Pierre Joubert au plus près des mots et des images

5e Festival du film nature et de l’environnement de Mûrs-Erigné


Rédigé par Michel Barini - Angers, le 03/10/2009 - 14:07 / modifié le 10/10/2009 - 09:57


Deux ans après une étonnante exposition réalisée à partir d’éclats de verre et d’éléments échoués sur les plages de l’océan, Pierre Joubert revient à la bibliothèque municipale de Mûrs-Erigné dans le cadre des manifestations organisées autour du festival. Cette fois, il présente sa dernière œuvre « Oiseaux rares », associant écritures et aquarelles.



Jusqu’au 2 novembre, Pierre Joubert expose 26 aquarelles à la bibliothèque municipale de Mûrs-Erigné.
Jusqu’au 2 novembre, Pierre Joubert expose 26 aquarelles à la bibliothèque municipale de Mûrs-Erigné.
L’artiste de Saint-Marc-sur-Mer ne se contente pas de peindre la faune et la flore sur de délicieuses aquarelles comme le ferait un peintre naturaliste revendiqué. S’il privilégie cette exigeante technique qu’il a appris à maîtriser à force de pratique et d’entraînement, il va au-delà du travail de pure reproduction en insérant une valeur ajoutée à chacun de ses dessins. « J’ai d’abord fait des illustrations puis imaginé des histoires. J’ai mis mes oiseaux en situation et leur ai ensuite donné une autre dimension ».

Ses volatiles, reproduits à l’échelle réelle, adressent des clins d’œil complices à ceux qui s’attardent volontiers sur eux. Grâce à l’ajout de détails humoristiques à la signification appropriée, l’observateur se fait soustraire immanquablement une approbation ou un sourire. Ainsi cet oiseau posant sur une paire de gants de jardin parce qu’il s’agit d’un chardonneret élégant, celui-là se parant d’un collier de coquillages, celui-ci veillant sur un magot d’euros, cet autre bravant l’interdit de pêche un poisson dans le bec… et ainsi de suite.

Colorée, délicate, aboutie, l’observation ne constitue cependant que la première étape d’une lecture qui n’est pas achevée. Car l’artiste n’a pas fini de s’exprimer, le talent du conteur vient compléter celui du peintre et se révèle à son tour dans son étendue. A partir de ses aquarelles, il va « broder des histoires », leur donner une nouvelle dimension, y ajouter des récits. Dans cet exercice du face à face entre l’image et l’écriture, de leur association, Pierre Joubert va alors s’exprimer avec des textes soigneusement bichonnés. « Je ne fais pas la démarche de guider, j’amène un état d’esprit. J’illustre avec des mots plus que je n’explique ».

« C’est fait pour être vu et non vendu ».
L’affirmation est claire, Pierre Joubert n’expose pas pour vivre de son art. Et pourtant, paradoxe de son propos, il ne lui reste plus aucune toile de sa dernière exposition « Entre poissons », montrée ici en juillet 2007, toutes ont été vendues. En fait, l’ancien instituteur cède à l’offre de l’acheteur potentiel uniquement si celui-ci rédige un chèque à l’ordre d’une association qu’il soutient. Cette dernière, Aide et action, se donne pour objectif de favoriser l’éducation des jeunes filles et développer des écoles dans les pays du tiers-monde.

Exposition de Pierre Joubert, « Oiseaux rares », aquarelles et écritures. Bibliothèque municipale. Centre culturel Jean-Carmet, 37, route de Nantes, 49610 Mûrs-Erigné. Du 2 octobre au 2 novembre 2009. Ouvert à tous. Gratuit.



Michel Barini
Michel Barini
Contributeur Angers Mag - pour le secteur des Ponts de Cé et Murs Erigné. Collabore à la rédaction... En savoir plus sur cet auteur















Angers Mag