Premiers Plans, regard sur le prix SNCF du Polar

Le festival vu par ... les élèves du Lycée Auguste et Jean Renoir à Angers


Rédigé par Joinita - Option cinéma-audiovisuel Lycée Renoir - Angers, le Lundi 20 Janvier 2014 à 16:26


Depuis trois ans, la SNCF organise un prix du polar dans le cadre de . Cette initiative s'étend aux romans, aux bandes-dessinées et bien sûr, à ce qui nous intéresse : les courts-métrages. Cette sélection de films courts est le fruit de la collaboration de nombreux professionnels, passionnés par ce domaine. Sur des centaines et des centaines de courts-métrages reçus, de diverses nationalités, sept seront au final conservés par ces cinéastes aguerris et la SNCF.



Premiers Plans, regard sur le prix SNCF du Polar
la rédaction vous conseille
Après ces diverses explications, Yves Gérard Branger, président de l'association du Festival Premiers Plans, Christophe Martin, directeur du TGV des Pays-de-la-Loire et Florence Keller, de l'Agence du Court Métrage réintègrent les confortables fauteuils rouges des Variétés avec les nombreux spectateurs alors présents dans la salle.

"La SNCF a une réputation de ponctualité à tenir !" plaisante Christophe Martin. Les lumières s'éteignent donc avec quelques minutes de retard en ce premier samedi après-midi, et c'est avec grand plaisir que commence la série des 7 courts-métrages. Au programme : La femme qui flottait, de Thibault Lang-Willar, Penny Dreadful de Shane Atkinson, qui nous vient des USA, Loot, de Greg Rom, d'Afrique du Sud, Hob, de Marco Gadge, venant d'Allemagne, AB, de Daniel Klein, nous venant aussi des USA, La balle de trop, de Sebastien Chaplais et pour finir, Bad Toys II de Daniel Brunet et Nicolas Douste.

On nous avait promis de l'humour et de l'émotion, et c'est en effet des grands éclats de rires et des visages stupéfaits qui ont ponctué la séance. On avait déjà été impressionné l'an passé par la qualité des courts-métrages qui nous avaient été présentés, mais cette année, la barre est désormais placée bien haut. II est assez difficile pour moi de définir le film qui m'a le plus séduit, chacun ayant sa patte propre et son univers original. Cependant, je dois bien avouer que Penny Dreadful, de Shane Atkinson, est sans doute celui qui m'a le plus marqué.

L'histoire est celle de Denis, (alias David H. Stevens) jeune trentenaire dont la fiancée est enceinte, qui, pour des soucis financiers décide de s’allier avec deux malfrats afin de kidnapper la petite Penny pour obtenir la somme d'une belle rançon. Par mégarde, Denis « n'enlève » pas la bonne petite fille, et rien ne va plus. Le personnage est alors confronté à de véritables situations imprévues et hilarantes, où les rôles enfant/adultes se verraient presque inversés.

Durant ce film, on découvre avec surprise la « fausse Penny » alias Oona Laurence, haute comme trois pommes, les nattes parfaitement tressées, et à qui la répartie et l'humour ne font grandement pas défaut.

En plus d'un scénario original et d'un jeu d'acteur remarquable, on peut aussi observer dans ce film un grand travail d'étalonnage et de lumière qui nous replongerait presque sur la route 66 des rocheuses du Colorado.

C'est donc en arborant de grands sourires que les spectateurs ont quitté la salle, n'attendant sûrement qu'une seule chose, la sélection de l'an prochain.













Angers Mag












Angers Mag : Au comptoir de Mathilde... et de Catherine: Depuis la fin du mois d'octobre, la rue... https://t.co/wkV9xA1N3F https://t.co/6yuEQFFF5o
Mercredi 7 Décembre - 08:00
Angers Mag : A l’Ecole démocratique, on fait ce qu’on veut… ou presque: Basée sur la liberté... https://t.co/j0ywJZAzgI https://t.co/jEK0S9wvGs
Mercredi 7 Décembre - 07:31
Angers Mag : RT @LeQuai: N'oubliez pas d'aller voir #AdishatzAdieu ce soir. Vous nous remercierez demain. #Theatre #JonathanCapdevielle #Angers RESA 02…
Mardi 6 Décembre - 13:55
Angers Mag : A Angers, Montessori a pris racines: Porté par des éducateurs convaincus, les méthodes... https://t.co/bXNDdgyLpz https://t.co/nar3Qs6vye
Mardi 6 Décembre - 07:30







cookieassistant.com