Pays de la Loire : mélodie en sous-sol pour données numériques


Rédigé par - Angers, le 19/12/2014 - 10:16 / modifié le 31/01/2015 - 11:04


Les carrières souterraines de la région de Saumur (49), connues pour leur grande stabilité thermique servent depuis des années à la conservation du vin du Val de Loire ou à la culture du champignon de couche. Des ingénieurs proposent d’utiliser les caractéristiques de ces carrières pour y installer des centre de traitement de données (datacenter) refroidis naturellement. Une première qui pourrait faire école.



Le projet d’installation d’un datacenter troglodyte (© ENIA architectes –consortium Monde souterrain)
Le projet d’installation d’un datacenter troglodyte (© ENIA architectes –consortium Monde souterrain)
la rédaction vous conseille
Ce n’est pas nouveau. Bon nombre de centres de traitement de données numériques sont installés en sous-sol de grands immeubles, notamment à Paris. Mais le refroidissement de milliers de serveurs nécessite une climatisation gourmande en énergie et peu respectueuse de son environnement.
 
Aux USA, ces centres de traitement sont installés dans des conteneurs métalliques, empilés, et qui nécessitent aussi des systèmes de climatisation très puissants, alimentés le plus souvent par des centrales électriques au charbon. Pas très écologique.
 
En Pays de la Loire,  Laurent Trescartes, consultant expert, Matthieu Chazelle architecte-ingénieur et Christian Hermann directeur infogérance dans une société spécialisée dans le stockage de données, proposent une solution innovante, performante, écologique  et économique : installer un datacenter dans les caves souterraines de la région de Saumur.
 
Carrières d’extraction du tuffeau, la pierre tendre qui servit à construire les maisons caractéristiques de la Touraine et de l’Anjou, ces sites servent d’habitat naturel, pour les plus petits, et de lieu de stockage du vin du Val de Loire pour les autres. Leur grande stabilité thermique et leur ventilation naturelle en font des lieux privilégiés pour cette activité. Le sous-sol du Saumurois est truffé de galeries et certaines sont aujourd’hui inexploitées.
 
L’idée d’y installer des serveurs informatiques nécessitant un très grand refroidissement, si elle est insolite, n’est pas totalement saugrenue. Ce serait même opportun pour une filière numérique dont chacun se gausse des économies réalisées en dématérialisant les données, mais certainement pas en termes d’énergie, notamment électrique.
 
« D’autres expériences ont démontré que l’installation de datacenter était un facteur décisif pour attirer de nouvelles activités », Christophe Clergeau.
 
Cette solution qui permettrait d’installer une première génération des serveurs non climatisés a retenu l’attention du premier président de la Région des Pays de la Loire, Christophe Clergeau, en charge de l’économie et de l’innovation. « Une première expérimentation va être lancée dès 2015. Si celle-ci est concluante, nous serons à même d’apporter une solution innovante à la filière régionale de stockage de données ».
 
 

Une carrière d’extraction du tuffeau dans la région de Saumur (© ddarrault-abbaye de Fontevraud)
Une carrière d’extraction du tuffeau dans la région de Saumur (© ddarrault-abbaye de Fontevraud)
Ce qui intéresse la Région des Pays de la Loire, c’est qu’en dehors de l’aspect technique et écologique, cette installation sera génératrice d’emplois pour une région qui peine à maintenir ses entreprises. « D’autres expériences ont démontré que l’installation de datacenter était un facteur décisif pour attirer de nouvelles activités, notamment dans le secteur des services. Comme Nantes, je souhaite que le Saumurois profite aussi de la croissance du numérique ».   
 
Ce projet rassemble un consortium d’acteurs nationaux reconnus dans le domaine des centres de traitement des données (le Cabinet d’architecte Enia, l’Opérateur télécom Celeste, le bureau d’études Elioth, le bureau d’études Critical Building), lesquels ont développé et breveté un système de datacenter refroidis pas air et un datacenter transportable en conteneur. Ce dernier sera d’ailleurs utilisé lors de l’expérimentation.
 
Le projet, soutenu par les acteurs locaux et notamment la Région des Pays de la Loire se déroule en trois phases : une phase de simulation et d’expérimentation (en cours), une phase de développement d’un prototype de datacenter réduit, de janvier 2015 à janvier 2016, puis une phase de développement et de montée en puissance d’un centre de traitement fonctionnel à compter de l’été 2016.
 
Cette démarche, déjà bien avancée, s’inscrit dans une « plateforme régionale d’innovation du monde souterrain », avec pour mission de développer des projets de valorisation et de reconversion économique des carrières souterraines à des fins de développement du territoire. Cette plateforme agit sur trois axes principaux : le réemploi économique, le tourisme et l’énergie, ces sites constituants des réservoirs thermiques à destination des activités économiques du territoire.
 




Yannick Sourisseau
Web Journaliste suivant plus particulièrement les technologies digitales Formateur technologies de... En savoir plus sur cet auteur








Angers Mag















Angers Mag : RT @UnivAngers: À l'occasion du colloque #BonDroit qui se déroule auj. et demain à la Faculté de droit. Avec Félicien Lemaire @AngersCjb ht…
Jeudi 8 Décembre - 13:04
Angers Mag : Le Bastringue Général, collection automne-hiver à Montreuil-Juigné: A la fois marché de... https://t.co/wSJrT0YxQH https://t.co/uk6Li4S9nu
Jeudi 8 Décembre - 09:22
Angers Mag : Pourra-t-on un jour revendiquer le "droit au bonheur" devant les tribunaux ?: Avec cette... https://t.co/QpibQ65W2u https://t.co/6akmJkPlta
Jeudi 8 Décembre - 07:56
Angers Mag : A Coutures, les maternelles s’activent: Dans sa classe de l’école maternelle publique de... https://t.co/bJ1C27TEZX https://t.co/HH0RAzp80Q
Jeudi 8 Décembre - 07:46


cookieassistant.com