Angers Mag Info

Un autre regard sur l'actualité d'Angers et sa région

Document sans nom

Mercredi 3 Septembre 2014







Opéra national, le rêve d'Angers et Nantes


Rédigé par Lucien LUNEAU - Le 24/05/2012 - 22:56 / modifié le 24/05/2012 - 22:56


Dix ans après la fusion de leurs maisons d'art lyrique, Angers et Nantes rêvent d'une labellisation nationale pour leur opéra commun. En jeu, au-delà du prestige, de nouvelles ressources financières pour poursuivre son développement. Pas gagné en ces temps de restriction budgétaire publique. Mais pas perdu d'avance...



Opéra national, le rêve d'Angers et Nantes
Ce n'est plus un désir inavoué. Mais bien une ambition assumée aujourd'hui publiquement. Fort de ses quelque 3000 abonnés et d'un taux de remplissage record de plus de 91% cette saison, Angers-Nantes Opéra aspire à devenir Opéra national.

Une aspiration « légitime » selon le vœu formulé par sa présidente, la 1ere adjointe au maire d'Angers, Monique Ramognino, dans l'éditorial du dossier remis à la presse, et présentant la prochaine saison (lire plus bas).

Au-delà de la reconnaissance du travail accompli depuis sa naissance en 2002, l'enjeu principal pour Angers-Nantes Opéra est avant tout financier. « La participation de l'État passerait de 10 à 20% de notre budget » explique Jean-Paul Davois, son directeur général. Soit, sur la base du budget actuel (10 millions d'euros environ), de 1 à 2 millions d'euros.

Pas une paille alors que l'ouverture à venir, à Cholet puis au Mans, de nouvelles salles de spectacles adaptées et les désirs lyriques affichés par d'autres villes de la région (Laval, La Roche-sur-Yon, La Flèche...) laissent entrevoir les importantes marges de développement de l'opéra.

En augmentant sa propre participation de 250000 euros en 2012, la ville d'Angers a d'une certaine façon joint le geste à la parole, apaisant au passage les restes de tensions qui avaient germé au moment de la fusion sur l'investissement différencié des deux villes (5 millions pour Nantes, 1 million pour Angers l'an passé). Différence pas vraiment illogique rapportée à leurs ressources respectives et au nombre de représentations accueillies : généralement, cinq à Nantes pour deux à Angers.

Aurélie, m'entends-tu ?

Pas de saison d'opéra à Angers et Nantes sans Patrice Caurier et Moshe Leiser. Le duo mettra en scène Le Chapeau de Paille d'Italie de Nino Rota
Pas de saison d'opéra à Angers et Nantes sans Patrice Caurier et Moshe Leiser. Le duo mettra en scène Le Chapeau de Paille d'Italie de Nino Rota
Dans le concert de doléances qui ne va pas manquer d'inonder ses services ces prochains mois, reste à savoir quelles chances l'ambition lyrique d'Angers-Nantes Opéra a de retenir, plus qu'une autre, l'attention de la nouvelle Ministre de la Culture, Aurélie Filipetti ?

L'oeil rivé sur l'État des finances publiques, on serait tenté de balayer rapidement la question. Mais c'est oublier un peu vite les atouts que les responsables de la maison d'art lyrique régionale ne vont pas manquer d'exploiter pour faire entendre leurs voix.

Le premier relève de la pure politique politicienne et n'est peut-être pas si pertinent que ça. C'est de se demander comment un nouveau gouvernement chantant dans le même choeur que les villes-mères de l'opéra, conduit qui plus est par l'ancien maire de Nantes, Jean-Marc Ayrault, pourra se montrer sourd à l'appel.

« Ce genre de situation est à double tranchant, car les circonstances sont difficiles. On peut avoir au contraire quelqu'un qui va se montrer plus que rigoureux et qui, par principe, va éviter de favoriser sa ville » modère-t-on dans les couloirs de la maison. Jean-Paul Davois, le directeur d'ANO, positive : « Je pense quand même qu'on aura une écoute plus grande avec ce nouveau gouvernement sur le seul motif de la justice territoriale. »

Késako la justice territoriale ? « On constate que les plus grandes maisons lyriques nationales se trouvent pour la plupart au-dessous d'une ligne Bordeaux-Strasbourg. Il serait temps, selon moi, de rééquilibrer la carte en faveur du Nord et de l'Ouest. Je pense que nous méritons aujourd'hui ce label » précise Jean-Paul Davois.

On pourra toujours dire du troisième atout qu'il est subjectif. Mais l'effort considérable de création et de diffusion artistique entrepris depuis sa création par Angers-Nantes Opéra, à commencer par ses pratiques tarifaires – Yannick Noah, ça reste plus cher ! -, son ouverture aux écoles et à la société civile (la tournée du Pauvre Matelot en 2009) ne correspond-il pas à l'idée du rayonnement culturel telle que l'ont défendue François Hollande et son équipe durant la campagne ?

Reste à convaincre. Concrètement, la demande de labellisation devrait être au menu du prochain comité paritaire du syndicat mixte qui gère l'opéra, fin juin. Et transmise à la Direction régionale des affaires culturelles. Ça laisse tout l'été à Aurélie Filipetti pour choisir dans la programmation 2012-2013 la date qui lui conviendra pour venir au Quai ou au Théâtre Graslin ?

La programmation 2012-2013 d'Angers-Nantes Opéra

- Les Deux Veuves de Bedřich Smetana (première création en France), 28 et 29 septembre à Angers (Le Quai), 17, 19, 21, 23 et 24 octobre à Nantes (Grand T)

- Le Chapeau de Paille d'Italie de Nino Rota (nouvelle production), 25, 27 et 30 novembre, 2 et 4 décembre à Nantes (Théâtre Graslin), 16, 18 et 20 décembre à Angers (Grand Théâtre).

- Concert Nino Rota, une vie de musique (hors abonnement), 1er décembre à Nantes (Théâtre Graslin), 15 décembre (Grand Théâtre)

- Vénus et Adonis de John Blow (nouvelle production), 6, 8 et 9 janvier à Angers (Grand Théâtre), 14, 15, 17, 18 et 20 janvier à Nantes (Théâtre Graslin)

- La Rose Blanche d'Udo Zimmermann, 29 et 30 janvier 2013 à Angers (Grand Théâtre), 5, 6, 8 et 10 février à Nantes (Théâtre Graslin)

- L'Enlèvement au Sérail de Wolfgang Amadeus Mozart (nouvelle production), 15, 17, 19, 22 et 24 mars 2013 à Nantes (Théâtre Graslin), 3, 5 et 7 avril à Angers (Grand Théâtre)

- La Traviata de Giuseppe Verdi (nouvelle production), 26, 28, 31 mai, 2 et 5 juin 2013 à Nantes (Théâtre Graslin), 16 et 18 juin à Angers (Le Quai).


infos pratiques et détails sur www.angers-nantes-opera.com









1.Posté par barreau le 27/05/2012 11:15 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Je veux bien comprendre l’intérêt en terme de notoriété d'avoir un tel opéra ( bien que les projecteurs médiatiques resteront toujours braqués sur Nantes ..) mais je trouve la note "salée" pour un divertissement assez élitiste qui concerne bien souvent les classes aisées...
Combien d'habitants de la ville d'Angers (qui financent par l'intermédiaire de leurs impôts) fréquentent l'opéra ?

























Instagram


A PROPOS