Potiche : quand le pouvoir revient aux femmes


Rédigé par Option Cinéma Lycée Renoir - Angers, le Lundi 15 Novembre 2010 à 22:50


Suzanne Pujol, femme du riche industriel Robert Pujol, est vue comme une potiche par l’ensemble de sa famille. Sa vie se résume à s’occuper de la maison en attendant que son mari, véritable despote, rentre. Mais quand ce dernier est séquestré par ses ouvriers en grève, Suzanne se retrouve propulsée à la tête de l’entreprise et s’avère excellente là où on ne l’attendait pas. Un film décalé sur fond politique et social des années 1970.



La « Potiche » (Catherine Deneuve) et son mari autoritaire Robert Pujol (Fabrice Luchini)
La « Potiche » (Catherine Deneuve) et son mari autoritaire Robert Pujol (Fabrice Luchini)
la rédaction vous conseille
En 1977, Suzanne Pujol est une femme comme le veut la société. Femme de directeur d’usine de parapluies, excellente ménagère, qui n’a pas son mot à dire sur les affaires gérées par son mari. Elle se contente de courir dans le bois de la propriété et d’écrire des poèmes quand l’inspiration lui vient. Mais tout change quand les salariés de l’entreprise de parapluies, dont Robert Pujol est le PDG, font grève, réclamant une hausse des salaires. Robert est séquestré, et Suzanne, encouragée par le député-maire Maurice Babin (interprété par Gérard Depardieu), se retrouve à négocier avec les ouvriers de leurs revendications. En l’absence de son mari, elle organise de nombreuses innovations pour l’entreprise qui s’ouvre sur l’extérieur et vit en parfaite harmonie.

Mais quand Robert Pujol revient de la cure où il était parti suite à une attaque cardiaque, il veut reprendre sa place à la tête de l’entreprise et il est inenvisageable pour Suzanne de reprendre sa vie de « potiche ». C’est ainsi qu’elle se présente aux élections législatives et se lance un nouveau défi dans la politique, entrant de plein pied dans les années 80. Le nouveau film de François Ozon ("Le Refuge", "Ricky", "8 femmes"...), adapté de la pièce de théâtre du même nom de Pierre Barillet et Jean-Pierre Grédy, porté par un casting prestigieux (Catherine Deneuve, Fabrice Luchini, Gérard Depardieu, Judith Godrèche, Jérémie Renier), s’attaque avec humour au problème épineux de la condition de la femme dans les années 1970, avec en toile de fond les mouvements politiques beaucoup plus égalitaires qu’aujourd’hui.

Les détails sont tous réunis pour reconstituer le mode de vie des années 70, à commencer par les décors de la maison dans laquelle vivent les Pujol, ainsi que les costumes et les coiffures tellement caractéristiques. Les gros plans sont rares dans ce film, la plupart des plans sont filmés en plan moyen, sûrement une volonté du réalisateur de respecter la pièce de théâtre qui est à l’origine de ce film. On ne peut parler de « Potiche » sans mentionner la bande originale, des chansons seventies avec des artistes tels que Stone & Charden, ABBA, etc. Le film est perçu du point de vue de Suzanne, sans doute pour accentuer le fait qu’elle est une femme du passé qui évolue au fur et à mesure pour devenir une femme moderne. Le jeu d’acteur de Catherine Deneuve et Gérard Depardieu est remarquable, rendant leurs personnages accessibles et proches.

Le plus dur pour le réalisateur reste de parler des années 70 et de la condition de la femme sans influencer le spectateur sur le plan politique, chose que François Ozon a réussi à merveille. L’humour un peu potache et les personnages caricaturaux font de cette comédie familiale un film réussi avec un message qui semble « pris à la légère » mais qui s’avère clair et qui passe bien : la femme peut aisément prendre les places importantes occupées uniquement par des hommes. « Potiche » est incontestablement un film à voir pour passer un bon moment et oublier un peu les tracas de la vie, car ils ont une solution.

Thomas.


LES TAGS : ozon potiche










Angers Mag