Premiers Plans : regard sur Johnny got his gun, de Dalton Trumbo.

Le festival vu par ... les élèves du Lycée Auguste et Jean Renoir à Angers


Rédigé par cinéma-audiovisuel Lycée Renoir - Angers, le Mercredi 22 Janvier 2014 à 08:54


J’ai vu "Johnny got his gun" (Johnny s'en va-t-en guerre), de Dalton Trumbo, (1971). C'est un film projeté dans le cadre de la rétrospective sur la métamorphose au cinéma. J'ai beaucoup aimé. Joe est victime d’un obus sur le front, lors de la première guerre mondiale. Il en réchappe, mais il a perdu ses bras, ses jambes, son ouïe et sa vue. Comment faire un film attractif sur un tel martyr ?



Une jeune infirmière trouve le moyen d'entrer en communication avec Joe en lui traçant des lettres sur le torse
Une jeune infirmière trouve le moyen d'entrer en communication avec Joe en lui traçant des lettres sur le torse
la rédaction vous conseille
Dalton Trumbo décide de nous plonger pendant toute la durée du film dans le corps de Joe qui n’a plus de moyen s’exprimer. Le réalisateur utilise la voix off de Joe. Elle révèle une conscience aïgue, et livre les sentiments extrêmes et terrifiants qu’éprouve le personnage. Cette voix nous fait réellement vivre par procuration dans le corps de Joe.

Les seuls moyens de se raccrocher à la vie pour le personnage sont le sens du toucher et la force de son imaginaire. Ainsi lorsqu’une jeune infirmière lui permet de sentir le contact direct du soleil sur sa peau, il ressent une profonde félicité et semble retrouver un sens à la vie. En outre, contraint au sommeil, il en profite pour rêver et se projeter dans ses désirs et ses souvenirs. Tous les rêves sont en couleurs et le retour à la réalité est en noir et blanc. A un moment du film, même, on ne sait plus si Joe rêve ou s’il est dans la réalité, le spectateur est entraîné dans la confusion et perd lui-même ses repères.

Ce film est très fort par cette mise en scène qui alterne séquences oniriques et séquences dans la réalité, il traite de manière très émouvante de l’enfermement, mais aussi de l’acharnement thérapeutique. C’est aussi un film qui dit que l’imaginaire est un véritable lieu de la liberté, et avec lui le cinéma.

Quentin












Angers Mag












Angers Mag : « Merci Facteur ! » : la poésie en héritage: De la correspondance de Jules Mougin avec... https://t.co/JX0RHOe9e0 https://t.co/poda3YREto
Vendredi 24 Février - 07:53
Angers Mag : Internet : le très haut débit pour tous d'ici 7 ans ?: Le constat est sans appel : le... https://t.co/3YjiMMbIeT https://t.co/QyqttzJ4pq
Vendredi 24 Février - 07:48
Angers Mag : Une visite au musée pour découvrir l'opéra [VIDEO]: Avant les représentations angevins... https://t.co/1Xo3vBS23Q https://t.co/DbP6TcED4u
Jeudi 23 Février - 07:59
Angers Mag : Violences policières, un autre rassemblement ce jeudi soir: Cinq jours après la Ligue... https://t.co/UaEBV6B32t https://t.co/SrXRHYEVVr
Jeudi 23 Février - 07:44







cookieassistant.com