"Paroles gelées", sans langue de bois à la sauce Bellorini...


Rédigé par - Le Vendredi 26 Octobre 2012 à 16:00


Le Nouveau Théâtre d'Angers a ouvert véritablement sa saison lundi avec ce spectacle truculent. "Paroles Gelées" de la Cie Air de Lune, mis en scène par Jean Bellorini, donne chair à l’œuvre de François Rabelais en réunissant treize acteurs/musiciens débordants de vitalité.



Photo © Anne Nordmann
Photo © Anne Nordmann
Faire le mouton de Panurge. Voilà une expression que nous connaissons tous. Mais savons nous que nous la devons au célèbre prêtre et écrivain humaniste François Rabelais (✝ 1553) ?

Ses œuvres - Pantagruel, Gargantua etc... - ont traversé le temps et font aujourd'hui partie de notre imaginaire collectif. Et à l'évocation de ces deux noms de vagues souvenirs refont surface. Des images apparaissent mais les avons-nous jamais lues ? "Paroles Gelées" nous invite à découvrir la langue merveilleuse, généreuse, licencieuse de Rabelais, et son univers totalement ubuesque où les saucisses et les andouilles se mettent à parler...

Chez Rabelais les «Paroles Gelées» sont des glaçons qui au contact des humains deviennent des mots prenant un sens différent selon les hommes qui les dégèlent... Chez Jean Bellorin, l'intention n'a pas varié. Lui et sa Cie s'amusent d'un rien, se jouent de tout et parviennent à porter le théâtre au firmament, prouvant que d'un grand classique l'on peut créer un très beau moment de fête et de partage.

Jeune metteur en scène, Jean Bellorini, a su en saisir l’intérêt théâtral et en signe, avec le comédien Camille de la Guillonnière, une très intelligente adaptation. Faisant fi de toutes les embuches, la troupe parvient à nous emporter dans un raz de marée de chansons et de poésie, mélangeant sans distinction humour et sérieux, calme et tumulte, malheurs et jubilations.

Un mets de choix, servi sur un plateau.

Photo © Polo Garat Odessa
Photo © Polo Garat Odessa
Car pour rendre digeste un tel mets, l'intention dois être juste. Loin de tout intellectualisme, Jean Bellorini transforme son théâtre en guinguette où se joue une grande fête populaire. Les acteurs y évoluent comme d'innocents enfants, chatouillant notre intellect et nos instincts les plus salaces.

On leurs pardonne l'entrée en matière quelque peu scatologique, tant elle nous est amenée avec joie. On oublie vite les difficultés de cette langue biscornue, clamée avec vigueur et beauté. Et on ne se formalise pas non plus sur le caractère mythomaniaque des récits de Rabelais, que Bellorini restitue avec chaleur et inventivité.

Il y a de tout et pour tous dans "Paroles Gelées" qui réussit le pari de réunir novices et habitués du théâtre. Si la portée allégorique et satirique des œuvres de Rabelais, et leurs résonances contemporaines, ont pu échapper à certains, personne n'est complètement perdu dans ces mondes dangereux où le symbole et la morale prennent des formes monstrueuses.




Mathieu Vautrin
"Scenoscopie" s'intéresse au spectacle vivant sous toutes ses formes. Si vous êtes curieux,... En savoir plus sur cet auteur

Cinéma | Spectacle | Expositions | Musique | Patrimoine | Livres | Evénements culturels | Divers culture




















DEVIS TRAVAUX