Premiers Plans : L'ouragan Poelvoorde


Rédigé par Tristan Louise - Angers, le Samedi 25 Janvier 2014 à 17:59


C'est un roc, que dis-je, c'est un menhir, un volcan, de la dynamite ! Benoît Poelvoorde est venu présenter "Les rayures du zèbre" de Benoît Mariage, également présent au festival. Séquence crise de rire !



Benoit Poelvoorde dans ses oeuvres, sur la scène du Centre de Congrès d'Angers
Benoit Poelvoorde dans ses oeuvres, sur la scène du Centre de Congrès d'Angers
la rédaction vous conseille
On comprend mieux ce qui peut parfois isoler Benoît Poelvoorde. Comme tous les monstres de comédie, il brûle sa vie, son oeuvre, se donne à 200 % pour son public ou son auditoire... alors on imagine son désarroi dans sa solitude.

Mais, trop heureux de rire à Premiers Plans (on aime réfléchir ici, et c'est bien... mais l'humour ne fait jamais de mal !), on profite de la présence d'une bête de scène. "Merci d'avoir ri à mes blagues" lâche sincèrement Monsieur Manatane. Tu plaisantes Benoît ?! C'est nous qui te remercions.

Benoît Mariage, réalisateur pour la célèbre émission "Strip-tease" et qui connaît bien le personnage pour l'avoir fait tourner, déjà, dans son premier court métrage et dans de ses longs dont "Les convoyeurs attendent", semble lui aussi encore surpris de la verve et du verbe de son compatriote. Lors de la séance publique, vendredi, à 22 heures, c'est tout l'auditorium du centre de congrès qui profitait de l'animal Poelvoorde.

Dans Les rayures du zèbre, ce dernier campe José, agent de footballeurs. Et c'est en Afrique qu'il déniche ses pépites, avant d'en faire des stars en Europe. "Je n'avais aucune connaissance en football, confie Benoît Poelvoorde. J'ai découvert un monde impitoyable". Benoît Mariage a quant à lui suivi un vrai agent de footeux, en la personne de Serge Trimpant. Et s'est aussi souvenu d'un documentaire où l'on voyait un certain Jean-Marc Guillou - que les fans du Sco ne peuvent oublier, lui qui était le dépositaire du beau jeu angevin dans les années 70 - présenter son Académie en Côte-d'Ivoire. "Ce documentaire était très drôle. Cela m'a donné des idées. Moi, j'ai aussi voulu faire une comédie. Mais une comédie à l'italienne, avec sa composante satire sociale".

Vu le thème abordé, Les rayures du zèbre pourrait tomber aisément dans la caricature. Et Benoît Poelvoorde d'insister sur les retours parfois sévères du public : "Certains nous disent que c'est un film un peu raciste : racisme anti-blancs, anti-noirs... Mais Benoît n'a pas fait ce film pour juger. Il décrit juste une réalité. Si l'on nous dit que ces agents sont des négriers et qu'il faudrait les enfermer, alors enfermons tous les spectateurs du foot qui sont les clients du système. C'est un peu comme la prostitution. Vous savez que le mot proxénète n'existe pas en Belgique. Et qu'agent d'acteur non plus, car c'est considéré comme du proxénétisme. Le système est tordu, non ?".

Ce qui a incité Poelvoorde à de nouveau tenter l'aventure avec son ami Mariage tient justement dans le regard que porte ce dernier sur ses personnages : "Ils évoluent au fil de l'histoire. Et comme moi, Benoît a encore de l'espoir pour eux, même s'ils paraissent trop tordus pour s'en sortir". Quant à l'Afrique ? "J'ai une maison au Sénégal mais je ne peux pas dire que je connais l'Afrique. Qui peut dire cela d'ailleurs. Quand je suis allé là-bas la première fois, avec ma bite, mon couteau et ma morgue, je me suis rendu compte que j'y connaissais que dalle... et que j'y connais encore que dalle !

Mais vous avez vu dans le film, je mouille le maillot. Mais j'ai mes trucs. Savez-vous que le seul qui n'a eu aucun problème en Afrique alors que tous les autres membres de l'équipe ont été malades ou bouffés par les moustiques ? Gainsbourg... parce qu'il picolait comme un trou ! Là-bas, faut picoler, cela te sauve !". Bon, avec docteur Benoît et mister Poelvoorde, y'a à boire et à boire. Mais cette ivresse de mots, de gestes, d'accents et de "panache" (on revient à Cyrano) est d'une telle puissance drolatique que l'on en deviendrait poelvoordo-alcoolique.












Angers Mag












Angers Mag : #Angers Le directeur de Keolis Angers a été licencié pour fautes graves https://t.co/n6HJqX081U
Lundi 5 Décembre - 15:10
Angers Mag : Keolis Angers : Christophe Reineri a été licencié pour fautes graves: Trois semaines... https://t.co/d3ujV5hSiJ https://t.co/cPMN0twREP
Lundi 5 Décembre - 15:01
Angers Mag : Orphée aux enfers, mais aussi au Quai: Entretien croisé avec Jean-Paul Davois (directeur... https://t.co/NJjZLJnXMH https://t.co/pTRfJd77AD
Lundi 5 Décembre - 08:00
Angers Mag : Enseignement, quand l'instruction se "fait maison": Depuis trois ans, Barbara a décidé... https://t.co/2EbbolDZYe https://t.co/q2lbjICkRQ
Lundi 5 Décembre - 07:20







cookieassistant.com