Pierre Lebas – Vincent Loiseau : sur le goût de la langue


Rédigé par - Angers, le Mardi 7 Mars 2017 à 07:45


Ils feront scène commune au Chabada, le 9 mars prochain, pour défendre leur album respectif : « Les Liens », pour Vincent Loiseau (Kwal) et « Tigreville » pour Pierre Lebas, l’ancien chanteur de la Ruda. Deux opus où rayonnent la langue française et le goût des mots. Bien plus qu’il n’en faut pour une rencontre organisée…



Pierre Lebas et Vincent Loiseau, réunis par Angers Mag, le 26 janvier dernier.
Pierre Lebas et Vincent Loiseau, réunis par Angers Mag, le 26 janvier dernier.
la rédaction vous conseille
Quelques dizaines de mètres plus haut, les festivaliers se pressent encore dans les couloirs du Centre des Congrès : Premiers Plans bat son plein, portant au regard des cinéphiles curieux le travail artisanal de primo-réalisateurs européens. Loin des lumières du 7e Art et du tapis rouge, deux autres artisans ont pris langue au Time 4 Coffee Shop, à l’abri des regards et du temps. Ceux-là sont des faiseurs de chansons, d’histoires, de mots et de sentiments qui résonnent en chacun de nous.

D’un côté, Pierre Lebas. Voilà un sacré moment que l’on attend la (re)naissance musicale du chanteur charismatique de l’un des groupes les plus emblématiques des 20 dernières années : La Ruda. En solo, pantalon et veste en jean de rigueur et de rockeur, « Pierrot » le grand est venu avec son bébé sous le bras. Il s’appelle Tigreville et sonne pop, parfois Bashung ou Daho dark. Il sonne surtout Lebas.
De l’autre, Vincent Loiseau –Kwal pour le plus grand nombre. Lui, éternel chapeau vissé sur la tête, se pointe avec Les Liens : douze textes ciselés et slamés, comme autant d’instincts et d’instants empruntés à la vie d’un homme.
 
Bref, tout équipés qu’ils sont, les deux artistes sont parés pour se rencontrer. Car aussi étonnant que cela puisse paraître, Vincent et Pierre n’ont jamais fait que se croiser, depuis 20 ans qu’ils arpentent la sphère musicale locale et nationale. « J’ai dû partager la scène avec toi et La Ruda dans les années 90, au Lac de Maine », essaie Vincent. « Ouais, ouais, tu jouais avec Carc(H)arias (groupe de métal angevin dont Vincent était le chanteur) », confirme Pierre.
Une connexion, déjà. Mais pas la plus importante. Car ce qui réunit surtout les deux Angevins, c’est l’amour des mots, de la langue française. Très vite, la discussion s’oriente vers les ateliers d’écriture qu’ils animent tous les deux. « Christophe Bell’œil, Denis Péan, toi, moi… on n’est plus beaucoup à le faire », souligne Pierre.
« On n’utilise pas les mots de la même façon selon les esthétiques, mais on conserve tous en tête l’idée de raconter des histoires »
 
Un engagement qui traduit une volonté commune de transmettre, quel que soit le support. « On n’utilise pas les mots de la même façon selon les esthétiques, mais on conserve tous en tête l’idée de raconter des histoires », explique Pierre, qui, dans son premier projet post-Ruda, « s’est autorisé la lenteur, sur un support casse gueule au possible, la pop. Elle nécessite peu de mots, il faut porter les refrains », complète-t-il.

