Angers Mag Info

Un autre regard sur l'actualité d'Angers et sa région

Document sans nom

Jeudi 23 Octobre 2014



Pérennisation du site de l'ETAS et dynamisation de l’économie locale


Rédigé par - Le 08/02/2012 - 17:56 / modifié le 09/02/2012 - 09:52


En visite sur le site de l’ETAS à Montreuil Juigné, près d’Angers ce lundi, Marc Laffineur, secrétaire d’Etat auprès du Ministre de la Défense, n’est pas venu les mains vides. En plus de l’annonce de la confortation d’emplois sur le site il est venu avec un chèque pour le territoire angevin impacté par la restructuration de la Division Générale de l’Armement (DGA).



Le ministre des Anciens combattants, Marc Laffineur, entouré du Préfet de Maine et Loire, à gauche,et du Président du Conseil général et du président de la CCI à droite, lundi soir dans les locaux de l'ETAS
Le ministre des Anciens combattants, Marc Laffineur, entouré du Préfet de Maine et Loire, à gauche,et du Président du Conseil général et du président de la CCI à droite, lundi soir dans les locaux de l'ETAS
Condamné à une mort certaine en 2008, suite à la restructuration des services de la Défense française, l’ETAS, établissement technique d’Angers, un site de la Division Générale de l’Armement qui employait plus de 400 salariés, se voit désormais offrir de nouvelles perspectives.

Cet établissement qui fait pratiquement partie du patrimoine industriel local, avec ses pistes d’essais pour véhicules militaires, est l'expert national de la D.G.A. pour les systèmes mobiles terrestres. Il exerce ses activités au profit du ministère de la Défense, des services de l'Etat et même des entreprises privées. Sur un site de 190 ha le centre d’essai et d’expérimentation de l’ETAS permet de tester véhicules et composants dans toutes les conditions terrestres.

Mais les restrictions budgétaires sont passées par là et malgré une ouverture vers le privé, le site de l’ETAS n’a pas résisté lui aussi à la crise, jetant dans les rues d’Angers, le personnel, les commerces et entreprises locales pour lesquels le centre technique présentait une source de profit non négligeable.

Dans un premier temps la Défense Nationale envisageait de fermer et déplacer le personnel civil et militaire vers un autre site français, celui de Bourges notamment, et ceci malgré les investissements réalisés pour la modernisation des pistes d’essai. Elle s’est ensuite ravisée pour conserver une partie du personnel, (80 personnes), et faire venir sur place les militaires issus d’autres sites de la région d’Angers et des départements voisins (230 personnes), afin d’en faire un véritable centre de défense.

Le site accueillera également un centre IED (Improvised Explosive Device), développant une expertise et des formations dans le domaine des mines et engins explosifs improvisés. Ce centre qui fonctionnera avec 75 personnes, accueillera 600 stagiaires, militaires et civils à l’année. « Sur le nombre d’agents que nous avions à reclasser au départ, il nous en reste 8. Nous avons espoir de leur trouver un emploi d’ici la fin de l’année », déclarait le ministre.

De l’argent pour créer des emplois et développer des filières d’excellence

L’autre volet de la visite de Marc Laffineur avait pour objet la compensation de la fermeture de l’ETAS et la perte des emplois correspondants par un plan d’aide visant à favoriser le développement du territoire et notamment la création d’entreprises et d’emplois.

C’est un chèque de 1,5 millions d’Euros, sur un budget total de 4.6 millions que le ministre a donc apporté, complétant ainsi le plan de redynamisation du territoire conclut avec Angers Loire Métropole, la Chambre de Commerce et d’Industrie, le Département et les communautés de commune du Segréen.

« Cette aide va permettre de soutenir les entreprises qui créent de l’emploi, mais aussi le développement de filières, notamment dans les domaines de l’innovation et des technologies de la santé, et de la culture », déclare Daniel Loiseau, vice-président d’Angers Loire Métropole chargé du développement économique sur le site web de l’agglo. 350 emplois devraient pouvoir être ainsi créés.

De son coté la CCI aidera les très petites entreprises à s’investir dans les nouvelles technologies de l’information et de la communication (TIC). Elle apportera également une aide personnalisée à la création et à la reprise d’entreprises.

Ce plan de redynamisation devrait permettre de créer un village artisanal favorisant le maintien ou l’implantation d’entreprises de petite taille en ville, dans l’un des quartiers sensibles d’Angers, c'est-à-dire à Verneau, Monplaisir ou la Roseraie.

Enfin les Communautés de communes de la région du Lion-d'Angers et du Canton de Segré, également affectées par la reconversion de l’ETAS, favoriseront le développement d’une zone d’activité commune à la Membrolle sur Longuénée et Pruillé, deux communes proches de Montreuil-Juigné.




Yannick Sourisseau
Directeur publication Angers Mag et Angers Mag Info Journaliste web suivant plus particulièrement... En savoir plus sur cet auteur







Angers Mag




















Instagram


cookieassistant.com