Primaire à droite, les choses s'activent en Maine-et-Loire


Rédigé par - Angers, le 25/03/2016 - 08:09 / modifié le 04/04/2016 - 17:38


Le vote se déroulera les 20 et 27 novembre prochains. Mais la primaire à droite mobilise déjà le monde politique angevin. Après les soutiens à François Fillon et Bruno Le Maire, ceux d'Alain Juppé battent le rappel à la veille d'une première réunion publique à Angers la semaine prochaine. L'occasion pour Christophe Béchu et Michel Piron de faire de nouveau cause commune.



Marc Laffineur, Michel Piron et Christophe Béchu, (ré)unis autour du soutien à la candidature d'Alain Juppé à la primaire à droite.
Marc Laffineur, Michel Piron et Christophe Béchu, (ré)unis autour du soutien à la candidature d'Alain Juppé à la primaire à droite.
la rédaction vous conseille
Christophe Béchu et Michel Piron posant délibérément côte à côte autour d'un objectif commun. Voilà un petit moment que l'occasion ne s'était pas présentée. Ceux qui ont suivi la vie politique angevine ces dernières années le savent, entre le sénateur-maire Les Républicains (LR) d'Angers et le député UDI de Maine-et-Loire, les relations n'ont jamais été faciles. Elles se sont même franchement dégradées au Conseil départemental où le second était devenu ni plus ni moins que le plus vigoureux opposant au premier, en particulier sur les questions budgétaires.

Mais ça, c'était avant. Avant que Christophe Béchu ne devienne en 2014 le maire d'Angers, et ne quitte ses fonctions au Département. Avant que Michel Piron lui même ne passe la main au Conseil départemental. Et surtout avant qu'Alain Juppé n'annonce sa candidature à la primaire à droite pour l'élection présidentielle de 2017. Car c'est bien ce même candidat que les deux parlementaires angevins ont choisi de soutenir, sans réserve, autour d'une conviction commune : selon eux, le maire de Bordeaux et ancien Premier ministre est le plus à même aujourd'hui de redresser la France, et d'entreprendre les réformes nécessaires pour cela. 

Michel Piron avance trois raisons principales pour justifier son choix : "l'expérience", "la vision" et "la capacité de rassemblement" de l'homme politique. "On oublie assez facilement qu'Alain Juppé a été aussi ministre du Budget à une époque où il a entrepris déjà un redressement extrêmement courageux du pays. C'est surtout quelqu'un qui n'est pas englué dans le quotidien mais est capable de regarder les dossiers avec de la hauteur. En témoigne son premier livre de candidat sur l'éducation qu'il souhaite remettre au coeur des fondations de la société."
L'âge d'Alain Juppé ? Je crois au contraire que c'est un atout. Il a annoncé qu'il ne ferait qu'un seul mandat, c'est l'état d'esprit qu'il faut pour faire des réformes." Marc Laffineur, député-maire d'Avrillé

Pour Christophe Béchu, l'autre atout du maire de Bordeaux, dont il sera l'un des porte-parole sur le plan national, sera sa capacité, dans une situation d'urgence, à "être immédiatement opérationnel" et donc à "entreprendre sans attendre le redressement dont le pays a besoin". Et, pragmatique, de rappeler l'autre conviction qui anime son soutien, celle d'éviter à tout prix "un remake de l'élection de 2012" entre deux candidats -François Hollande et Nicolas Sarkozy- qui ont nourri, selon lui, beaucoup trop de déceptions.

Un troisième parlementaire angevin, le député-maire d'Avrillé, Marc Laffineur, s'est rangé officiellement lui-aussi derrière Alain Juppé. Et avance un autre argument, pourtant souvent brandi comme le talon d'Achille du maire de Bordeaux : son âge. "Je crois au contraire que c'est un atout. Il a annoncé qu'il ne ferait qu'un seul mandat, c'est l'état d'esprit qu'il faut pour faire des réformes." Précisons à toute fin utile qu'Alain Juppé aura 71 ans le 15 août prochain. Soit à cinq jours près le même âge que... Marc Laffineur. 

