Parkings : le bilan contesté de l'heure de gratuité


Rédigé par - Angers, le 29/09/2015 - 08:08 / modifié le 02/10/2015 - 10:40


La première heure de gratuité dans les parkings clos a t-elle un intérêt pour le centre-ville d'Angers ? Un an après sa mise en oeuvre, son premier bilan a donné lieu lundi soir, au conseil municipal, à des divergences d'interprétation abyssales entre majorité et minorité. Et à quelques échanges particulièrement tendus. C'est quand la journée de la courtoisie au volant ?



Parkings : le bilan contesté de l'heure de gratuité
la rédaction vous conseille
Au moment de présenter le bilan d'un an de mise en oeuvre de la première heure de gratuité dans les parkings clos de la ville, Gilles Groussard, l'adjoint au commerce, ne croyait pas si bien dire en réservant la possibilité qu'il puisse susciter... "l'unanimité". Car d'unanimité, il n'y eut bien sûr pas sur ce sujet clivant, depuis ses origines, entre majorité et minorité municipales angevines. Et bien au contraire, ce ne fut qu'une longue montée en pression verbale pendant près d'une heure -gratuite elle-aussi-, pas franchement au profit de la qualité des débats.

Commençons donc par ces chiffres qui ont tout déclenché. Entre le 1er septembre 2014 et le 1er septembre 2015, la fréquentation des parkings clos d'Angers, où s'applique la gratuité de la première heure de stationnement, a progressé de plus de 280 000 passages (sur un total de plus d'1,9 millions). Dans le même temps, les places situées en zone orange - stationnement de deux heures maximum - ont vu leur fréquentation chuter de plus de 155 000 tickets, soit un solde global estimé de 125 000 passages pour le centre-ville. D'autant plus "positif" selon Gilles Groussard que la Sara ayant perdu moins que prévu dans l'affaire - 621 000€ contre 840 000€ attendus -, l'indemnisation de la Ville sera revue d'autant à la baisse.

Aussi à l'heure de conclure sa rapide intervention, l'adjoint au commerce ne cherche t-il pas la nuance pour parler d'"une attractivité retrouvée du Centre Ville dans un cadre financier maîtrisé", soulignant la "vraie satisfaction" des usagers ou encore "la dynamique qui est enclenchée et rappelée tous les mois par les représentants des commerçants du centre-ville".
"Vous utilisez les chiffres pour construire insidieusement votre propre histoire, Monsieur Groussard" - Vincent Dulong

Trop beau ? De toute évidence pour l'élu écologiste Vincent Dulong (EELV) qui, dès vendredi dernier lors d'un point-presse, avait estimé que ce bilan relevait, pour lui, de l' "escroquerie intellectuelle".

Sa cible ? Gilles Groussard. "Vous utilisez les chiffres pour construire insidieusement votre propre histoire, Monsieur Groussard" attaque-t-il, dénonçant les "omissions" du rapport, à commencer par l'absence de mise en corrélation avec la fréquentation des transports en commun. "L'érosion des ventes de tickets est liée à la première heure de gratuité", dénonce-t-il en reprenant un extrait d'un bilan de Keolis.

Mais c'est sur l'absence de communication de l'évolution du chiffre d'affaires des commerces que l'élu écologiste appuie le plus fort : "Vous avez vous même dit que ce serait le juge de paix. Où sont les chiffres, Monsieur Groussard ? Auriez-vous oublié le cadre d'évaluation ? Ou les chiffres ne sont-ils pas ceux que vous espériez, comme l'a indiqué un représentant des commerçants ?" Emporté dans son élan, Vincent Dulong ira jusqu'à parler de "faux" eu égard à l'avis mal daté de la commission des finances, mentionné dans la délibération. Huées de protestation dans la salle. Ambiance !

"On n'est pas à la hauteur des enjeux sur ce que notre ville pourrait faire pour les changements climatiques. Quand c'est qu'on passe à la gratuité des transports en commun ? Vous y êtes presque, vous êtes murs" enchaînera avec le sourire Alain Pagano (PCF).
"La fréquentation a t-elle augmenté ? Oui. Le fréquentation des transports en commun a t-elle diminué ? Non. Point : il faut revenir à des raisonnements simples." - Roch Brancour
Pas suffisant pour refroidir l'atmosphère. Au soutien de Gilles Groussard, sept élus de la majorité se succèdent pour répondre à Vincent Dulong, dont Roch Brancour : "J'ai le sentiment que votre longueur essaye d'embrouiller les Angevins. La fréquentation a t-elle augmenté ? Oui. Le fréquentation des transports en commun a t-elle diminué ? Non. Point. Il faut revenir à des raisonnements simples."

Maxence Henry évoquera les dizaines d'Angevins croisés sur le terrain, "qui remercient la la municipalité d'avoir tenu parole" sur cette heure de gratuité. Bernard Dupré, l'adjoint aux transports rappelle que la baisse de la progression de fréquentation du tramway - "elle continue de progresser mais moins vite"- est le propre de tous les réseaux qui arrivent à maturité, et que l'idée de l'heure de gratuité, "c'était pas d'avoir une stratégie de déplacement, c'était de dynamiser le commerce de centre-ville".

Emmanuel Capus dénonce des "termes pas acceptables" qui "jettent le discrédit sur l'ensemble des personnels", avant qu'Alain Fouquet ne s'offusque à son tour des propos de Vincent Dulong. Ambiance, toujours ! Frédéric Béatse a bien essayé de temporiser, expliquant son incompréhension quant à la stratégie de déplacements de Christophe Béchu, au regard des changements climatiques. Comme entre temps, Antony Taillefait, toujours pour la minorité, avait remis de l'huile sur le feu, en "espérant que ce ne soit pas la Chambre régionale des compte qui vienne, dans quelques années, livrer le coût exorbitant de la mesure", on réalisa alors que la soirée serait longue.