TigreVille, l'album de Pierre Lebas.
TigreVille, l'album de Pierre Lebas.
« Je suis assez admiratif de l’écriture métaphorique, plus ramassée au niveau des mots, qui m’embarque en images », enchaîne Vincent, dont le slam « permet de plus installer les histoires que je raconte ». Chez Kwal, le mot est plus dense, mais sert de la même façon « à raconter des humeurs, créer un univers… » « Il te fait combien de temps pour écrire une chanson, toi ? », interroge Vincent. Soupirs de concert. Les deux hommes peuvent avoir l’inspiration facile, mais « le travail de bûcheron, l’écriture », est souvent long. « Ça vient souvent d’un sentiment général, que je vais peu à peu réduire jusqu’au beau en bouche », détaille Pierre. « Je mets autant d’intérêt dans le sens des mots que dans leurs sons. Et encore une fois, la musique pop crée une vraie contrainte : c’est 8 phrases et un refrain, il faut que chaque mot porte, donc c’est très long. »
 
Vincent reprend la balle au bond. « C’est incroyablement long d’essayer de trouver une pensée juste. C’est tout mon défi à moi », insiste-t-il, citant l’une des pépites de ses Liens, la chanson Mon cher, à l’adresse de l’un de ses meilleurs potes. « En même temps, je cherche toujours un « je » qui ne soit pas un « je » fermé. »
 
Si « l’évidence » ou « la facilité apparente » à écrire une chanson est souvent un gage de qualité, il faut parfois insister lorsque c’est plus compliqué. Pour la chanson Des Trains, l’un des éléments phare de Tigreville, Pierre Lebas a cherché durant neuf mois la formule juste pour le refrain : « Des trains de nuit pour voir la mer… »
« L’écriture, c’est un travail dans la solitude, où l’on se retrouve confronté à sa propre médiocrité. Bref, je suis content d’avoir écrit plus que d’écrire », assure Pierre, relayé par Vincent : « Pour « Les Liens », je n’arrivais pas à faire des choix. J’ai donc demandé à Michel Boutet d’apporter son regard sur mes textes. Mais oui, le fait de poser un point final est une libération ».

Les Liens, l'album de Kwal.
Les Liens, l'album de Kwal.
Reste pour les deux artistes, aussi timides l’un que l’autre, à franchir l’étape de la première écoute : « J’essaie de me sortir les tripes, d’y aller sans masque, mais une fois que les textes sont là, j’ai envie de me cacher », sourit Vincent. « Surtout que si c’est mal dit, c’est manqué », relève Pierre. « C’est quand même très différent d’écrire une chanson et de se figurer qu’on va la chanter aux autres.. »
 
D’ici quelques jours, c’est ce qu’ils feront tous les deux, sur scène. Entre vertige –« avec la Ruda, on allait chercher les corps, là il va falloir capter l’attention », note Pierre- et curiosité – « les choses prennent vie sur scène, il s’agit de garder l’âme ouverte à ce qui arrive », image Vincent.
Eux le feront en artisans. Sûrs de leurs mots. En français dans le texte.

Kwal+Pierre Lebas au Chabada, jeudi 9 mars, 20 h 30. 10 €.
Le bandcamp de Pierre Lebas
Le site officiel de Kwal




Journaliste Animateur du blog " Des mots à la marge " En savoir plus sur cet auteur








Angers Mag












Angers Mag : #Angers REPORT'CITÉ trace sa route @Angers @MinistereCC @KeolisAngers https://t.co/5jrXBWmmjE https://t.co/dULolkaDWK
Mercredi 21 Juin - 12:33
Angers Mag : #Angers Ouest eMedia Presse (@angersmaginfo) a été placée en liquidation judiciaire https://t.co/vMG2O392Qi https://t.co/N9IyhvEjS3
Mercredi 21 Juin - 12:23
Angers Mag : « En Indonésie, le tourisme engendre des transformations profondes » #Angers https://t.co/gJQfDIqgwP https://t.co/bn8ODsUAFu
Jeudi 15 Juin - 10:03
Angers Mag : JoeyStarr, les différents visages de l'éloquence: Sur la scène du Festival d'Anjou le 15... https://t.co/9fZW6XZ2i2 https://t.co/bB4ZKtREuR
Mercredi 14 Juin - 12:03