Plantes mutées, 150 agriculteurs manifestent pour un moratoire


Rédigé par Christelle DUGAST - Angers, le 28/11/2013 - 20:14 / modifié le 28/11/2013 - 20:15


150 agriculteurs, militants de la Confédération Paysanne, ont manifesté à Angers jeudi pour réclamer que les plantes dites "mutées" soient soumises à la même réglementation que les OGM. Et soient donc interdites de culture en France.



la rédaction vous conseille
S’ils ont choisi de défiler dans le quartier de Belle-Beille, ce n'est pas pour être plus visibles du grand public, mais parce que s’y concentrent un bon nombre d’institutions liées au végétal. Jeudi matin, les quelque 150 manifestants se sont rassemblés devant le siège du Groupe d’étude et de contrôle des variétés et des semences (Geves), un organisme officiel public chargé d’assurer l'expertise sur les nouvelles variétés végétales et l'analyse de la qualité des Semences.

Le cortège a ensuite défilé autour des universités, semant au passage sur quelques terre-pleins des graines de céréales sélectionnées par leurs soins. Les militants entendaient alerter les scientifiques, étudiants mais aussi et surtout les pouvoirs publics du danger que représentent, selon eux, les plantes mutées. Ces Variétés tolérantes aux herbicides (VTH) ne sont pas considérées comme des plantes transgéniques, et ne sont donc par conséquent pas soumises à la même réglementation.

Contrairement aux OGM, ces VTH n’ont pas subi de transgenèse, c’est-à-dire qu’un gène extérieur n’a pas été introduit artificiellement dans la plante. L’ADN de cette dernière a été "bombardé de rayons X ou gamma  pour faire émerger le caractère recherché". Il s’agit de "mutagenèse".

Actuellement, les plantes mutées sont tolérantes aux herbicides, et les semences sont donc vendues par les firmes qui les commercialisent avec l’herbicide associé. L’agriculteur peut ainsi désherber sa parcelle tout en préservant ce qu’il a semé. "En cultivant des plantes résistantes à un herbicide, on les associe à l’herbicide, donc on les rend dépendantes" soulignent ses opposants. Autre risque souligné, que le gène de la tolérance aux herbicides se répande et contamine des espèces végétales sauvages. Bref, une innovation "contraire aux principes de l’agroécologie prônée par le ministre de l’agriculture dans sa future loi d’avenir agricole".

"On ne sait pas combien il y a d’hectares de VTR cultivés en France, parce qu’il n’y a aucune traçabilité", s’alarme par exemple Jean-Pierre Lebrun, de Varennes-sur-Loire. Les militants estiment que la moitié des surfaces de tournesol en Rhône-Alpes seraient des VTH. Le tournesol est la principale espèce développée en VTR, mais des colzas mutés commencent à être commercialisés, ce qui ne manque pas d’inquiéter les paysans de la Confédération Paysanne. Le colza est en effet une plante qui se dissémine très facilement dans l’environnement, en raison de ses nombreuses cousines sauvages, telles que les ravanelles.

"On perçoit vraiment un assaut des industries agrochimiques actuellement, s’inquiète un autre agriculteur. Ce sont autant de moyen de restreindre le droit de ressemer". Car derrière la commercialisation de plantes mutées pointe la question du brevet et de la dépendance des paysans aux firmes agrochimiques, qui commercialisent à la fois les semences et les produits phytosanitaires.

Les militants veulent donc un moratoire, comme celui qui a permis d’interdire les cultures de maïs OGM en France (mais qui a été cassé il y a peu par le Conseil d’Etat). Ils réclament également une évaluation complète des VTR avec les herbicides qui leur sont associés pour connaître l’effet réel de ces variétés en terme de contamination ou de résistance.

Au-delà de la question des plantes mutées, la Confédération paysanne compte alerter les agriculteurs eux-mêmes, "leur faire prendre conscience qu’ils cultivent des variétés qui ne sont pas comme les autres, qui comportent des risques et qui restreignent sa liberté".



















Angers Mag











Angers Mag : Au comptoir de Mathilde... et de Catherine: Depuis la fin du mois d'octobre, la rue... https://t.co/wkV9xA1N3F https://t.co/6yuEQFFF5o
Mercredi 7 Décembre - 08:00
Angers Mag : A l’Ecole démocratique, on fait ce qu’on veut… ou presque: Basée sur la liberté... https://t.co/j0ywJZAzgI https://t.co/jEK0S9wvGs
Mercredi 7 Décembre - 07:31
Angers Mag : RT @LeQuai: N'oubliez pas d'aller voir #AdishatzAdieu ce soir. Vous nous remercierez demain. #Theatre #JonathanCapdevielle #Angers RESA 02…
Mardi 6 Décembre - 13:55
Angers Mag : A Angers, Montessori a pris racines: Porté par des éducateurs convaincus, les méthodes... https://t.co/bXNDdgyLpz https://t.co/nar3Qs6vye
Mardi 6 Décembre - 07:30



cookieassistant.com