Piment, Langue d’oiseau, présente « Nous, les filles »


Rédigé par - Angers, le Mardi 29 Novembre 2011 à 07:58


Créé en 2005, le collectif angevin « Piment, Langue d’oiseau », s’est fixé pour objectif de confronter idées et savoir-faire sur des sujets contemporains touchant à la vie sociale pour les porter à la scène ou à l’écran. C’est dans ce cadre que l’association présente « Nous, les filles », pour les filles et les garçons dès 13 ans, ce vendredi 2 décembre au Trois-Mâts dans le quartier des justices.



Nous les filles, un spectacle qui n'engendre pas la mélancolie (Photo Simon JOURDAN)
Nous les filles, un spectacle qui n'engendre pas la mélancolie (Photo Simon JOURDAN)
la rédaction vous conseille
Le collectif est une rencontre entre plasticiens, musiciens, comédiens et techniciens qui permet de canaliser nos idées et envies par un projet commun, chaque personnalité du groupe apportant ses expériences personnelles », déclarent les représentants de « Piment, Langue d’oiseau sur leur site web. « La scène n’est pas pour nous le lieu où on mettrait tous les ingrédients pour que ça marche où pour que ça plaise, mais celui d’un échange et d’une ouverture ».

Mais la compagnie ne se retourne pas sur elle-même puisqu’elle sait accueillir d’autres artistes et formes d’expression en se tournant notamment vers le cinéma avec la réalisation d’un court métrage sur le thème de la solitude. Ce projet ambitieux a permis au groupe d’effectuer un véritable travail sociologique en se penchant sur les ouvrages, films, discussions et témoignages sur le sujet, un véritable travail d’investigation qui débouche sur la création d’un sujet pas très facile.

La compagnie continue sur sa lancée, en présentant en ce début décembre, « Nous, les filles », un autre spectacle bien dans son époque, où la femme, en quête de certitude, tient la place qui lui revient dans notre société contemporaine. « C’est un spectacle conçu comme un véritable patchwork », s’amusent les concepteurs de ce spectacle qui mérite le détour à plus d’un titre.

Le cœur du spectacle, c’est le rapport de la femme à son propre corps, traité sous une forme visuelle et quasi muette, « c’est possible, même pour les filles … », une multitude d’images, de tableaux, presque une palette impressionniste de morceaux de vie de femmes, évoquant des souvenirs et reflétant des réalités.

Et même si ce spectacle est traité sur un fond rose, la couleur que l’on attribue souvent aux filles, « tout n’est pas rose » dans la vie de ces filles qui peineront à se sortir de cette couleur qu’elles traineront comme un boulet jusqu’à leur mort.

Mais pour autant le spectacle n’est pas fait d’eau de rose, les rares paroles étant plutôt traitées au vitriol, accompagnées de gesticulations, grimaces et bruits de corps grinçants. On rit, on pleure, on est presque au bord de la violence parfois, avec des évocations d’un vécu qui en dit long sur le parcours parfois difficile de nos compagnes. À consommer sans modération, pour mieux comprendre et s’apprécier mutuellement, en rire plutôt qu’en pleurer.

NOUS, LES FILLES », pour les « filles" et les « garçons" dès 13 ans
en collaboration avec le centre socio culturel et maison de quartier le Trois-Mâts
Avec Anne Colin et Marie Gaultier
Vendredi 2 décembre à 20h30
Au Trois-Mâts - quartier des Justices à Angers
Tarifs: 10€ / 8€ (tarif réduit et groupe de 10 personnes) / 6€
Réservation au 02.41.66.02.02





Yannick Sourisseau
Web Journaliste suivant plus particulièrement les technologies digitales Formateur technologies de... En savoir plus sur cet auteur








Angers Mag