Premiers Plans s’ouvre émouvant


Rédigé par Tristan LOUISE - Photos : Yannick SOURISSEAU - Angers, le Samedi 17 Janvier 2015 à 15:58


La 27e édition du festival de cinéma d’Angers s’est ouverte vendredi soir au Centre de congrès. Bertrand Blier y a reçu un hommage appuyé en images et en applaudissements dans une ambiance encore empreinte d'émotion nationale.



Bertrand Blier et le délégué général du festival Premiers Plans, Claude-Eric Poiroux.
Bertrand Blier et le délégué général du festival Premiers Plans, Claude-Eric Poiroux.
la rédaction vous conseille
Si le jury était aux abonnés absents (Laurent Cantet, le président, et les autres membres n'arriveront que lundi), l’une des grandes figures des 27èmes Premiers Plans était bien là. Bertrand Blier, au coeur de l’une des rétrospectives, a reçu vendredi soir une longue ovation de la part d’un auditorium du Centre de congrès bien garni. Si son corps a subi et vieilli, l’esprit est toujours aussi alerte.

« C’est une période particulière et je n’ai pas envie de dire de conneries. Je suis content d’être ici et c'est une bonne surprise d’apprendre que je suis associé à Dino Risi (autre réalisateur mis à l’honneur cette année). Je l’ai connu et c’était un homme extrêmement sympathique. Je vous conseille son livre de souvenirs où il raconte tout, et notamment des histoires de cul ! Bon, j’espère que je ne suis pas obligé de rester pour voir tous mes films. Heureusement que le festival a retiré ce que j’ai fait de pas terrible. Il faudrait peut-être imaginer un festival de chutes pour moi ! ».

Et quand Claude-Eric Poiroux, délégué général et âme du festival annonce la possible venue de Depardieu, compagnon de pellicules de Bertrand Blier, ce dernier s’en amuse : « Si Depardieu vient, on le verra ! ». L’instant est drôle et un brin soulageant. Un petit film parcourant la filmographie de Blier parachève cet instant savoureux. Mais l’ambiance générale n’est pas franchement à la gaudriole. Vu le contexte, rien d’étonnant.
 
"En ces moments tragiques, le fait d’être ensemble ce soir et toute cette semaine est la meilleure réponse" (Christophe Béchu)

Très ému, Claude-Eric Poiroux, bercé avec Hara-Kiri et Charlie Hebdo, ouvrait ainsi sa présentation : « Je suis Charlie depuis très longtemps et je veux le rester ! ». Rappelant le succès en salles l'an passé de plusieurs films d'auteurs accueillis à Premiers Plans (1) "pas calibrés pour le marché", il a salué l'engagement de leurs auteurs : "Les films présentés à Angers ne sont pas toujours drôles car le monde ne l'est pas. Mais ils sont sincères."

Christophe Béchu, maire d'Angers, lors de son discours inaugural.
Christophe Béchu, maire d'Angers, lors de son discours inaugural.
Le président du festival Jérôme Clément était resté auparavant dans le même registre : « Il y a un retour spectaculaire de la préoccupation culturelle. Le message que l’on pouvait entendre ces derniers jours pourrait se résumer à : « Touche pas à ma France ». Cette France de la liberté d’expression, de la laïcité. Cette spécificité qui forme l’identité essentielle et unique de notre pays est difficile à défendre mais il faut le faire sans cesse. Et les artistes le font. Sans eux, le monde serait beaucoup plus pauvre ».

Paroles fortes et audibles que le maire Christophe Béchu a dû apprécier, lui qui rappelait en ouverture de la soirée « quen ces moments tragiques, le fait d’être ensemble ce soir et toute cette semaine est la meilleure réponse. Notre attachement à la liberté se prolonge aujourd’hui à travers un événement culturel. La culture reste la plus belle expression de la liberté. Le regard des cinéastes est essentiel pour mieux appréhender la vie ».

Pendant dix jours, les festivaliers vont découvrir le jeune cinéma européen et redécouvrir quelques classiques du 7e art. A noter que la compétition premiers courts, premiers longs métrages européens et premiers longs métrages français débute ce samedi à 19 h 30 et 22 heures.

(1) Ida de Pawel Palikowski, Timbuktu d'Abderrahmane Cissako, Les Combattants de Thomas Cailley

 












Angers Mag












Angers Mag : « Ces pédagogies ne sont pas ignorées »: Et l’Education Nationale ? Quel regard... https://t.co/JnPQWXILNL https://t.co/5glkXOM6T3
Samedi 10 Décembre - 07:45
Angers Mag : #JPEL "Contre le complotisme, on ne peut pas enrayer tout (...) Mais on peut entraîner les cerveaux." 👏👏JB Schmidt… https://t.co/6pn23fJUHD
Vendredi 9 Décembre - 15:01
Angers Mag : L'indépendance, un état d'esprit ? #Angers Mag bien chez soi à la journée de la presse en ligne à Paris. #JPEL https://t.co/EpAgR2dt6N
Vendredi 9 Décembre - 12:17
Angers Mag : #Angers Le dessin du mois de décembre signé Fañch Juteau #prevention #VIH https://t.co/J3CxFCf8FC https://t.co/oAZR7nNURX
Vendredi 9 Décembre - 12:01







cookieassistant.com