Pour un Noël lumineux et responsable


Rédigé par yannick Sourisseau - Angers, le 23/12/2008 - 07:23 / modifié le 10/01/2009 - 08:53


A l’approche de Noël, les villes et villages d’Anjou et d’ailleurs se parent de mille lumières. Les rues, les vitrines et même les maisons particulières s’illuminent pendant les fêtes de fin d’année. Petite nouveauté cette année, les municipalités ont pris conscience du coût de cette débauche de lumière. Si certaines ont réduit le nombre de guirlandes d’autres ont investi dans des éclairages basse consommation, à l’exemple de la métropole angevine.



La façade du théâtre d'Angers éclairée avec des diodes électroluminescentes.
La façade du théâtre d'Angers éclairée avec des diodes électroluminescentes.
Pour la plupart de municipalités, récession ou pas, il n’est pas question de passer à coté des fêtes de fin d’année. Alors, avec des moyens modestes, des idées (lumineuses …), ou des systèmes d’éclairages moins couteux on continue à illuminer les rues des villes et villages. Mais force est de constater qu’en cette fin d’année 2008, le nombre de guirlandes et autres effets lumineux, a sensiblement diminué en intensité. En dehors du coût lié à l’achat et l’installation de ces décorations de Noël, bon nombre de municipalités ont pris conscience de la surconsommation engendrée par des ampoules quelques peu gourmandes en énergie.

Fini les grosses lampes multicolores, place aux « DEL » (diodes électroluminescentes) et ampoules dites de basse consommation. Si l’éclairage est moins intense, l’effet est tout aussi agréable. Quand à la consommation électrique, elle est fortement réduite comme l’explique l’angevin Stéphane LAVIEILLE de la société KREAT, spécialisée dans l’éclairage des plateaux de télévision « Là où une projection demandait 2000 W, nous avons une consommation de 60 W qui peut descendre jusqu'à 40 W voire 20 W ». Installé à Soucelles, c’est à lui que l’on doit les soleils bleus et la scénographie des rues d’Angers.

Dans les petites communes d’Aubance c’est le même constat. Même si l’on ne passe pas par une société spécialisée, comme à Angers, on se penche de plus en plus sur le problème, car en fin de saison, la facture est plutôt salée. Certaines municipalité ont visiblement réduit le nombre d’éclairage, d’autres ont commencé à investir dans des systèmes « basse consommation ».

Coté particuliers, mis à part quels irréductibles, certainement peu soucieux de leur environnement, à moins qu’ils produisent leur propre électricité, on a réduit l’éclairage. Les pavillons décorés de guirlandes lumineuses s’ils sont aussi nombreux sont, pour la plupart, moins enluminés. Et pourtant les petits bourgs de nos campagnes s’appuient sur ces quelques particuliers pour donner un air de fête au village.

Les mêmes soucis d’économie s'appliquent donc aux particuliers que ce soit en extérieur pour la façade de la maison ou en intérieur, pour le sapin. Les guirlandes DEL consomment 80 à 90% de moins et durent sept fois plus longtemps que les traditionnelles.

Pour les municipalités comme les particuliers, le réflexe écologique semble s’appliquer même pour les fêtes de fin d’année. Et même si le porte monnaie est parfois l’élément déclenchant, la prise de conscience commence à gagner du terrain. Nul ne s’en plaindra.











Angers Mag