du premier.

"Il nous manquait des produits comme ceux proposés par Qowisio pour des petits équipements, comme les moteurs VMC (ventilation mécanique contrôlée, NDLR) ou les pompes de relevages", indique Nicolas Poirier, responsable du département maintenance et sécurité chez ALH. D'ici à la fin 2016, Qowisio livrera donc 600 sondes d'ambiance au bailleur, pour contrôler les températures des logements. "Ils nous assurent la fabrication des objets, la diffusion et la restitution de l'information qui nous alertera si les équipements tombent en panne". L'histoire ne dit pas si un troisième dispositif permettra d'alerter en cas de panne du produit Qowisio.

"La proximité est un critère important dans le domaine des objets connectés", ajoute Cyrille Le Floch. "Nous avons besoin de réalités de terrain". Dans les mois à venir, ALH envisage d'équiper ses logements d'autres produits Qowisio pour détecter les pannes de moteur VMC ou encore comptabiliser la consommation d'eau et ainsi détecter les fuites.

Qowisio, le réseau bas-débit a de grandes perspectives
Il y a un an, Qowisio réalisait une levée de fonds de 10 millions d'euros pour soutenir son développement. Depuis, l'"opérateur de réseau très bas-débit nouvelle génération" a déployé, phase par phase, sa toile sur tout le territoire national et a donc inauguré mercredi l'ouverture commerciale de ce réseau. Une ouverture qui ne vise pas les particuliers mais bien les entreprises ou les collectivités locales. Cyrille Le Floch cite l'exemple d'un loueur de vélos qui souhaite installer des tracer GPS sur ses deux-roues ou d'un vendeur d'armoires électriques qui souhaitent savoir à distance si celles-ci sont ouvertes ou fermées. En avril dernier, Qowisio a ouvert sa première filiale aux Etats-Unis (à Austin). En un an, la start-up est passée de 10 salariés à 35. Et compte bien poursuivre sur sa lancée dans les mois à venir.

Lire aussi
Electronique : Qowisio, l'innovation, une question d'énergie (07/05/2014)












Angers Mag















Angers Mag : #Angers Le directeur de Keolis Angers a été licencié pour fautes graves https://t.co/n6HJqX081U
Lundi 5 Décembre - 15:10
Angers Mag : Keolis Angers : Christophe Reineri a été licencié pour fautes graves: Trois semaines... https://t.co/d3ujV5hSiJ https://t.co/cPMN0twREP
Lundi 5 Décembre - 15:01
Angers Mag : Orphée aux enfers, mais aussi au Quai: Entretien croisé avec Jean-Paul Davois (directeur... https://t.co/NJjZLJnXMH https://t.co/pTRfJd77AD
Lundi 5 Décembre - 08:00
Angers Mag : Enseignement, quand l'instruction se "fait maison": Depuis trois ans, Barbara a décidé... https://t.co/2EbbolDZYe https://t.co/q2lbjICkRQ
Lundi 5 Décembre - 07:20


cookieassistant.com