Pour déposer plainte, quelques clics suffisent (ou presque)


Rédigé par Rédaction Angers Mag Info - Angers, le 14/01/2013 - 07:30 / modifié le 14/01/2013 - 16:43


Expérimenté depuis quatre ans dans plusieurs départements français, le pré-dépôt de plainte en ligne est désormais possible aussi en Maine-et-Loire. Le dispositif ne concerne que les atteintes aux biens. Mais il n'exonère en rien les plaignants de se déplacer au commissariat ou à la gendarmerie pour valider leur démarche. Explications.



Frédérique Hénon, commissaire principal d'Angers (au premier plan), Francis Wetta, directeur départemental de la sécurité publique, le commandant Frédéric Monin, commandant du groupement départemental de gendarmerie et Stéphane Chiponni, directeur de cabinet du préfet de Maine-et-Loire
Frédérique Hénon, commissaire principal d'Angers (au premier plan), Francis Wetta, directeur départemental de la sécurité publique, le commandant Frédéric Monin, commandant du groupement départemental de gendarmerie et Stéphane Chiponni, directeur de cabinet du préfet de Maine-et-Loire
la rédaction vous conseille
En Maine-et-Loire, la délinquance n'est pas anodine. Mais elle n'est pas non plus extraordinaire, comparée à bon nombre d'autres départements français. L'an passé, 16 000 plaintes y ont été déposées en zone "police" et près de 12 000 en zone "gendarmerie". 70% environ de ces plaintes ont concerné des atteintes aux biens (cambriolages, vols à la roulotte, vols sans violence etc...).

Pour faciliter et préparer la tache des victimes, mais aussi celle des forces de l'ordre, le ministère de l'Intérieur a lancé il y a quatre ans l'expérimentation d'un dispositif de pré-plainte en ligne dans plusieurs départements français. Au 7 mars prochain, il sera généralisé partout en France. En Anjou, comme dans tout le Grand Ouest, il est opérationnel depuis le 7 janvier.

Comment ça marche ?
Via le site www.pre-plainte-en-ligne.gouv.fr, il vous est possible désormais de déposer plainte dans le commissariat ou la gendarmerie de votre choix, en précisant tout ce que vous auriez eu à indiquer si vous aviez porté plainte physiquement, y compris donc vos coordonnées téléphoniques. Une fois le questionnaire rempli, un accusé de réception avec un numéro vous est attribué. Dans les 24 heures suivantes (jours ouvrés), le service qui reçoit cette pré-plainte, est tenu de vous rappeler et de vous donner un rendez-vous.

Quelles plaintes sont concernées ?
Uniquement celles qui concernent les atteintes aux biens décrites plus haut, dont les auteurs sont inconnus. "Pour les violences physiques et toutes les atteintes aux personnes, il faut se déplacer. Et même pour les affaires les plus graves et importantes, il convient de déposer directement auprès du commissariat ou d'une gendarmerie" précise Francis Wetta, le directeur départemental de la sécurité publique. Contre-exemple évident, le cambriolage. Difficile pour les victimes de faire l'impasse sur un déplacement des forces de l'ordre, surtout si le préjudice est important.

Les objectifs
Pour la victime, la pré-plainte en ligne entend d'abord faciliter le délai d'attente qui peut s'avérer parfois problématique en ville. Elle doit aussi faciliter son accueil, en évitant les allers-retours de pièce justificative. Face à elle, l'agent qui la recevra aura déjà les éléments en main et n'aura plus qu'à faire préciser les choses. Pour les gendarmes et les policiers, ce sera un gain de temps. Car la pré-plainte est envoyée directement sur les logiciels de traitement informatique. Pas besoin de la retaper mais juste, au besoin, de la modifier avant de la valider.

Pour autant, gendarmes et policiers ne s'attendent pas à de grands bouleversement des habitudes. Dans les territoires qui l'ont adopté en premier, le dispositif de pré-plainte en ligne n'a représenté que 3% du total des plaintes traitées. "Et beaucoup de gens préfèrent de toute façon le contact direct avec l'agent" estime Francis Wetta. En somme, l'expérimentation se poursuit.



















Angers Mag











Angers Mag : Au comptoir de Mathilde... et de Catherine: Depuis la fin du mois d'octobre, la rue... https://t.co/wkV9xA1N3F https://t.co/6yuEQFFF5o
Mercredi 7 Décembre - 08:00
Angers Mag : A l’Ecole démocratique, on fait ce qu’on veut… ou presque: Basée sur la liberté... https://t.co/j0ywJZAzgI https://t.co/jEK0S9wvGs
Mercredi 7 Décembre - 07:31
Angers Mag : RT @LeQuai: N'oubliez pas d'aller voir #AdishatzAdieu ce soir. Vous nous remercierez demain. #Theatre #JonathanCapdevielle #Angers RESA 02…
Mardi 6 Décembre - 13:55
Angers Mag : A Angers, Montessori a pris racines: Porté par des éducateurs convaincus, les méthodes... https://t.co/bXNDdgyLpz https://t.co/nar3Qs6vye
Mardi 6 Décembre - 07:30



cookieassistant.com