Premiers Plans : les cinq grands millésimes de Claude-Eric Poiroux


Rédigé par Tristan LOUISE - Angers, le Dimanche 19 Janvier 2014 à 08:52


Des films mais aussi et surtout des hommes. Devenus pour certains des réalisateurs incontournables. De Nick Park à Abdelatiff Kechiche, des dizaines de cinéastes se sont révélés au festival de cinéma d'Angers. Son délégué général revient sur cinq années "clés" qui ont marqué cette histoire.



Claude-Eric Poiroux et "ses" cinq films qui ont marqué le festival.
Claude-Eric Poiroux et "ses" cinq films qui ont marqué le festival.
la rédaction vous conseille
« 1990… “A grand day out” (“Une grande excursion”) de Nick Park ».
« C’est la première fois que l’on découvrait les personnages de Wallace et Gromit, aujourd’hui mondialement célèbres. C’était le premier festival de Nick Park, et, pour nous remercier de l’avoir accueilli cette année-là, il est revenu quinze ans plus tard. C’est un souvenir marquant pour moi car c’était aussi nos débuts. C’était le début d’une aventure et cela s’est fait dans la joie. A posteriori, nous sommes assez fiers d’avoir été les premiers à présenter une œuvre qui connaît une telle postérité ».

À noter que ce court métrage du Britannique, d’une durée de 24 min, sorti en 1989, avait reçu le Prix du public et une Mention spéciale du jury des films d’école. Depuis, Nick Park a réalisé notamment deux longs métrages : « Chicken Run », coécrit avec Peter Lord, en 2000, et « Wallace et Gromit : Le Mystère du lapin-garou », coréalisé avec Steve Box, en 2005.

Premiers Plans : les cinq grands millésimes de Claude-Eric Poiroux
« 1991… Et plus que le souvenir d’un film, c’est le souvenir d’un cinéaste qui me revient. 1991, c’est l’année Desplechin ».
« Il est présent à Angers avec son premier long métrage, “La vie des morts”, et avec le scénario de “La Sentinelle”. Il faut se rappeler qu’Arnaud était un véritable inconnu. C’est Daniel Besnehard (l’actuel délégué général du NTA) qui m’avait alerté sur la qualité, et l’originalité de “La vie des morts”. Et, ce n’est pas anecdotique, ce film fut dans la sélection de la Semaine de la Critique à Cannes, juste après Angers. Une nouvelle preuve du côté défricheur de Premiers Plans ».

Arnaud Desplechin, qui s’est fait un nom dans le monde du cinéma français, notamment avec « Rois et Reines », « Un Conte de Noël » ou encore avec le récent « Jimmy P. », était reparti cette année-là avec le Grand Prix SACD du meilleur scénario et le Prix du public des Lectures de scénarios (le lecteur était un certain André Dussollier).

Premiers Plans : les cinq grands millésimes de Claude-Eric Poiroux
« 1995… L’année d’une très belle rencontre. Celle avec Danny Boyle ».
« C’était d’autant plus réjouissant qu’il était reparti avec le Prix du public pour son long métrage “Shallow Grave” (“Petits meurtres entre amis”). Nous étions les tout premiers à montrer ce film. Quand on voit le succès de son œuvre et sa carrière, on peut être fier de l’avoir invité. Cela fait partie des intuitions heureuses. Certes, le public peut se demander parfois quel avenir ont certains films primés ici. Mais il faut aussi avoir un peu de recul et se dire que Premiers Plans accompagne des auteurs et des réalisations à leur naissance ».

Prix du public du premier long métrage donc, mais aussi Prix Espace Libération et Prix Beaumarchais du meilleur scénario de long métrage, « Shallow Grave » inaugure une série de succès : « Trainspotting » (1996), « La Plage » (2000), « Slumdog Millionnaire » (2008)… Et c’est lui qui orchestra le spectacle de la cérémonie d’ouverture des JO de Londres en 2012.

Premiers Plans : les cinq grands millésimes de Claude-Eric Poiroux
« 1999… La venue de deux grands cinéastes, tant par la taille que par le talent ! »
« C’est un jeune Turc né à Hambourg, Fatih Akin, et un Turc natif d’Istanbul, Nuri Bilge Ceylan. Le premier est venu avec “Kurz und Schmerzlos”, et le second avec “Kasaba”. Ils sont tous les deux repartis avec un prix (celui du Laser Vidéo Titres pour Ceylan et celui Jean Carmet avec l’acteur Aleksandar Jovanovic pour Akin). J’ai de bons souvenirs de leur passage. Cette double présence marquait un certain renouveau du cinéma turc et ancrait cette idée d’une Europe élargie présente lors du festival ».

Nuri Bilge Ceylan a été aussi le chouchou de Cannes : en 2003, son troisième film, « Uzak », reçoit le Grand Prix du jury et un double Prix d’interprétation masculine. Quant à Fatih Akin, il a creusé sa veine d’un cinéma interrogeant le déracinement avec « Head-On » (2004, Ours d’or à Berlin), « De l’autre côté » (2007, Prix du scénario à Cannes) et le très drôle « Soul Kitchen » (2009, Grand Prix du jury à la Mostra de Venise).

Premiers Plans : les cinq grands millésimes de Claude-Eric Poiroux
« 2001… Comment passer à côté d’Abdellatif Kechiche ? »
« Il vient avec “La Faute à Voltaire” et remporte le Prix spécial du jury, alors présidé par Pavel Lounguine. Mais son film permet surtout à l’ensemble de ses comédiens de remporter le Prix d’interprétation. Un symbole quand on pense au dernier festival de Cannes et aux deux comédiennes de “La Vie d’Adèle”, également consacrées. On peut dire que la sensation du jury était prémonitoire. On savait qu’Abdel était un formidable directeur d’acteurs, et ce dès cette ”Faute à Voltaire”. Angers a été une étape importante dans sa carrière, et il l’a dit via un mot gentil dans le journal Le Monde, à l’occasion du 20e anniversaire de Premiers Plans. Cela m’avait beaucoup touché ».

Vous fera-t-on l’affront de vous rappeler la carrière de l’exigeant mais pétri de talent réalisateur de « L’Esquive », « La Graine et le Mulet », « Vénus noire » et donc « La Vie d’Adèle »… qu’on vous conseille ardemment.












Angers Mag












Angers Mag : RT @LeQuai: N'oubliez pas d'aller voir #AdishatzAdieu ce soir. Vous nous remercierez demain. #Theatre #JonathanCapdevielle #Angers RESA 02…
Mardi 6 Décembre - 13:55
Angers Mag : A Angers, Montessori a pris racines: Porté par des éducateurs convaincus, les méthodes... https://t.co/bXNDdgyLpz https://t.co/nar3Qs6vye
Mardi 6 Décembre - 07:30
Angers Mag : #Angers Le directeur de Keolis Angers a été licencié pour fautes graves https://t.co/n6HJqX081U
Lundi 5 Décembre - 15:10
Angers Mag : Keolis Angers : Christophe Reineri a été licencié pour fautes graves: Trois semaines... https://t.co/d3ujV5hSiJ https://t.co/cPMN0twREP
Lundi 5 Décembre - 15:01







cookieassistant.com