Primaires citoyennes en Maine-et-Loire : Hamon devant, mobilisation en berne


Rédigé par - Angers, le 23/01/2017 - 06:30 / modifié le 24/01/2017 - 11:03


Avec plus de 38% des suffrages exprimés dimanche, Benoît Hamon est arrivée en tête des Primaires citoyennes en Maine-et-Loire devançant, comme au plan national, Manuel Valls et Arnaud Montebourg. Mais comme ailleurs en France, le scrutin n'a pas beaucoup mobilisé : un peu plus de 19 000 électeurs en Anjou, soit un tiers de moins qu'en 2011.



la rédaction vous conseille
On a l'habitude de dire que le vote des habitants de Maine-et-Loire présage généralement bien de la tonalité des scrutins nationaux. La primaire de la droite et du centre l'avait déjà rappelé en novembre (avec un plébiscite renforcé pour François Fillon). Dimanche, pour les primaires citoyennes, organisées par la Belle Alliance Populaire (PS, PRG, Ecologistes !...), la tradition a été respectée. 

Avec plus de 38% des suffrages exprimés, Benoit Hamon est arrivé en tête en Anjou, devançant comme à l'échelle nationale Manuel Valls (31,69%), Arnaud Montebourg (15,19%), Vincent Peillon (7,05%), François de Rugy (4,91%), Sylvia Pinel (1,65%) et, enfin, Jean-Luc Benhamias (0,95%). Si le score de l'ex-ministre à l'économie sociale et solidaire n'a rien d'écrasant, il se révèle légèrement supérieur à celui qu'il a enregistré en France.

Ce score franchit même la barre des 40% à Angers (41,27%) mais aussi en milieu rural à Chalonnes (41,88%), Chemillé (44,37%), St-Germain-sur-Moine (43,8%), Segré (42,54%), Brissac (42,18%) ou encore Baugé (41,34%). A contrario, Benoit Hamon enregistre deux de ses plus mauvais résultats à Cholet (31,68%) et, plus encore, à Saumur (26,77%), devancé à chaque fois par Manuel Valls. 

Deux lignes politiques

Que lire dans ces résultats ? Chacun à leur niveau, les responsables politiques de gauche en Maine-et-Loire se sont livrés à leurs premiers commentaires dimanche (lire ci-dessous, ceux des trois députés socialistes). Réjouis pour Serge Bardy, soutien de Benoit Hamon, prudents voire inquiets pour Marc Goua et Luc Belot, tous deux plus proches de la ligne Valls, dont la défaite dimanche prochain signera à coup quasi certain le ralliement à Emmanuel Macron. 

En Maine-et-Loire, comme en France, les électeurs se sont partagés en réalité entre deux lignes politiques. L'une, légèrement majoritaire, critique à l'endroit du libéralisme économique et apte à remettre en cause, entre autre, la loi de réforme du travail. L'autre, inscrite dans une tradition "réformiste", pour reprendre les mots de Manuel Valls lui-même, qui ne croît pas au revenu universel. Qui plus est pour faire gagner son camp en mai prochain. 

Près de 10 000 électeurs de moins qu'en 2011

Mais l'information de ce scrutin, largement mésestimée dans les commentaires dimanche soir, c'est la faiblesse de la participation. En Maine-et-Loire, 19 040 électeurs se sont déplacés pour voter. Ils avaient été 28 664 en 2011 pour le 1er tour de la toute première primaire de la gauche. Benoit Hamon enregistre 5 000 voix de moins que François Hollande qui était arrivé en tête en Anjou (avec 40,86% des suffrages exprimés) et 2 400 de moins que Martine Aubry, la deuxième (32,27%). 

Si on rappelle que 52 000 électeurs s'étaient déplacés pour le 1er tour de la primaire de la droite et du centre le 20 novembre, si l'on ajoute les plus fortes abstentions ont été enregistrées en milieu urbain, vivier électoral traditionnel de la gauche en Anjou, on conviendra que l'engouement politique n'y était pas. 

Preuve qu'au sein même du Parti socialiste, le débat n'a pas passionné, celui-ci a manqué de volontaires pour tenir certains bureaux de votes notamment en milieu rural. "Ca été compliqué", reconnait Antony Taillefait, le conseiller municipal, qui supervisait les opérations en Maine-et-Loire, satisfait en revanche de la qualité de l'application informatique de transmission des données.

