Patinoire d'Angers : un équipement à "rayonnement" communautaire...


Rédigé par - Angers, le 13/03/2017 - 07:45 / modifié le 14/03/2017 - 10:15


La Communauté urbaine votera ce lundi soir un fonds de concours de 8M€ pour le financement de la patinoire envisagée par la Ville d'Angers (pour un coût global de près de 27 M€). Une délibération qui clôt aussi le débat entamé il y a quelques mois autour de l'intérêt communautaire des équipements sportifs et culturels du territoire angevin.



La communauté urbaine va participer à hauteur de 8M€ au financement de la patinoire.
La communauté urbaine va participer à hauteur de 8M€ au financement de la patinoire.
la rédaction vous conseille
Au fil de ces colonnes, nous avons évoqué à plusieurs reprises le passage de la communauté d'agglomération à une communauté urbaine, le 1er janvier 2016, mais également, plus avant, les conséquences qu'il entraîne.
L'une d'elles a trait à ce que l'on appelle l'intérêt communautaire. Et elle concerne plus spécifiquement les grands équipements sportifs et culturels du territoire angevin. En clair, l'Arena Loire, la piscine Jean-Bouin, Le Quai, le Grand Théâtre ou la future patinoire -pour ne citer qu'eux- doivent-ils sortir du giron des municipalités où ils se trouvent pour rejoindre celui de la communauté urbaine ?
 
Les élus avaient jusqu'au mois de septembre 2017 pour trancher cette question, largement abordée lors du séminaire des maires qui s'est tenu à la mi-janvier. Ils n'auront pas attendu autant. Lundi soir, lors du conseil communautaire, la délibération 4 met de fait un point final à la réflexion menée sur la question. Il s'agit d'un fonds de concours de 8M€ de la collectivité, pour financer la patinoire à 27 M€ de la Ville d'Angers. Une décision prise parce que le futur équipement qui prendra place en bord de Maine, face au cinéma multiplexe d'un côté et à l'hôpital de l'autre, participe bien "au rayonnement communautaire", note le président de la collectivité, Christophe Béchu.
"Quand vous déterminez qu'un équipement est d'intérêt communautaire, vous devez transférer à la communauté urbaine non seulement l'investissement lié à cet équipement, mais aussi son fonctionnement" 

A ce stade-ci, les mots ont toute leur importance. "Rayonnement" n'est pas "intérêt". "Intellectuellement, politiquement, financièrement, il paraît évident que la patinoire -qui est le seul équipement de ce type dans la région et permet la pratique du haut niveau- a un intérêt communautaire", acquiesce Christophe Béchu. "Mais nous nous sommes renseignés : quand vous déterminez qu'un équipement est d'intérêt communautaire, vous devez transférez à la communauté urbaine non seulement l'investissement lié à cet équipement, mais aussi son fonctionnement", complète l'élu.

En clair, la municipalité concernée perd la main sur le fonctionnement de l'équipement, et l'intercommunalité voit ses charges augmenter de manière substantielle pour la gestion de cet équipement.
C'est aller trop loin, sur ce mandat-ci, pour les élus de l'agglo. "La question se posera évidement pour le mandat suivant et ceux d'après, mais jusqu'en 2020, ça ne sera pas le cas", reprend Christophe Béchu.
Les élus ont donc adopté un autre mode opératoire, illustré par le fonds de concours apporté au financement de la patinoire. "Nous nous sommes mis d'accord pour attribuer des subventions pour les équipements ayant un rayonnement communautaire, avec une contrepartie : s'il y a fonds de concours de la part de la communauté urbaine, il y aura égalité de tarifs entre les habitants de l'agglo pour l'accès à ces équipements."
 
Une dernière règle est instaurée : l'intercommunalité ne pourra verser plus que ce que la municipalité qui accueille l'équipement finance.




Journaliste Animateur du blog " Des mots à la marge " En savoir plus sur cet auteur















Angers Mag