Plus qu’un festival, une atmosphère.

Festival du Film Nature et de l'Environnement Murs Erigné 2009


Rédigé par Yannick Sourisseau - Angers, le 24/10/2009 - 09:21 / modifié le 24/10/2009 - 09:28


Le Festival du Film Nature et de l’Environnement de Murs Erigné fermait ses portes hier soir après une ultime séance cinématographique. Même s’il a accueilli un peu moins de monde que l’année précédente, cet événement qui commence à faire date a franchi une étape supplémentaire en devenant un lieu de rencontre et d’échange de points de vue entre tous ceux qui souhaitent prendre l’avenir de la planète terre entre leurs mains.



Coline Serreau, lors de son passage au Festival du Film Nature.
Coline Serreau, lors de son passage au Festival du Film Nature.
la rédaction vous conseille
Satisfaction pour Philippe BODARD, le Maire écolo de Murs Erigné, et son équipe, le festival est devenu l’espace d’une réunion impromptue, organisée hier après-midi entre les réalisateurs de films et les citoyens qui campent depuis une semaine sous le chapiteau restauration du festival du Film Nature, un lieu d’échange, de rencontre et de dialogue. « Sans que ce soit prévu, ils ont proposé des idées pour avancer, pour concrétiser, dans le cadre du festival, ce qu’ils présentent au travers de leur film. Ça bouillonnait d’idée, c’est ça l’avenir de notre festival ! » disait Philippe Bodard, visiblement enthousiaste de voir son enfant se transformer en véritable tribune permettant de se faire l’écho des actions qui sont menées, non seulement à Murs Erigné, mais partout dans le monde. « Le festival c’est bien plus qu’un lieu où l’on présente des films, c’est une véritable atmosphère » concluait-il a l’occasion du cocktail final.

Cet événement, cinquième du nom s’est achevé comme les années précédentes par la traditionnelle remise des prix aux réalisateurs de film. Ne l’oublions pas, même s’il devient un lieu de rencontre entre citoyens, ce festival récompense surtout ceux qui ont réalisé, avec le plus souvent des petits moyens, des films engagés permettant de faire prendre conscience à chacun de la dure réalité.

C’est Coline SERREAU, actrice, scénariste, mais aussi réalisatrice du très célèbre film « trois hommes et un couffin », mais aussi « la crise » comme le rappelait Jean Noël Pavie, qui était chargée de remettre les prix aux lauréats. Cette dernière à qui l’on doit « La belle verte » un film qui traite entre autre de l’écologie, de l’humanisme, des valeurs sociales ou encore du rejet des technologies nuisibles, a montré au public son engagement pour la cause environnementale. Invitée par Philippe DESBROSSES, un intervenant fidèle du festival, ce n’est donc pas tout à fait par hasard si elle passait par Murs Erigné.

Coline Serreau présentait également un court extrait de son prochain film : « la Terre vue de la Terre ». « C’est un film qui a pour sous titre « solution locale pour un désordre global ». Il ne s’agit pas de culpabiliser, mais de nommer les responsables, de les mettre à la porte et commencer un nouveau monde » disait la réalisatrice, très applaudie pour son engagement en faveur de la cause défendue par tous les festivaliers présents à Murs Erigné.

Plus qu’un film, il s’agit en fait de six films d’une heure trente qui « devraient essayer de couvrir l’ensemble des solutions à la crise générale de notre système » disait en aparté Coline Serreau. Pour cela elle a beaucoup voyagé, caméra à la main, interrogeant au passage des gens de terrain, des philosophes, des économistes, des théoriciens, pour essayer de proposer des solutions pour un avenir meilleur. « La solution est déjà là, elle est latente et jamais montrée par les médias, mais elle n’a pas encore tissé ses liens, chaque acteur de par le monde ne sachant pas encore ce que fait son voisin à l’autre bout de la planète ».

Et pour Coline Serreau, que l’on reverra certainement au Festival du Film Nature, son intervention n’est pas une nouveauté. « L’écologie, je suis né avec. J’ai fait plusieurs documentaires et film sur le sujet, dont la belle verte, il y a 15 ans. J’ai vu beaucoup de films catastrophe. Maintenant ça va, on pourrait penser à vivre et essayer de réparer. La terre vue du ciel, c’est bien, mais à un moment il va falloir qu’on la regarde d’en bas ! » concluait la réalisatrice qui considère qu’il faut faire preuve d’optimisme et se remonter les manches pour enfin protéger cette terre nourricière.

Les prix du Festival 2009

Philippe Bordard remettant le chèque à Omar Oumarou Sekou
Philippe Bordard remettant le chèque à Omar Oumarou Sekou
Courts métrages - Prix du Jury jeunes : « La peste rouge », un documentaire français réalisé en 2008 par Fabien Mazzocco. Ce film traite de l’invasion du parc régional de la Brenne (Indre) par un crustacé prédateur : l’écrevisse rouge de Louisiane.

Moyens métrages – Prix du Jury des lycées de Pouillé et Renoir : Green, un documentaire français réalisé en 2009 par Patrick Rouxel. « Green » est l’histoire d’une femelle orang-outan victime de la déforestation en Indonésie.

Longs métrages – Prix du Public : « Lumières dans le désert », documentaire français, réalisé en 2008 par Cristine Asperti. Dans un petit village Nigérien du massif de l’Air, situé dans le désert du Ténéré, deux occidentaux, Jules Merleau Ponty et Françoise Soavi, viennent apporter des panneaux solaires et des vivres céréalières afin d’aider la population menacée de famine.

A noter que comme l’année précédente la ville de Murs Erigné et le Festival, en collaboration avec le Zoo de Doué la Fontaine, ont donné un chèque de 1500 € à Omar Oumarou Sekou , maître sculpteur sur bois, afin de pouvoir financer la réalisation de puits à l'attention de l’association des femmes maraichères du Niger. « Merci à toi Omar pour toute cette fraternité » dira Philippe Bodard avec beaucoup d'émotion.

Des graines de salades anciennes issues du Conservatoire de Sainte Marthe à Millançay dans le Loire et Cher, ont été offertes à tous les participants de cette soirée de clôture « en gage de fertilité pour les années à venir » diront les organisateurs.




Yannick Sourisseau
Yannick Sourisseau
Web Journaliste suivant plus particulièrement les technologies digitales Formateur technologies de... En savoir plus sur cet auteur








Angers Mag