Paul Papin : projet de modernisation pour 2015


Rédigé par Yannick Sourisseau - Angers, le 17/02/2010 - 20:13 / modifié le 19/02/2010 - 09:40


Jugé trop vétuste par les services de sécurité, enclavé dans le CHU, le Centre de cancérologie Paul Papin envisage depuis plusieurs années de se déplacer. Un financement accordé par le Ministère de la Santé, dans le cadre de l’opération Hôpital 2012, devrait lui permettre d’envisager cette hypothèse à l’horizon 2015.



De G à D, Yves DUBOURG et François-Régis BATAILLE devant l'entrée du centre de cancérologie
De G à D, Yves DUBOURG et François-Régis BATAILLE devant l'entrée du centre de cancérologie
la rédaction vous conseille
Avec 4000 patients accueillis chaque année, 450 soignants dont 65 médecins, le Centre de lutte contre le cancer se situe dans le peloton de tête des équipements hospitaliers de ce type sur le territoire français. Pour preuve le Ministère de la Santé vient de lui accorder la plus grosse enveloppe financière sur les 12 centres demandeurs. Cette manne financière comprend deux parties : la première de 1.18 millions d’Euros pour le financement de son système d’information hospitalier et la seconde de 31 millions d’Euros pour le projet immobilier de relocalisation des bâtiments.

« Paul Papin a été le premier centre de cancérologie retenu. On a de quoi se réjouir, la ville d’Angers et le CHU voisins, nos partenaires, aussi » précise François-Régis BATAILLE, Directeur Général du Centre Papin. Ce dernier qui dirigeait précédemment le centre René Gauducheau à Nantes, a pris ses fonctions 2009. C’est donc le premier projet d’envergure, initié par ses prédécesseurs, qu’il est amené à conduire.

2000 projets hospitaliers ont été présentés l’an dernier, dans cadre d'Hôpital 2012, et seulement 633 ont été retenu, dont celui du Centre Paul Papin

Le premier financement concerne un projet qui sera mutualisé avec le centre de Nantes. Il s’agit pour les deux centres de se doter d’un système d’information hospitalière (SIH) censé faciliter le travail des médecins et de tout le personnel soignant. « Avec ce système, qui sera tout sauf du matériel informatique, nous ne devrions plus égarer des patients » affirme Yves DUBOURG, Directeur Adjoint, gestionnaire du centre Paul Papin avec humour. « Nous devrions gagner en temps, en sécurité et surtout en qualité des informations ».

Ce projet dont le cout total s’élève à près de 2 millions d’Euros, est financé en partie par le Ministère de la Santé et le reste par le Centre. Il permettra d’assurer la traçabilité des patients et le suivi des actes, mais aussi l’optimisation des moyens et des ressources humaines, ainsi que la coopération entre les différents établissements.

Relocalisation et mutualisation des services hospitaliers

En 2006 les services d’Incendie et de Secours avaient dressé un constat alarmant pour le Centre Paul Papin, obligeant la Ville d’Angers à prendre des mesures pour éviter une fermeture pour non conformité. « Nous étions confronté à une impossibilité de mettre aux normes le bâtiment et au fait que le centre a atteint la limite de ses capacités d’extension » précise Yves DUBOURG. Il fallait donc envisager un déménagement en un lieu qui restait à déterminer, sachant que celui-ci doit prendre en compte une évolution, toutes activités confondues de 4.40% par an.

Après concertation avec les partenaires, CHU, ville d’Angers, un nouveau terrain a été trouvé à proximité du Centre pédiatrique Robert Debré. Ce terrain d’une surface de 8500 m2, avec possibilité d’extension pourra accueillir un bâtiment de cinq niveaux, dont trois seront sous le niveau du sol. Cette proximité permettra de mutualiser certains services et notamment un bloc opératoire et un plateau d’imagerie médicale. Une liaison directe est prévue entre les deux bâtiments et un accès sera réalisé depuis les bords de Maine. La clinique du sein qui assure 14 000 mammographies par an, sera également transférée dans ce bâtiment.

D’une surface de 20 000 m2 le nouveau Centre Paul Papin, coutera 71 millions d’Euros dont seulement 31 seront assurés par l’État. Des partenariats vont donc être mis en place pour assurer le financement de l’ensemble. « C’est le premier projet de cancérologie de France » ajoute le Directeur Général, avec un plaisir non dissimulé.

Un concours d’architecte est en cours. Près de 80 cabinets intéressés par ce projet ont fait acte de candidature. Un jury désignera les 3 équipes admises à concourir le 25 Février et le projet lauréat devrait être retenu en Octobre, pour des travaux qui devraient durer de Mai 2012 à Juillet 2014. Quant au bâtiment existant, le CHU pourrait le reconsidérer pour son service des urgences, un peu à l’étroit.




Yannick Sourisseau
Yannick Sourisseau
Web Journaliste suivant plus particulièrement les technologies digitales Formateur technologies de... En savoir plus sur cet auteur















Angers Mag