Au bout du bout, Christophe Béchu n'a pas caché son agacement - "Une partie d'entre vous ne l'a pas compris, il y a un an, vous avez perdu les élections" -, dénonçant "la diarrhée verbale de Monsieur Dulong" : "C'est vous qui nous racontez une histoire avec juste une difficulté, ça ne cadre pas avec la réalité (...). Quand on ouvre 70 000 m2 de nouvelle surfaces commerciales avec 4000 places de stationnement gratuites, on ne peut pas faire comme si la baisse de fréquentation du centre-ville était décorrélée d'actes d'urbanisme."

Les autres dossiers importants
Communauté urbaine : c'est acté !
Le conseil municipal d'Angers a acté définitivement la transformation de la communauté d'agglomération en communauté urbaine à compter du 1er janvier prochain. Une décision juridique plus importante qu'elle ne pourrait le laisser paraitre, a indiqué Christophe Béchu, en référence au projet d'adhésion d'une nouvelle commune (plus précisément, d'une commune nouvelle) au sud-est de l'agglo dévoilé le matin même par le préfet (lire à ce sujet notre article "Intercommunalité : le préfet du Maine-et-Loire a tranché"). "Il y a un mouvement de mutualisation (...). L'enjeu, c'est bien de faire plus efficace à moindre coût mais aussi de pouvoir acquérir des compétences, je pense à l'énergie, que nous n'avons pas encore" a insisté Christophe Béchu. Comme lors du débat à la communauté d'agglo en mai, Alain Pagano (PCF) a été le seul à voter contre, rappelant "l'inquiétude sur la perte de démocratie de proximité" que lui inspirent les modifications territoriales en cours. Conséquence directe de cette transformation, plusieurs contrats ont été transférés à la future communauté urbaine dont l'ensemble des contrats de stationnement avec la SPL2A, la délégation de service public du MIN ou encore les trois délégations de service public de réseaux de chaleur (Plateau de la Mayenne, Roseraie et Belle-Beille).

Handicap : un agenda pour achever le chantier de l'accessibilité
Imposée par la loi sur l'égalité des droits et des chances de 2005, la mise en accessibilité de tous les bâtiments communaux recevant du public, aux personnes en situation de handicap, est loin d'être une généralité. Seulement 54 établissements sur les 293 concernés sont aujourd'hui entièrement conformes, "évidemment pas une situation dont on peut se satisfaire" (C.Béchu). Le retard est lié principalement au coût du chantier. Programmée initialement en 2015, son échéance a donc été repoussée à 2024 et un agenda mis en place pour prioriser les travaux. Cet agenda engage plus de 8 millions d'euros de travaux sur les 239 établissements restants et 7 jardins. "S'il n'y pas les personnes pour conduire, renseigner, accompagner, cette accessibilité se perd" a nuancé pour la minorité Rose-Marie Veron, l'ex-adjointe aux affaires sociales, défendant "la politique volontariste" menée sous le mandat précédent. Quid de l'accessibilité des commerces ?, a t-elle interrogé. L'occasion pour Gilles Groussard de rappeler que le rôle de la collectivité s'arrêtait, à ce sujet, bien souvent à la porte des enseignes.

Réfugiés syriens : des intentions insuffisantes ?
Chadia Arab a profité d'une délibération sur les foyers de jeunes travailleurs pour interpeller -et, en filigrane, critiquer - le maire d'Angers sur les premières intentions affichées pour participer à l'accueil des réfugiés fuyant les conflits en Syrie et en Irak : "Pensez-vous sincèrement que l'accueil de 15 à 20 familles répond aux enjeux de l'événement ?" "Il ne faut pas qu'on polémique sur le sujet (...), ni commencer par des positions ostentatoires sur un perron pour le traiter. Je maintiens une position qui est celle d'une humanité totale sans laisser à croire qu'on peut accueillir sans compter" lui a répondu Christophe Béchu, relevant "le flou" qui continue d'entourer la coordination de l'accueil des réfugiés. 




Journaliste, rédacteur en Chef d'Angers Mag En savoir plus sur cet auteur





1.Posté par LUCKY JEEP le 29/09/2015 12:25 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Bonjour,

L’idée du stationnement gratuit était bonne mais comment peut on en 2015 relevé la situation des commerçants
assommés de charge et concurrencés par des groupes hyper puissant sur internet !
Le problème ne vient pas du stationnement, parole de commerçant ayant fermé mon magasin en 2014 mais plutôt du
fait d'internet et du changement d'habitude de consommation des citoyens, je parle de mon vécu !
Les futurs clients sont nos jeunes et ils ne jurent que par leur smartphone et tablette, ce s...















Angers Mag











Angers Mag : #Angers Le directeur de Keolis Angers a été licencié pour fautes graves https://t.co/n6HJqX081U
Lundi 5 Décembre - 15:10
Angers Mag : Keolis Angers : Christophe Reineri a été licencié pour fautes graves: Trois semaines... https://t.co/d3ujV5hSiJ https://t.co/cPMN0twREP
Lundi 5 Décembre - 15:01
Angers Mag : Orphée aux enfers, mais aussi au Quai: Entretien croisé avec Jean-Paul Davois (directeur... https://t.co/NJjZLJnXMH https://t.co/pTRfJd77AD
Lundi 5 Décembre - 08:00
Angers Mag : Enseignement, quand l'instruction se "fait maison": Depuis trois ans, Barbara a décidé... https://t.co/2EbbolDZYe https://t.co/q2lbjICkRQ
Lundi 5 Décembre - 07:20



cookieassistant.com