Reste donc aux supporters angevins de l'ancien Premier ministre à s'organiser. Selon Christophe Béchu, ils seraient plusieurs centaines à avoir déjà rejoint le comité de soutien à la candidature d'Alain Juppé via le site alainjuppe2017.fr. Et une quinzaine de comités locaux seraient déjà constitués sur le département (le recensement géographique du site officiel en indique dix) dont "4 sur l'agglomération d'Angers". "La démarche est complètement ouverte. Pour gagner le pari de la mobilisation, il faut souhaiter, par capillarité, que ces groupes se multiplient sur tout le département" indique le maire d'Angers. C'est l'objectif de la première réunion publique que les trois parlementaires animeront jeudi 31 mars à 20h à la salle Auguste Chupin dans le quartier du Lac de Maine.

Fillon, Le Maire, Sarkozy et les autres
Il n'y a pas que du côté d'Alain Juppé que s'active en Maine-et-Loire la campagne pour les primaires à droite. La sénatrice Catherine Deroche (LR) a lancé il y a deux semaines un comité départemental de soutien à François Fillon, compte twitter (@Fillon2017_49) et page Facebook à l'appui (facebook.com/Fillon49). Idem pour Bruno Le Maire, dont les premières actions du comité de soutien (@BLMMaineEtLoire  - facebook.com/BLMMaineetLoire) animé par le Saumurois Fabrice Rebeilleau, remontent la fin février. Il compte dans ses rangs les conseillers régionaux Régine Catin (maire de Fontevraud) et André Martin (maire d'Orée d'Anjou), le conseiller départemental Laurent Hamon (Saumur) ou le maire du Lion d'Angers, Etienne Glémot.
Du côté des soutiens à Nicolas Sarkozy en revanche, c'est le calme plat. Jean-Charles Taugourdeau, le nouveau patron des Républicains de Maine-et-Loire, qui se disait proche de lui, met aujourd'hui en avant son souci de neutralité pour le bon déroulement des primaires sur le département. Une organisation que préside en réalité Christophe Béchu, via une commission départementale dont fait partie aussi Jean-Charles Taugourdeau. "Cette commission comprend 15 membres dont 10 des Républicains et 5 places non attribuées encore, mais susceptibles d'accueillir les représentants de tous les autres candidats."
Quels pourraient être ces autres candidats ? Jean-François Copé, Nathalie Kosciuscot-Morizet, Hervé Mariton, Frédéric Lefèbvre ou encore Nadine Morano ont fait valoir eux-aussi leur intention de se présenter. Mais il leur reste à recueillir les parrainages d'au moins 20 parlementaires et d'au moins 2500 adhérents et 250 élus répartis sur au moins 30 départements. Reste à savoir aussi si aucun membre de l'UDI ne s'alignera au départ. La date limite de clôture pour les candidatures est fixée au 9 septembre.




Journaliste, rédacteur en Chef d'Angers Mag En savoir plus sur cet auteur





1.Posté par danboc le 25/03/2016 22:02 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
ce n'est pas un chef comptable qu'il nous faut mais un chef de l'état !!!!!!















Angers Mag











Angers Mag : Report'Cité : portez la plume, s'il vous plaît !*: Un an et demi après son lancement, le... https://t.co/Qf1FyGW1iJ https://t.co/P8YYlZPYdm
Vendredi 2 Décembre - 19:06
Angers Mag : #musique De Macao à Pergolèse,la riche actualité de l'ensemble Amarillis @Angers https://t.co/hAW8WkdOUw
Vendredi 2 Décembre - 10:46
Angers Mag : #Angers Le jour d'après #PSGSCO, le billet @LardeuxT. Comme quoi on peut supporter @SCO et admirer @ECavaniOfficial https://t.co/nA3Ivf5HEE
Jeudi 1 Décembre - 18:18
Angers Mag : Au musée des Beaux-Arts, l'énigme Peter Briggs: Jusqu'au 26 mars, le musée des... https://t.co/Ys4SmHHl6M https://t.co/4mARuYnceC
Jeudi 1 Décembre - 07:30



cookieassistant.com