Angers Mag Info

Un autre regard sur l'actualité d'Angers et sa région

Document sans nom

Jeudi 23 Octobre 2014



Peut-on vraiment revaloriser le SMIC ?


Rédigé par - Le 22/06/2012 - 15:09 / modifié le 22/06/2012 - 15:18


Réclamée depuis des années par les syndicats de salariés et inscrite au programme du candidat Hollande, aujourd’hui Président de la République, l’augmentation du salaire minium est inévitable en France. Mais est-ce possible dans le contexte actuel ?



Peut-on vraiment revaloriser le SMIC ?
La revalorisation du SMIC envisagée par le candidat Hollande, va se transformer dans un premier temps en un coup de pouce. Selon Les Echos de ce vendredi, c'est une hausse de 2 % qui devrait être annoncée aux partenaires sociaux, lors de la réunion de la Commission nationale de la négociation collective, mardi prochain.

Même si cette hausse n’a pas été confirmée par Matignon, une augmentation de 2 % porterait le SMIC horaire de 9,22 euros à 9,40 euros, soit un peu plus de 27 euros de gain mensuel pour le salarié.

La CGPME, la confédération des du patronat des petites et moyennes entreprises a tiré la sonnette d’alarme ce matin sur Europe 1 en demandant « une suspension du coup de pouce envisagé par le gouvernement », estimant qu'il mettrait en danger des milliers de petites entreprises déjà très impactées par la crise économique.

« Même faible, un coup de pouce fera peser un risque sérieux sur l'emploi », affirme aussi la présidente du MEDEF, Laurence PARIZOT. Pour Francis Kramarz, du groupe d'expert chargé de rendre un avis sur le SMIC tous les ans, la hausse de 2% pourrait même détruire de 30.000 à 50.000 postes.

A ces observations du patronat, s’ajoute l’impact sur les finances publiques. Toute hausse entraîne en effet pour l'Etat une augmentation des compensations à verser à la Sécurité sociale pour les charges exonérées sur les bas salaires. Enfin, l'Etat devra également ajuster les plus bas salaires de la fonction publique, avec un coup qui irait de plusieurs centaines de millions d'euros et un milliard pour un point de hausse.

Pour la CGPME, « il serait plus judicieux d’abaisser les charges sur les salaires afin que les salariés puissent bénéficier d’un salaire net plus important » et éviter de grever les finances d’entreprises et notamment des plus petites, déjà pénalisées par la crise économique.

Même si l’augmentation des charges devrait profiter à l’Etat, dans la situation économique actuelle, toute revalorisation risque fort de pousser les entreprises affaiblies vers la sortie, mettant au passage des employés sur la paille.

Le gouvernement va donc devoir faire preuve d’une grande habilité pour donner satisfaction aux salariés, comme il l’avait promis, sans pour autant pénaliser les entreprises et notamment les plus petites.

Ce dernier prévoit d’ouvrir le débat sur les règles de revalorisation du Smic lors de la conférence sociale des 9 et 10 juillet, afin qu’il soit indexé sur la croissance et que les salariés puissent le voir progresser au cours de leur vie. De quoi faire patienter les syndicats des salariés qui attendent beaucoup de ce gouvernement.




Yannick Sourisseau
Directeur publication Angers Mag et Angers Mag Info Journaliste web suivant plus particulièrement... En savoir plus sur cet auteur





1.Posté par Anthony le 25/06/2012 18:24 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Au risque de dire une bêtise et pour répondre à la question posée, j'ai envie de dire "bien-sur" seulement le problème c'est qu'entre les patrons qui peuvent le faire et ceux pour qui ça revient à couler l'entreprise, dés lors comment faire ?

Il va sans dire que le coût de la vie va plus vite que l'augmentation des minimas et donc du Smic. Or sans boulot il faut bien que les gens puissent vivre juste décemment

La seule solution serait (peut-être) que les patrons "riches" payent pour ceux qui n...

2.Posté par Anthony le 28/06/2012 16:09 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Au lendemain de cette hausse de 2% du SMIC dont tout le monde aura compris qu'elle est symbolique, aussi je me pose la question de savoir si les plus nécessiteux et les sans emplois peuvent décemment s'en satisfaire et surtout s'ils comprendront que le gouvernement est dans une réelle impasse, aussi rien n'est moins sur ?

Alors, quand on ne peut augmenter d'un côté, peut-être peut-on baisser de l'autre ? aussi je crois que l'on va rentrer dans une période ou ne pouvant plus avancer, pas mal de...







Angers Mag



















Instagram


cookieassistant.com