Qu'attend-il du scrutin de dimanche prochain ? "On peut espérer une plus forte mobilisation en milieu urbain dimanche prochain. Dès ce lundi, le débat risque d'être très intéressant." Avec un risque d'explosion du Parti socialiste ? "Je pense qu'une recomposition à l'italienne, qui avait vu le Parti socialiste disparaître, peut se faire à un moment ou l'autre, oui."  C'est dit. Et par un élu réputé plutôt pour son sang froid, ça promet des chauds lendemains pour la gauche.

Serge Bardy soutient Benoît Hamon. En cas de victoire de ce dernier, Marc Goua se tournera vers Emmanuel Macron. La preuve, par les mots à l'échelle du Maine-et-Loire, que le PS est bien au bord de l'implosion.
Serge Bardy soutient Benoît Hamon. En cas de victoire de ce dernier, Marc Goua se tournera vers Emmanuel Macron. La preuve, par les mots à l'échelle du Maine-et-Loire, que le PS est bien au bord de l'implosion.
Les réactions
Serge Bardy, député de la 6e circonscription de Maine-et-Loire (soutien de Benoit Hamon) :
"Je suis d'abord satisfait de la participation, ma première angoisse était celle-là. Les électeurs se sont prononcés clairement et le score du candidat que je soutenais est une énorme satisfaction. Je pense que c'est le résultat de son engagement en campagne depuis le mois d'août, de l'apport réel que constitue pour l'avenir l'idée du revenu universel et, enfin, de ses idées en faveurs de la transition énergétique. Dimanche prochain, nous aurons le choix entre un mode de gouvernement de la 5e République, celle des promesses non tenues, et une démocratie renouvelée qui s'appuiera sur un septennat non renouvelable."

Marc Goua, député de la 2e circonscription, soutien de Manuel Valls :
"Quel que soit le résultat de dimanche prochain, le mal est fait. Et une clarification est désormais indispensable entre deux programmes politiques complètement différents : d'un côté, une social-démocratie affirmée; de l'autre, un dose d'utopie qui peut certes faire plaisir mais qui est difficilement réalisable. Le revenu universel est d'ailleurs une vieille idée libérale, inventée par quelqu'un dont on n'a plus beaucoup entendu parler ensuite. Si le PS est au bord de l'explosion ? C'est bien possible. Est-ce que je vais regarder du côté d'Emmanuel Macron si Benoit Hamon l'emporte ? C'est clair. Mais pas en chantant, en regardant ce qu'il propose. Il est évident qu'il a aujourd'hui un espace de liberté."

Luc Belot, député de la 1ere circonscription (au Courrier de l'Ouest)  : 
« Ce sont deux candidats qui sont sur des projets différents, plus différents qu'en 2011 où les bases communes étaient assez fortes. Là, les différences peuvent poser question sur la capacité à rassembler a l'issue du second tour, pour l'un comme pour l'autre d'ailleurs. (...) On voit qu'à droite, le candidat qui a fait un super score au premier et au second tour est aujourd'hui contesté dans sa famille politique. Mon choix de second tour, ça peut difficilement être Benoît Hamon. Je me sens moins éloigné du programme de Manuel Valls même si, moi, mon candidat ça restait François Hollande. Quant au mouvement vers Macron, c'est un peu tôt pour le dire. Le débat pour le second tour va être super important et très, très instructif. »




Journaliste, rédacteur en Chef d'Angers Mag En savoir plus sur cet auteur





1.Posté par soimeq le 25/01/2017 09:47 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Je trouve assez sidérante la réaction de M. Goua : le résultat n'est pas celui qu'il escomptait, donc "le mal est fait". Ce monsieur illustre ainsi les limites qui sont les siennes quant à l'expression de la volonté populaire.















Angers Mag











Angers Mag : #Angers REPORT'CITÉ trace sa route @Angers @MinistereCC @KeolisAngers https://t.co/5jrXBWmmjE https://t.co/dULolkaDWK
Mercredi 21 Juin - 12:33
Angers Mag : #Angers Ouest eMedia Presse (@angersmaginfo) a été placée en liquidation judiciaire https://t.co/vMG2O392Qi https://t.co/N9IyhvEjS3
Mercredi 21 Juin - 12:23
Angers Mag : « En Indonésie, le tourisme engendre des transformations profondes » #Angers https://t.co/gJQfDIqgwP https://t.co/bn8ODsUAFu
Jeudi 15 Juin - 10:03
Angers Mag : JoeyStarr, les différents visages de l'éloquence: Sur la scène du Festival d'Anjou le 15... https://t.co/9fZW6XZ2i2 https://t.co/bB4ZKtREuR
Mercredi 14 Juin - 12:03